Néonicotinoïdes: crise dans un centre de recherche agricole financé par Québec

Le président du conseil d’administration du CEROM nie contredire les résultats obtenus par ce centre au sujet des pesticides néonicotinoïdes et leurs effets sur les abeilles.
Photo: iStock Le président du conseil d’administration du CEROM nie contredire les résultats obtenus par ce centre au sujet des pesticides néonicotinoïdes et leurs effets sur les abeilles.

Des chercheurs et ex-employés du Centre de recherche sur les grains (CEROM) dénoncent un climat de « contrôle », de pressions et d’ingérence à propos de l’épineuse question des pesticides néonicotinoïdes, a appris Le Devoir. En deux ans, la moitié des membres du personnel du centre, financé en majorité par Québec, ont d’ailleurs démissionné.

Cinq chercheurs sont au nombre des démissionnaires et une dizaine d’employés. Au total, neuf personnes ont témoigné au Devoir de leur profond malaise avec certains membres du conseil d’administration, qui n’hésitent pas à faire connaître leurs positions pro-pesticides au point de s’ingérer dans les travaux de recherche.

Plusieurs ex-employés du CEROM ont tenté d’alerter le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) dès 2013. Refusant toute demande d’entrevue, le MAPAQ s’est dit « préoccupé par la situation » du point de vue de la gestion des ressources humaines. Il a imposé certaines mesures conditionnelles à son financement, renouvelé pour un an seulement plutôt que deux.

Une note interne adressée à une sous-ministre adjointe au MAPAQ fait la recension des problèmes évoqués par nos sources. On y lit entre autres que le CEROM est une « organisation contrôlée par des intérêts incompatibles avec l’intérêt public ». Les sièges de son conseil d’administration sont détenus majoritairement par des organisations « qui ont des intérêts, déclarés publiquement, divergents de l’intérêt public. La note fait aussi état du manque de transparence du centre, alors que les conseillers agricoles du ministère sont tenus à l’écart de toute décision.

Observateur externe bien au fait de l’encadrement habituel de la recherche, le professeur Éric Lucas, responsable du Laboratoire de lutte biologique de l’UQAM, a lui aussi fait part de ses inquiétudes au MAPAQ, d’où provient le financement du CEROM. Il craint « la perte d’une précieuse expertise entomologique » au centre avec les démissions répétitives. « C’est une situation inexplicable dans un centre financé en grande partie par des fonds publics. »

Le financement public du CEROM pour chacune des trois dernières années s’élève à au moins 2 millions de dollars par année, ce qui représente entre 60 et 70 % du financement total du centre. Le reste vient de fonds de recherches fédéraux, des Producteurs de grains du Québec et de la Coop fédérée.

Contradictions

Nos sources, qui requièrent toutes l’anonymat par crainte de représailles, rapportent comment s’exprimaient les tensions autour des conclusions des recherches du CEROM. Des chercheurs qui se penchaient plus spécifiquement sur les effets — désirables et indésirables — des pesticides néonicotinoïdes étaient carrément avertis de ne pas « faire trop d’efforts » pour diffuser leurs recherches et de ne pas parler aux journalistes sans un processus fastidieux d’approbation.

D’autres racontent avoir été découragés de publier dans des revues scientifiques, un processus habituellement encouragé partout ailleurs dans le milieu. Un collaborateur à une recherche raconte avoir été avisé à la dernière minute que le budget ne serait pas débloqué pour payer une telle publication, pourtant prévue au budget initial. Un candidat à l’embauche relate quant à lui sa stupéfaction lorsque le comité d’embauche l’a averti que le poste de chercheur convoité ne prévoyait pas l’écriture de ce genre d’article. Un programme du MAPAQ est pourtant spécifiquement destiné à « encourager la publication d’articles dans les revues scientifiques avec les résultats issus des projets soutenus financièrement », écrit-on au Devoir.

Le conseil d’administration du CEROM est composé de 11 membres, dont 5 de l’industrie agricole. Il compte aussi le directeur général par intérim du CEROM. Toutes les sources consultées parlent particulièrement du président du conseil d’administration, Christian Overbeek, à qui ils reprochent de contredire les études du CEROM et d’exercer des pressions.

Les résultats obtenus par deux des chercheurs, reconnus dans le milieu en matière de « néonics », ont été contredits publiquement, à plusieurs reprises, par M. Overbeek. Connu pour sa défense des semences enrobées de cet insecticide, il est lui-même producteur de grains, président des Producteurs de grains du Québec, inscrit comme lobbyiste à Québec et siégeait à la Financière agricole en date de mars 2017.

