Québec laissera les caribous de Val-d’Or disparaître

Les quelque 18 caribous restants devraient disparaître d’ici quelques années au plus tard.
Photo: Peupleloup CC Les quelque 18 caribous restants devraient disparaître d’ici quelques années au plus tard.

Le gouvernement Couillard affirme que les coûts pour restaurer l’habitat des derniers caribous de Val-d’Or sont trop élevés par rapport à la probabilité de sauver cette population de l’extinction. Ils sont donc condamnés à disparaître, a annoncé jeudi le ministre de la Faune, Luc Blanchette.


Dans une capsule vidéo publiée sur Facebook, le ministre Blanchette a dit vouloir donner « l’heure juste » en résumant les conclusions d’un « rapport préliminaire » sur la viabilité des caribous de Val-d’Or publié ce jeudi par le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs.
 

Selon le rapport, les coûts de restauration de l’habitat — perturbé par des décennies de coupes forestières intensives et d’activité minière —, mais aussi le suivi de la population et les pertes économiques pour la région représentent, sur 50 ans, une facture de 76 millions de dollars. Il s’agit d’une moyenne de 1,5 million de dollars par année.

Pour le gouvernement Couillard, cette facture scelle le sort des cervidés. « Ces investissements sont trop importants par rapport à la probabilité de réussite qui, elle, s’avère très, très faible. Cette situation est triste, mais il faut être raisonnable », a laissé tomber le ministre Luc Blanchette. Les quelque 18 caribous restants devraient donc disparaître d’ici quelques années au plus tard.

Habitat perturbé

« L’habitat est perturbé de façon temporaire, mais aussi de façon permanente », a admis le ministre. Cette perturbation est en bonne partie due à l’activité forestière, particulièrement importante aux limites de l’habitat essentiel des caribous. Or, pour restaurer ce milieu naturel, « il faudrait 50 ans d’investissements très importants ».

Plusieurs entreprises détiennent des droits de coupe dans la région. Qui plus est, un projet de mine d’or à ciel ouvert est prévu dans le secteur, considéré comme un habitat essentiel pour la survie de la harde. Un récent rapport de l’Agence canadienne d’évaluation environnementale a d’ailleurs conclu que « le projet pourrait nuire à la survie et au rétablissement de la population de caribous de Val-d’Or », puisqu’il aurait des « effets nocifs » sur son milieu de vie.

« Nous croyons qu’il est préférable de mettre nos efforts sur les 7000 autres caribous du Québec, là où nous avons encore de bonnes chances de succès », a par ailleurs indiqué Luc Blanchette. Il faisait ainsi référence au caribou forestier, dont il subsiste d’autres populations au Québec.

L’une d’elles, qui survie dans le parc national de la Gaspésie, pourrait d’ailleurs être la prochaine à disparaître. On n’y dénombre plus que 75 individus, alors que la population accuse un recul de 60 % depuis 10 ans.

Incompétence

Réagissant aux propos du ministre, Nature Québec a dénoncé la décision du gouvernement. « Le ministre Blanchette rejette d’emblée les scénarios qui donneraient une chance de survie à la population des caribous de Val-d’Or et les condamne à une extinction à très court terme », a déploré le directeur général de l’organisme écologiste, Christian Simard.

« Contrairement au dire de M. Blanchette, ce ne sont pas les loups qui sont coupables du déclin précipité de cette harde relique, mais bien l’incompétence des ministres responsables des forêts depuis 1989 et leur mépris exprimé envers les mises en garde et les inquiétudes répétées par les biologistes, les écologistes, les Anicinapek, etc. », a ajouté Henri Jacob, président de l’Action boréale.

La saga du zoo

La situation des caribous de Val-d’Or a attiré l’attention au printemps 2017, lorsque le gouvernement Couillard a annoncé son intention de déménager les derniers individus vers le zoo de Saint-Félicien.

Cette décision, qui avait été prise alors que Québec ne détenait pas d’étude de viabilité sur cette population, a soulevé une vive controverse. C’est finalement le zoo de Saint-Félicien qui a fait avorter le projet, en s’en dissociant.

En plus du caribou forestier, le caribou migrateur, qui vit plus au nord, connaît un déclin très important. En fait, selon une évaluation du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC), il devrait même être classé « en voie de disparition ».

À titre d’exemple, le comité cite le cas de la harde de la rivière George au Québec et au Labrador. Ses effectifs, qui atteignaient « plus de 800 000 individus en 1993 », « ont maintenant chuté à un niveau sans précédent, soit à quelques milliers d’animaux ». Une deuxième harde importante connaît également « un grave déclin ».