Un projet d’exploitation de sables bitumineux près du plus grand parc national du Canada

Un gisement de sables bitumineux exploité en Alberta
Photo: iStock Un gisement de sables bitumineux exploité en Alberta

L’entreprise Teck Resources compte lancer un imposant projet d’exploitation des sables bitumineux à quelques kilomètres du parc national Wood Buffalo, le plus grand du genre au Canada. Un projet qui a soulevé des craintes jusqu’à l’UNESCO, puisque le parc, inscrit au patrimoine mondial, subit déjà des impacts majeurs liés à l’industrie pétrolière albertaine.

L’Agence canadienne d’évaluation environnementale vient de lancer une période de consultation publique pour le « Frontier Project », une étape qui doit permettre de juger si l’étude d’impact est complète, avant de passer aux audiences publiques.

Ce projet de 20 milliards de dollars doit mener à l’exploitation quotidienne maximale de plus de 260 000 barils de pétrole des sables bitumineux, et ce, pendant plus de 40 ans. Le futur site d’exploitation à ciel ouvert aurait une superficie totale de 240 km2, ce qui en ferait l’un des plus importants au Canada.

Le projet de Teck Resources, situé au nord de Fort McMurray, se trouve à seulement une trentaine de kilomètres du parc national Wood Buffalo, le plus grand au pays et le deuxième dans le monde, avec ses 44 792 km2. Ce parc, créé en 1922 pour protéger une population de bisons, mais aussi la biodiversité d’un des plus grands deltas d’eau douce au monde (le delta Peace-Athabasca), est aussi reconnu par l’UNESCO depuis 1983, en raison de sa « valeur universelle exceptionnelle ».

  Votre navigateur ne supporte pas le type d’image. Veuillez le mettre à jour.

 

Parc menacé

Or, l’organisme onusien a tiré la sonnette d’alarme l’an dernier, affirmant que le Canada manquait à ses devoirs de protection de cet important milieu naturel, qui compte de vastes forêts et plusieurs cours d’eau. Selon un rapport publié par l’UNESCO, l’« accumulation de preuves laisse penser que la présence de produits polluants », comme le sulfate et le mercure, est une conséquence directe de l’exploitation de gisements de sables bitumineux.

Tout en menaçant le Canada d’inscrire le parc national Wood Buffalo sur la liste noire de ses sites naturels inscrits au patrimoine mondial, l’UNESCO avait alors pressé le gouvernement fédéral d’évaluer les impacts du projet « Frontier » sur le parc, situé tout juste au nord du futur site pétrolier.

Impact négligeable

L’Agence canadienne d’évaluation environnementale vient de publier l’analyse produite par Teck Resources, à la demande du gouvernement.

L’entreprise, qui exploite aussi des gisements de charbon, conclut que la production annuelle de 95 millions de barils de pétrole des sables bitumineux aura un impact « négligeable » sur le territoire protégé, mais aussi que cela n’affectera pas son « intégrité ».

Teck estime notamment que son projet n’aura pas d’effets significatifs « sur la qualité de l’air et la qualité de l’eau » dans le parc. On ne prévoit pas non plus d’impacts pour la faune du parc ou les oiseaux migrateurs, même avec la présence sur le futur site de Teck de bassins de résidus de l’exploitation pétrolière.

Pour les communautés autochtones qui vivent tout près du parc national, les risques environnementaux seraient toutefois bien réels. Dans une lettre adressée au fédéral, certains leaders ont d’ailleurs rappelé que le projet pétrolier serait situé dans le bassin-versant du delta Peace-Athabasca, un élément cité par l’UNESCO pour justifier l’inscription du parc Wood Buffalo sur la liste du patrimoine mondial.