La France appelle le Canada à renoncer à exploiter ses énergies fossiles

L’Association canadienne des producteurs pétroliers prévoit que la production quotidienne de pétrole passera de 3,8 millions barils aujourd’hui à 5,1 millions de barils en 2030.
Photo: Daniel Barnes / Getty Images L’Association canadienne des producteurs pétroliers prévoit que la production quotidienne de pétrole passera de 3,8 millions barils aujourd’hui à 5,1 millions de barils en 2030.

Le gouvernement français d’Emmanuel Macron estime que le Canada devra faire preuve de « courage » et renoncer à exploiter ses énergies fossiles, au nom de l’engagement international à lutter contre les changements climatiques. C’est ce qu’a déclaré l’Élysée au Devoir en marge du One Planet Summit de Paris.

« La situation du Canada est une illustration du courage qu’il faut avoir aujourd’hui pour renoncer à certaines richesses qui se trouvent sous nos pieds », a ainsi soutenu « la présidence de la République française ».

« C’est tellement tentant d’utiliser ces ressources, surtout que vous avez de tout au Canada. Vous avez du gaz naturel, vous avez du pétrole, vous avez les sables bitumineux. Ce sont des milliards de dollars qui dorment », a ajouté l’Élysée.

Uniquement pour le pétrole, l’Association canadienne des producteurs pétroliers prévoit que la production quotidienne passera de 3,8 millions barils aujourd’hui à 5,1 millions de barils en 2030. Cela équivaut à plus de 1,8 milliard de barils par année. La plus grande part de cette croissance doit provenir des sables bitumineux, dont la production quotidienne doit passer de 2,4 millions de barils, l’an dernier, à 3,7 millions de barils en 2030. Il s’agit d’une hausse d’un peu plus de 50 %.

« En même temps, a ajouté la présidence française, vous savez que si vous continuez à exploiter ces ressources, vous allez augmenter les émissions de gaz à effet de serre. […] Vous avez donc toutes ces ressources auxquelles il faut renoncer. Ça, c’est le courage des dirigeants qui doit être de dire : “Quelles sont les stratégies à prendre pour ‘décarboner’ notre économie ?” » L’Élysée a d’ailleurs reconnu que le Canada « est dans une situation qui est très difficile ».

« Il y a une conscience climatique qui est très élevée au Canada, a-t-on toutefois souligné au lendemain du One Planet Summit de Paris. Les gens voient les effets du réchauffement climatique dans le Grand Nord, dans les océans. »

La présidence de la République a fait référence à la fonte du pergélisol de l’Arctique, une situation qui risque de libérer des quantités très importantes de méthane au cours des prochaines décennies. Or, ce gaz à effet de serre, qui n’a jamais été pris en compte dans les prévisions climatiques sur lesquelles s’appuient les engagements de l’Accord de Paris, peut être au moins 30 fois plus puissant que le CO₂, selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC).

Initiatives prometteuses

L’Élysée, qui a tenu des rencontres avec des représentants politiques canadiens et québécois à Paris au cours des derniers jours, a par ailleurs salué l’existence de gestes concrets en faveur de la lutte contre les changements climatiques au pays. « Il y a des initiatives très prometteuses qui sont prises par des villes canadiennes, mais aussi par certaines provinces, comme le Québec avec le marché du carbone, qui est en train de se connecter avec différentes régions. »

La présidence de la République française invite donc les scientifiques et les organisations gouvernementales « à aider le gouvernement à prendre les bonnes décisions ». Selon le Programme des Nations unies pour l’environnement, le respect des objectifs de l’Accord de Paris impose de laisser sous terre entre 80 % et 90 % des réserves connues de charbon, un tiers de celles de pétrole et la moitié de celles de gaz.

Les craintes

« On sait que la situation est déjà très grave, a-t-on fait valoir au Devoir. Mais la crainte des scientifiques, c’est que la situation devienne de plus en plus grave, en raison de l’effet d’emballement des changements climatiques. […] La bataille n’est peut-être pas perdue d’avance, mais elle est très difficile. »

Le développement des projets pour réduire les émissions de gaz à effet de serre était d’ailleurs au coeur du sommet organisé dans la capitale française pour faire le point, deux ans après l’adoption de l’Accord de Paris.

