Les cétacés de la mer Méditerranée meurent, l’estomac empli de plastique

De plus en plus de cétacés y meurent parce que leur estomac est rempli de ces déchets issus de l’activité humaine
Photo: Getty Images De plus en plus de cétacés y meurent parce que leur estomac est rempli de ces déchets issus de l’activité humaine

Les scientifiques viennent d’apporter une preuve supplémentaire des impacts croissants de la pollution par le plastique dans la mer Méditerranée : de plus en plus de cétacés y meurent parce que leur estomac est rempli de ces déchets issus de l’activité humaine.

La Commission européenne a d’ailleurs promis lundi de s’attaquer à cette menace pour les milieux marins.

Des chercheurs de l’Institut de recherche sur les cétacés, basé en Grèce, ont analysé les données de nécropsies menées sur les dépouilles d’une dizaine de cachalots retrouvés morts sur les rives de la Méditerranée depuis 2001.

Leurs constats sont on ne peut plus clair : ces grands cétacés à dents, qui se trouvent au sommet de la chaîne alimentaire, sont tous décédés parce que leur estomac était rempli de divers débris de plastique qui ont provoqué leur mort, notamment parce qu’ils empêchaient l’animal de s’alimenter.

Dans un communiqué annonçant les résultats de leurs travaux, le biologiste Alexandros Frantzis cite en exemple le cas d’un jeune cachalot mâle échoué sur les côtes grecques et dont l’estomac contenait plus d’une centaine d’objets de plastique, dont des sacs d’emplettes.

En février dernier, un autre animal retrouvé échoué en Espagne avait plus de 64 livres de déchets de plastique dans le système digestif, dont des sacs de plastique, des débris de filets de pêche et un bidon de carburant.

Mortalités croissantes

Ces mortalités directement liées à la pollution de plastique croissante en Méditerranée « sont inquiétantes mais ne sont pas surprenantes », selon M. Frantzis. Il précise que les animaux tués de cette façon souffrent longtemps avant de mourir, notamment en raison d’infections ou d’hémorragies.

L’étude la plus complète portant sur la pollution par le plastique en mer Méditerranée, publiée en 2014 dans le magazine scientifique Plos One, indiquait que cette mer bordée par 22 États contiendrait près de 25 000 tonnes de déchets de plastique.

« Nous identifions la mer Méditerranée comme une grande zone d’accumulation de débris de plastique », concluait d’ailleurs cette étude. En moyenne, les sites échantillonnés dans le cadre des travaux de recherche contenaient en effet des concentrations de débris de plastique similaires à celles qu’on retrouve dans les gyres des différents océans de la planète, appelées « continents de plastique ».