Mégaprojet à Contrecoeur: le Port de Montréal doit refaire ses devoirs

Le Port de Montréal prévoit de construire un terminal d’une capacité de un million et demi de conteneurs par année à Contrecœur.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le Port de Montréal prévoit de construire un terminal d’une capacité de un million et demi de conteneurs par année à Contrecœur.

Le Port de Montréal a mal évalué les effets de son mégaprojet d’expansion de Contrecoeur sur le chevalier cuivré et la rainette faux-grillon, constatent les experts des gouvernements du Québec et du Canada. Cet enjeu est pourtant crucial puisque ce terminal portuaire pourrait avoir des impacts majeurs pour ces espèces menacées, que le fédéral a l’obligation de protéger.

Dans le cadre de l’étude menée par l’Agence canadienne d’évaluation environnementale (ACEE), différents ministères sont appelés à poser des questions à l’Administration portuaire de Montréal, mais aussi à commenter l’étude d’impact produite en vue du projet de terminal de conteneurs de 750 millions de dollars.

C’est dans ce contexte que les experts du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) ont constaté que l’évaluation des impacts sur le chevalier cuivré — un poisson unique au Saint-Laurent, classé « en voie de disparition » — est trop restreinte.

Dans des documents qui viennent d’être mis en ligne sur le site de l’ACEE, le MFFP souligne ainsi que l’habitat considéré comme « essentiel » pour la survie de l’espèce ne se limite pas aux seuls herbiers aquatiques pris en considération par le promoteur, mais qu’il englobe un territoire beaucoup plus vaste de cette portion du fleuve Saint-Laurent.

Le Port de Montréal doit donc revoir la « délimitation » de cet habitat, mais aussi « revoir l’impact du projet sur le chevalier cuivré et mettre à jour les mesures d’atténuation proposées ».

 Votre navigateur ne supporte pas le type d’image. Veuillez le mettre à jour. 

Préoccupant

Pêches et Océans Canada (MPO) va plus loin en insistant sur l’importance de la superficie d’habitat qui pourrait carrément « disparaître » en raison du dragage du fleuve qui sera nécessaire pour implanter le futur port, où transiterait chaque année jusqu’à 1,5 million de conteneurs.

« Considérant l’ampleur des superficies touchées et l’importance que ces habitats présentent pour le chevalier cuivré, le MPO demande au promoteur de produire dès maintenant une évaluation complète des mesures d’évitement possibles visant à réduire ces impacts », écrit le ministère fédéral.

On ajoute que l’exploitation du terminal devrait également avoir des impacts à long terme sur cette espèce en raison de la navigation commerciale accrue qui y serait associée. Le MPO se dit d’ailleurs « préoccupé » par cet enjeu.

L’ACEE juge pour sa part que « l’évaluation des effets cumulatifs sur le chevalier cuivré demeure incomplète » et que « le promoteur ne présente aucune action particulière qui lui permettra de ne pas nuire » à cette espèce.

En plus de l’évaluation trop restreinte pour le chevalier cuivré, le MFFP note par ailleurs d’autres lacunes dans les inventaires fauniques du Port de Montréal, notamment en ce qui a trait à la rainette faux-grillon de l’Ouest, une autre espèce menacée.

Selon l’Administration portuaire, cette petite grenouille serait présente dans le secteur, mais sur des terrains adjacents à ceux qui seront utilisés pour développer le complexe industriel de Contrecoeur. Or, le MFFP juge nécessaire de « compléter » les inventaires réalisés jusqu’ici.

Signe que des rainettes pourraient se trouver sur le site du futur port, le ministère de l’Environnement du Canada suggère déjà au promoteur de demander un permis en vertu de la Loi sur les espèces en péril relativement à la présence de l’espèce.

Arrêté ministériel

Le ministère fait valoir qu’un arrêté ministériel « est en préparation » pour cette espèce, ce qui conduirait à une interdiction de destruction « d’un élément de l’habitat essentiel » de la rainette.

Pour le biologiste Alain Branchaud, directeur général de la Société pour la nature et les parcs (SNAP Québec), les documents déposés à l’ACEE par Environnement Canada, mais aussi le MFFP et le MPO, viennent mettre du plomb dans l’aile du projet du Port de Montréal.

« Le message des ministères est très clair : ce sera extrêmement difficile de réaliser le projet à cet endroit en respectant les contraintes légales imposées par le statut de ces espèces menacées. »

M. Branchaud ajoute que le ministre de Pêches et Océans, Dominic LeBlanc, a promis en février d’activer les mesures de protection de l’habitat essentiel du chevalier cuivré, ce qui signifie qu’il sera interdit d’en détruire ne serait-ce qu’une partie.

Or, le projet de Contrecoeur aurait de multiples impacts sur cet habitat fluvial, insiste celui qui a travaillé pendant 12 ans au développement du programme sur les espèces en péril d’Environnement Canada.

Appelée à réagir lundi, l’Administration portuaire de Montréal s’est néanmoins voulue rassurante.

« Comme elle le fait depuis le début du processus d’évaluation environnemental de son projet d’aménagement d’un terminal à conteneurs à Contrecoeur, l’Administration portuaire de Montréal (APM) collaborera et répondra aux demandes d’information complémentaire de l’Agence canadienne d’évaluation environnementale. L’enjeu du chevalier cuivré, notamment, a toujours été et reste un élément prioritaire pour l’APM

« Nous avons confiance de pouvoir mettre en place les mesures adéquates qui nous permettront de gérer de façon responsable les impacts de notre projet »,a indiqué la directrice des communications, Mélanie Nadeau, dans une réponse écrite.