Pas de compensation aux pétrolières, dit Moreau

Le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Moreau, n’a pas l’intention d’offrir une « compensation » financière aux entreprises pétrolières et gazières qui détiennent des permis d’exploration au Québec, malgré l’interdiction de la fracturation hydraulique dans la vallée du Saint-Laurent. « L’obtention d’un droit d’exploration ne donne pas un droit automatique à l’exploitation », a résumé jeudi le ministre, en entrevue au Devoir. Il existe actuellement 83 permis d’exploration en vigueur dans cette région, ciblée pour son potentiel en gaz de schiste. Ces permis recouvrent 13 130 km2. Par voie de communiqué, l’entreprise Questerre a déploré jeudi la décision de Québec, la jugeant « strictement motivée par des intérêts électoralistes ».