Découverte d’une nouvelle espèce de fourmis «explosives»

<p>Ces fourmis, baptisées<em> Colobopsis explodens</em>, ont été débusquées dans le petit État du Brunei, situé dans le nord de l’île de Bornéo et réputé pour sa biodiversité.</p>
Photo: Alexey Kopchinskiy Viuenna Technical University / Agence France-Presse

Ces fourmis, baptisées Colobopsis explodens, ont été débusquées dans le petit État du Brunei, situé dans le nord de l’île de Bornéo et réputé pour sa biodiversité.

Kuala Lumpur — Une nouvelle espèce de fourmis kamikazes a été découverte sur l’île de Bornéo : pour tuer ou repousser un ennemi, elles se font exploser en dégageant un liquide toxique et collant.

Ces fourmis, baptisées Colobopsis explodens, ont été débusquées dans le petit État du Brunei, situé dans le nord de l’île de Bornéo et réputé pour sa biodiversité.

En se contractant très fortement, les ouvrières créent suffisamment de pression pour faire éclater la paroi de leur abdomen, libérant d’un coup sec des sécrétions toxiques, explique Alice Laciny du Muséum d’Histoire naturelle de Vienne, qui a participé à l’étude.

L’ennemi est tenu à distance, voire tué, tout comme la fourmi elle-même, selon un article publié dans la revue zoologique ZooKeys.

Ce ne sont pas les premières fourmis explosives à être découvertes, mais cette nouvelle espèce se fait exploser très facilement et elle est donc très intéressante pour les chercheurs.

Un tel phénomène reste « très rare dans la nature » et seule une poignée d’insectes vivant en colonies comme les fourmis et les abeilles sont connus pour se sacrifier de cette manière, précise la chercheuse à l’AFP.

« La colonie est comme un super-organisme dont la fourmi en tant qu’individu ne serait qu’une cellule avec un rôle bien particulier à jouer », explique Alice Laciny.