Fuite d’hydrocarbures dans le Saint-Laurent

Le déversement d’hydrocarbures est survenu à partir d’un navire amarré au quai de Valero, à Lévis.
Photo: Alexandre Shields Le Devoir Le déversement d’hydrocarbures est survenu à partir d’un navire amarré au quai de Valero, à Lévis.

Une fuite d’hydrocarbures dans le fleuve Saint-Laurent est survenue mercredi matin à partir d’un pétrolier amarré au quai de la raffinerie Jean-Gaulin de Valero, à Lévis. L’entreprise et le ministère de l’Environnement du Québec n’étaient toutefois pas en mesure de préciser la nature du produit déversé ou la quantité déversée, en après-midi.

Selon ce qu’a précisé Valero par voie de communiqué, la fuite est survenue tôt en matinée au quai où s’amarrent les navires pour décharger le pétrole brut qui est raffiné aux installations situées à Lévis.

« Un film huileux a été observé à l’arrière d’un navire », a-t-on indiqué. « Immédiatement, les mesures d’urgence ont été enclenchées par Énergie Valero et la situation a rapidement été prise en charge. Toutes les ressources nécessaires ont été mobilisées et les autorités concernées ont été avisées », a également fait valoir l’entreprise.

« La nature de la substance demeure à confirmer. La quantité déversée n’est pas connue pour le moment, mais celle-ci a été contenue. Des analyses sont en cours », a aussi souligné une porte-parole de l’entreprise, Marina Binotto.

Récupération

La Société d’intervention maritime, est du Canada (SIMEC) « procède à la récupération du produit », a assuré Valero. Des boudins d’absorption sont utilisés, de même que des estacades, « par mesure de précaution ».

Selon les informations disponibles, le pétrolier en cause serait le Falcon Nostos, un navire de 183 mètres de longueur, construit en 2006 et battant pavillon du Liberia. Des vérifications sur l’état du navire seront menées par Transport Canada.

Photo: Peter Beentjes La fuite proviendrait d'un «bris» sur le pétrolier Falcon Nostos.

Mme Binotto a par la suite précisé que « le navire doit être réparé » et que la fuite serait imputable à un « bris » survenu sur le pétrolier. Valero ne serait donc pas responsable de l’incident.

Le ministère de l’Environnement du Québec a pour sa part indiqué qu’un « intervenant d’Urgence-Environnement est sur place afin de s’assurer que les hydrocarbures rejetés sont récupérés ».

En 2017, la raffinerie de Valero à Lévis a été condamnée à payer une amende de 500 000 $, après avoir plaidé coupable à six chefs d’accusation relatifs à des infractions environnementales liées à un déversement de mazout lourd survenu en 2008 à ses installations. À ce moment, en plein hiver, une canalisation exploitée par la pétrolière a laissé fuir plus de 200 000 litres de mazout lourd.

Par ailleurs, en 2013, alors qu’un déversement de 200 000 litres de produits pétroliers est survenu aux installations de la raffinerie de Lévis, l’une des deux raffineries du Québec, une partie de ces hydrocarbures a atteint un ruisseau avant de se déverser dans le fleuve Saint-Laurent.

La raffinerie de Lévis reçoit du pétrole brut importé par bateau, mais aussi du pétrole transporté depuis Montréal et provenant du pipeline 9B d’Enbridge.