Le lobby pétrolier et gazier s'en prend aux municipalités

Selon les plus récentes données officielles, il existe plus de 300 permis d’exploration pétrolière et gazière en vigueur au Québec.
Photo: David Boily Agence France-Presse Selon les plus récentes données officielles, il existe plus de 300 permis d’exploration pétrolière et gazière en vigueur au Québec.

Les 338 municipalités qui veulent imposer des règles plus contraignantes que celles du gouvernement Couillard pour protéger l’eau potable dans le cadre des forages tentent de « manipuler le public » pour nuire à l’industrie, selon l’Association pétrolière et gazière du Québec (APGQ).

Ces municipalités souhaitent obtenir le droit d’instaurer une distance minimale de deux kilomètres entre un forage pétrolier ou gazier et une source d’eau potable. Mais le gouvernement Couillard leur refuse cette dérogation, en soulignant que les règles actuelles, qui fixent cette distance à 500 mètres, reposent « sur des assises scientifiques solides » et qu’elles sont déjà très « sévères ».

L’APGQ va plus loin et affirme au Devoir qu’« une distance de 100 mètres entre tout forage et source d’eau potable est pleinement sécuritaire ». Les règles fixées par Québec dans le Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection (RPEP) sont donc d’autant plus sécuritaires, selon l’APGQ.

« Ces distances de sécurité sont le résultat de décennies d’expériences, de consultations et d’études scientifiques », ajoute le regroupement, qui représente les entreprises qui détiennent des permis d’exploration pétrolière et gazière dans la province.

Des bâtons dans les roues

L’APGQ accuse par la même occasion les 338 municipalités de vouloir mettre des bâtons dans les roues de ses membres. « La demande des municipalités d’interdire toute installation dans un rayon de 2000 mètres nous apparaît comme une tentative de manipuler le public avec de fausses informations dans le but de nuire à l’industrie pétrolière et gazière du Québec », soutient l’organisation.

Les municipalités estiment au contraire qu’elles doivent avoir le droit de protéger l’environnement sur leur territoire, dont les sources d’eau potable de leurs citoyens. Des représentants des municipalités qui réclament une dérogation au RPEP doivent d’ailleurs rencontrer la ministre de l’Environnement, Isabelle Melançon, ce mardi, pour discuter de cet enjeu.

Le comité qui pilote la demande des 338 municipalités doit aussi tenir une rencontre le 24 mars prochain, à Drummondville. Il y sera question de lancer une action en justice pour obtenir le droit d’imposer une distance de deux kilomètres entre un éventuel forage et une source d’eau.

300 permis

Ce dossier concerne plusieurs régions du Québec. Selon les plus récentes données officielles, il existe plus de 300 permis d’exploration pétrolière et gazière en vigueur dans la province. Ces permis, accordés sans consultation publique, essentiellement entre 2006 et 2010, couvrent une superficie de 53 225 km².

L’entrée en vigueur prochaine de la Loi sur les hydrocarbures doit d’ailleurs permettre de relancer les travaux d’exploration, y compris en recourant à la fracturation hydraulique. Le gouvernement Couillard n’a toutefois pas encore publié la réglementation finale qui doit préciser les dispositions de cette première législation sur les énergies fossiles de l’histoire du Québec.

Lors de la publication des projets de règlements, en septembre dernier, il était question d’autoriser les forages à proximité des secteurs résidentiels, des écoles, des hôpitaux, des territoires naturels protégés et dans les cours d’eau.