« Les néonics ne tuent pas les abeilles », écrivait M. Overbeek dans une lettre publiée dans Le Devoir l’été dernier. Cette position contredit non seulement celle du MAPAQ, qui reconnaît que « la mortalité accrue des colonies d’abeilles observée ces dernières années serait liée, entre autres causes, à l’utilisation systématique des pesticides de la famille des néonicotinoïdes », mais elle est aussi en contradiction avec le consensus scientifique mondial, ainsi que les recherches du CEROM. La toxicité des néonicotinoïdes pour les pollinisateurs n’est en effet plus remise en question ; sont plutôt contestés les autres facteurs de mortalité chez les abeilles et les solutions à mettre en oeuvre.

Contacté par Le Devoir, M. Overbeek nie se placer en contradiction avec les résultats obtenus au CEROM. « Quand l’utilisation des néonicotinoïdes est faite en lien avec ce qui est écrit sur l’étiquette, ça n’amène pas de dommages au niveau des abeilles. »

Il affirme que les projets y sont menés « en fonction des attentes exprimées par le ministère de l’Agriculture ». « Le C.A. gère ces éléments-là et remet le mandat d’exécution à la direction », ajoute-t-il. Il affirme aussi ne jamais avoir discuté en conseil de restrictions en matière de publication scientifique.

« Je ne fais qu’apporter des nuances que tout agronome a droit d’apporter sur des travaux de recherche. J’ai fait des recherches personnellement sur des études comparées, avec ou sans l’utilisation des néonicotinoïdes sur 175 hectares durant deux saisons de végétation. C’est sûr que c’est moins que ce qui a été colligé au sein du CEROM, mais chacun amène des conclusions en fonction de ce qui se passe pour chacune de nos entreprises », s’explique-t-il.

À l’été 2016, il aurait ouvertement discrédité les résultats de recherche sur les néonicotinoïdes du CEROM devant le personnel de recherche, des membres du conseil d’administration et des fonctionnaires du ministère. « Ces recherches-là, ça vaut ce que ça vaut », aurait dit en substance le président du C.A. devant une vingtaine de personnes, rapportent deux témoins au Devoir.

« Le seul souvenir que j’ai de cette activité est qu’aucun des chercheurs ne participait », répond-il, puisque les chercheurs avaient boycotté cet événement annuel.

« Laxisme »

« Le problème n’est pas de contredire les recherches d’ailleurs, mais celles-là même qui sont faites dans son propre centre. C’est ça qui est inquiétant », résume l’un des employés qui sont partis.

Le professeur Éric Lucas s’interroge en outre sur le fait qu’un président du conseil d’administration d’un centre de recherche financé en majorité par des fonds publics « puisse déclarer d’une part dans les médias que les néonicotinoïdes n’ont pas d’effets sur les abeilles, alors qu’une série d’études, y compris celles au Québec, démontrent clairement le contraire ».

Le domaine de l’agroenvironnement en général semblait « déranger profondément certains membres du conseil d’administration », rapporte un autre ex-employé, qui a accepté d’en parler à condition de préserver son anonymat, craignant des représailles « dans un si petit milieu que l’agriculture au Québec ». Même son de cloche chez un autre chercheur qui a quitté le CEROM : « Je me faisais dire : “on n’aime vraiment pas ça que tu travailles là-dedans, et on aimerait mieux que tu ne travailles pas là-dedans”. »

Lors d’une rencontre avec le personnel, M. Overbeek, aurait déclaré : « On n’est pas en agroenvironnement », rapportent deux sources. L’agroenvironnement est pourtant la mission principale du programme Prime-Vert, qui finance 11 projets sur 21 actuellement appuyés par le MAPAQ.

Questionné sur cette déclaration, M. Overbeek a d’abord affirmé au Devoir ne pas avoir été présent à cette rencontre. Puis, il a ensuite indiqué que ces rencontres devaient rester « entre les personnes concernées par la discussion ».

Interrogé par Le Devoir sur les mesures mises en place face à cette crise, le MAPAQ répond avoir imposé l’embauche d’un cadre intermédiaire pour permettre au CEROM « d’améliorer la situation au niveau des ressources humaines ». Le directeur en place depuis 2010 a été congédié en février dernier après une réunion à huis clos du conseil d’administration, mais on ignore s’il s’agit d’une exigence du ministère.

Le MAPAQ s’en remet entièrement aux règlements généraux et à la régie interne quant aux actes du conseil d’administration. Du « laxisme » selon plusieurs sources ou carrément « sous influence », prétendent deux des témoins. Le conseil d’administration est libre de sa composition, puisque le CEROM est un OBNL, donc un organisme privé. En agriculture, il n’est pas rare que l’industrie et les producteurs agricoles participent au financement de la recherche.

Alors que nous menions nos recherches, le CEROM a diffusé un communiqué jeudi dernier, réitérant « l’importance de sa mission » : « Le conseil d’administration identifie les thématiques de recherche jugées prioritaires. La recherche scientifique est réalisée de manière indépendante », y écrit la nouvelle direction.

À voir en vidéo