Baleines noires: pas de mortalité en 2018 dans le golfe du Saint-Laurent

<p>Les baleines noires séjournent dans le golfe du Saint-Laurent pendant l’été. Cent onze y ont été aperçues jusqu’à maintenant cette année comparativement à 120 l’an dernier.</p>
Photo: Alexandre Shields Le Devoir

Les baleines noires séjournent dans le golfe du Saint-Laurent pendant l’été. Cent onze y ont été aperçues jusqu’à maintenant cette année comparativement à 120 l’an dernier.

Aucune baleine noire n’a été retrouvée morte dans le golfe du Saint-Laurent cette année, signe que les mesures de protection imposées par le gouvernement pour les protéger fonctionnent.

C’est le constat fait vendredi par des fonctionnaires de Pêches et Océans Canada et du ministère fédéral des Transports.

« Un seul cas, c’est un cas de trop, donc on doit se réjouir du succès des mesures mises en place jusqu’à maintenant », a affirmé le directeur de la science des mammifères marins de Pêches et Océans Canada, Jean Landry.

Douze baleines noires étaient mortes dans le golfe du Saint-Laurent entre juin et septembre 2017, selon les chiffres du ministère. Des nécropsies effectuées sur sept d’entre elles avaient révélé qu’elles avaient subi des blessures mortelles après être entrées en collision avec un navire ou après s’être enchevêtrées dans des filets de pêche.

Les baleines noires de l’Atlantique Nord sont considérées comme une espèce en voie de disparition. On en compte environ 450 dans le monde et les biologistes croient que cette population est en déclin. Ces baleines noires séjournent dans le golfe du Saint-Laurent pendant l’été. Cent onze y ont été aperçues jusqu’à maintenant cette année comparativement à 120 l’an dernier.

Le gouvernement a adopté plusieurs mesures controversées au cours des derniers mois pour réduire la mortalité de ces mammifères marins. Plusieurs zones de pêches ont été fermées en mai, ce qui est loin de faire l’unanimité chez les pêcheurs de homard et de crabe des neiges. Une limite de vitesse pour les bateaux est également en vigueur jusqu’au 15 novembre.

Une trentaine de trappes à homards ont été enlevées des zones interdites récemment et 300 autres ont été trouvées. Les contrevenants s’exposent à des pénalités. Trente-trois constats d’infraction ont été émis à des pêcheurs de homard et de crabe jusqu’à maintenant, a confirmé le ministère.

Quant aux bateaux, un seul constat d’infraction a été émis sur les 159 navires qui se sont fait prendre à circuler à une vitesse supérieure à 10 noeuds dans le golfe du Saint-Laurent. Cinq cas sont encore sous enquête et 153 autres ont été fermés.