Les entreprises gazières veulent poursuivre Québec

Le gouvernement du Québec a décidé d’interdire la fracturation hydraulique sur tout le territoire qui renfermerait un potentiel de gaz de schiste.
Photo: Yan Doublet Archives Le Devoir Le gouvernement du Québec a décidé d’interdire la fracturation hydraulique sur tout le territoire qui renfermerait un potentiel de gaz de schiste.

Les entreprises gazières qui détiennent des permis d’exploration dans la vallée du Saint-Laurent envisagent de poursuivre le gouvernement du Québec, qui a décidé d’interdire la fracturation hydraulique dans tout le territoire qui renfermerait un potentiel de gaz de schiste.

En entrevue au Devoir lundi, le porte-parole de l’Association pétrolière et gazière du Québec (APGQ), Éric Tétrault, a fait savoir que les entreprises n’entendent pas simplement renoncer aux milliers de kilomètres carrés de permis d’exploration qu’elles détiennent depuis plusieurs années dans les basses-terres du Saint-Laurent.

Soutien

« Ce n’est pas le rôle de l’APGQ de traîner le gouvernement devant les tribunaux. Ce sont les entreprises qui vont le faire, et elles réfléchissent actuellement aux façons de le faire », a-t-il souligné. L’APGQ « va les soutenir », a-t-il ajouté.

« Je peux vous dire en leur nom aujourd’hui que plusieurs entreprises réfléchissent aux moyens de le faire et au moment de le faire. Si la question est : Est-ce qu’elles ont l’intention de le faire ? La réponse est : oui », a réitéré M. Tétrault, qui a déjà été président de Manufacturiers et Exportateurs du Québec.


13 000
C’est le nombre de kilomètres carrés de permis d’exploration que détiennent actuellement une dizaine d’entreprises dans le sud de la province, essentiellement sur la rive nord et sur la rive sud du Saint-Laurent, entre Montréal et Québec.

Une dizaine d’entreprises détiennent actuellement plus de 13 000 km2 de permis d’exploration dans le sud de la province, essentiellement sur la rive nord et sur la rive sud du Saint-Laurent, entre Montréal et Québec.

Plus de 70 % de cette superficie faisant l’objet de permis est contrôlée par des entreprises de l’extérieur du Québec, principalement des entreprises albertaines.

70 %
C’est le pourcentage de cette superficie faisant l’objet de permis qui est contrôlée par des entreprises de l’extérieur du Québec, principalement des entreprises albertaines.

Caractère illégal

Jusqu’en juin, a rappelé Éric Tétrault, il n’était pas prévu que la Loi sur les hydrocarbures interdise purement et simplement la fracturation hydraulique dans le schiste, soit la formation géologique qui renfermerait un potentiel gazier dans les basses-terres du Saint-Laurent.

Or, avec l’édiction de la réglementation de la Loi sur les hydrocarbures vendredi dernier, plusieurs entreprises se retrouvent du jour au lendemain dans l’impossibilité de mener des travaux, alors que ce n’est pas l’intention qui avait été manifestée par le gouvernement au cours des dernières années. « Il a toujours été question de mettre en place un cadre législatif pour encadrer la production d’hydrocarbures. Il n’a jamais été question d’interdire cette production. Ça équivaut à un moratoire par la porte de derrière », a-t-il fait valoir.

Il a toujours été question de mettre en place un cadre législatif pour la production d’hydrocarbures. Il n’a jamais été question d’interdire cette production. Ça équivaut à un moratoire par la porte de derrière.

« On croit donc que ces règlements, édictés assez rapidement, ont un caractère illégal et on va les contester. » Selon M. Tétrault, « il y a unanimité sur le caractère illégal » de cette interdiction de fracturation chez les entreprises membres de l’APGQ.

Pour le lobby pétrolier et gazier, il n’est toutefois pas question de lancer des projets d’exploitation « dans les communautés qui vont les refuser ». L’« acceptabilité sociale » devra être au rendez-vous, a soutenu M. Tétrault, en ajoutant que certains élus municipaux « sont prêts à discuter du développement de projets ».

Consommation

Le Québec importe actuellement la totalité de sa consommation de gaz naturel, dans un contexte où le gouvernement souhaite augmenter le recours à cette source d’énergie, au nom de la « transition énergétique ».

Or, a souligné le porte-parole de l’APGQ, le gaz consommé ici est de plus en plus du gaz de schiste. « Le Québec cautionne la fracturation hydraulique, mais il la fait faire par les autres », a-t-il laissé tomber.