Les baleines noires de plus en plus présentes dans le golfe

Photo: New England Aquarium, permis #655-1652-01

Les baleines noires sont déjà bien de retour dans le golfe du Saint-Laurent. Pêches et Océans Canada (MPO) a confirmé jeudi avoir détecté la présence de 12 de ces baleines dans la zone qui a été fermée complètement à la pêche pour éviter une répétition des mortalités historiques de l’an dernier.

Le ministre de MPO, Dominic LeBlanc, a écrit sur Twitter jeudi après-midi qu’une douzaine de baleines noires étaient déjà présentes dans la zone « statique » de 14 000 km2 fermée à la pêche de façon préventive cette année. Cette vaste région est située entre le Nouveau-Brunswick et les Îles-de-la-Madeleine.

« Les baleines observées dans cette zone ne nécessitent pas de mesures de gestion supplémentaires et nous continuerons à surveiller la situation », a précisé le ministre LeBlanc.

MPO entend en effet mener plusieurs opérations de survol tout au long des semaines à venir, de façon à repérer les baleines noires qui pourraient se trouver dans le golfe du Saint-Laurent. La présence de cette espèce dans le golfe du Saint-Laurent est régulière, mais depuis quelques années, de plus en plus d’individus sont aperçus durant la saison estivale. En 2017, pas moins de 115 baleines différentes ont été observées, surtout au large de la péninsule gaspésienne.

Des animaux ont d’ailleurs été aperçus au cours des derniers jours dans plusieurs secteurs du golfe, donc en dehors de la zone fermée de façon préventive à l’industrie de la pêche. La présence de ces baleines a conduit Pêches et Océans Canada à fermer, pour une durée indéterminée, des secteurs autrement accessibles aux pêcheurs de crabe des neiges et de homard. Une situation qui suscite déjà de vives inquiétudes dans l’industrie.

 

Couloirs de navigation

L’industrie des croisières a elle aussi manifesté des inquiétudes pour la saison à venir, puisque des escales de certains navires ont déjà été annulées au Québec, en raison des limites de vitesse imposées par le gouvernement fédéral pour protéger les baleines noires. Cette limite de vitesse, fixée à 10 noeuds (18,5 km/h).

Le gouvernement Trudeau a pourtant dit répondre aux demandes de l’industrie du transport maritime et de celle des croisières, qui souhaitaient pouvoir bénéficier de couloirs de navigation sans limites de vitesse. Transports Canada a en effet prévu deux couloirs, situés au nord et au sud de l’île d’Anticosti, où les navires pourront naviguer à leur vitesse normale

La portion du Saint-Laurent située au nord de l’île d’Anticosti est fréquentée assidûment par les baleines noires, selon les données d’observation récoltées au cours des dernières années, notamment par la Station de recherche des îles Mingan. Les relevés de 2017 de Pêches et Océans Canada indiquent d’ailleurs une forte concentration d’animaux au nord de l’île, mais aussi au sud, deux secteurs où les navires pourront maintenir leur pleine vitesse.

Situation critique

Pas moins de 17 de ces baleines ont été retrouvées mortes dans les eaux du golfe du Saint-Laurent en 2017, sur une population totale d’environ 450 individus. Certaines avaient vraisemblablement été tuées après s’être empêtrées dans des engins de pêche, mais aussi par des collisions avec des navires, selon les résultats des nécropsies réalisées sur les animaux.

Pour les scientifiques, mais aussi pour les autorités américaines, qui ont investi des millions de dollars pour protéger l’espèce, la situation était carrément dramatique. Et la situation ne s’améliore pas, pour le moment, puisqu’aucun baleineau n’a été observé cette année parmi la petite population. Cela pourrait contribuer à accélérer le déclin.