Le pape appelle les pétroliers à respecter l’Accord de Paris sur le climat

«La civilisation a besoin d’énergie, mais l’énergie ne doit pas détruire la civilisation», a lancé le pape.
Photo: Ozan Kose Agence France-Presse «La civilisation a besoin d’énergie, mais l’énergie ne doit pas détruire la civilisation», a lancé le pape.

Le pape François a appelé samedi les industriels du secteur pétrolier et gazier à respecter l’Accord de Paris sur le climat de 2015, notamment pour protéger les populations pauvres contre le réchauffement climatique.

Lors d’une rencontre avec des responsables de plusieurs majors (BP, Royal Dutch Shell et la compagnie publique norvégienne Equinor), le pape a jugé « inquiétant » que les émissions de dioxyde de carbone et de gaz à effet de serre « restent très élevées », deux ans et demi après l’accord.

L’Accord de Paris conclu à l’issue de la COP 21 prévoit que les 196 pays signataires limitent à 2 °C la hausse de la température d’ici la fin du siècle par rapport aux niveaux préindustriels.

« Encore plus inquiétante est la recherche continuelle de nouvelles réserves d’énergies fossiles alors que l’Accord de Paris appelle clairement à laisser dans le sol la plupart d’entre elles », a déclaré le pape à l’occasion d’une conférence consacrée à la transition énergétique.

« La civilisation a besoin d’énergie, mais l’énergie ne doit pas détruire la civilisation », a-t-il lancé.

Le pape François a fait de la lutte contre le réchauffement climatique l’un de ses chevaux de bataille. Sa seconde encyclique, en 2015, est consacrée à ce sujet, « l’un des principaux défis auxquels l’humanité est confrontée actuellement ».

Le réchauffement climatique touche en premier lieu les populations pauvres. « Les effets du changement climatique ne sont pas répartis uniformément. Ce sont les pauvres qui souffrent le plus des ravages du réchauffement », a-t-il rappelé, mettant en avant les conséquences sur l’agriculture, l’accès à l’eau et l’exposition aux catastrophes climatiques.

ExxonMobil a récemment annoncé son intention d’augmenter sa production de pétrole aux États-Unis et de lancer des dizaines de projets dans le monde. La demande en énergie doit augmenter de 28 % entre 2015 et 2040, selon l’Agence américaine d’information sur les énergies.