Plusieurs intervenants ont profité de l’occasion pour plaider en faveur d’une sortie rapide des énergies fossiles. « Les énergies fossiles appartiennent au modèle économique du passé. Elles ne sont plus la solution, elles sont le problème », a résumé le ministre français de la Transition écologique, Nicolas Hulot. Même son de cloche de la part du secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres. La Banque mondiale a pour sa part annoncé la fin, après 2019, du financement de projets pétroliers et gaziers.

Ottawa confiant

Interpellé sur la cohérence d’une exploitation pétrolière accrue dans un contexte de lutte contre les changements climatiques, le cabinet de la ministre de l’Environnement Catherine McKenna a réitéré les engagements pris par le gouvernement Trudeau.

« Nous sommes engagés à éliminer les subventions aux combustibles fossiles pour 2025. Cela fait partie d’un engagement du G20 », a souligné sa porte-parole, Marie-Pascale Des Rosiers, dans une réponse écrite. Dans un rapport publié en mai dernier, le vérificateur général avait toutefois souligné que le gouvernement fédéral n’avait toujours pas de « plan » pour parvenir à éliminer ces soutiens, évalués à 1,6 milliard de dollars par année par les groupes environnementaux.

« Nous sommes engagés et déterminés à atteindre nos cibles, a ajouté le cabinet de Mme Mckenna. C’est pourquoi nous avons mis en place des réglementations strictes sur le méthane ainsi que sur les émissions du secteur pétrolier et gazier. De plus, le gouvernement de l’Alberta a mis un plafond d’émissions fermé sur les sables bitumineux. »

Comme les émissions de gaz à effet de serre du secteur représentent actuellement environ 70 millions de tonnes par année, ce plafond fixé à 100 millions de tonnes permettra une croissance de la production au cours des prochaines années.

Plus tôt cette année, devant un parterre de représentants du secteur des énergies fossiles, le premier ministre Justin Trudeau avait par ailleurs déclaré qu’« aucun pays ne laisserait dans son sol 173 milliards de barils de pétrole sans les exploiter ». Il faisait ainsi référence aux réserves d’or noir du Canada, les troisièmes en importance dans le monde.

30 commentaires
  • Nadia Alexan - Abonnée 15 décembre 2017 02 h 29

    Pas de cohérence dans la politique du gouvernement Trudeau.

    Malheureusement, le Premier ministre Trudeau dit ce qu'on a envie d'entendre et ensuite, il fait le contraire. Il continue de subventionner les compagnies pétrolières à titre de 1,6 milliard de dollars par année, ce qui augmenterait les effets de serre des sables bitumineux, de 2,4 millions de barils, à 3,7 millions de barils en 2030, une hausse de 50 %, et en même temps il a signé l'Accord de Paris qui prévoit une diminution de nos énergies fossiles. Il faudrait que monsieur Trudeau accompagne ses belles paroles avec l'action concrète.

  • Serge Lamarche - Abonné 15 décembre 2017 03 h 24

    L'Alberta surtout

    Ce sont les albertains qui n'aimeront pas ça. Ben si l'ALENA est abandonné comme veut Trump, on pourrait racheter Petro-Canada et avoir notre essence à bas prix pour l'éternité. Ça payerait pour nos côtes qui se retrouveront bientôt sous la mer.

  • Denis Paquette - Abonné 15 décembre 2017 05 h 03

    c'est peut être que c'est une confiance qu'ils vont developpés peu apeu

    J'amais les conservateurs vont renoncer a leur or noir, depuis le temps qu'ils rêvent de s'en servir pour assoir leur pouvoir et peut être celui du Canada, peut-être qu'avec les incendies qu'ils ont eus ces dernieres années, qu'ils ont compris que le climat devrait avoir la priorité, enfin' s'ils veulent que leurs enfants en profitent, c'est ce qu'ils ont a faire

  • Benoit Fournier - Inscrit 15 décembre 2017 05 h 25

    Wow!

    Voilà un geste diplomatique courageux de la part de la France! Remettre ainsi à sa place un partenaire comme le Canada, à ma connaissance, en diplomatie, c'est très significatif!

    • Hélène Boily - Abonnée 15 décembre 2017 09 h 12

      Moi je trouve que la France est tendre avec le Canada. Ça va couler sur le dos du PM comme sur celui d'un canard englué.

    • Pierre Robineault - Abonné 15 décembre 2017 11 h 14

      Chose certaine, nous aurons peut-être bientôt le plaisir d'assister à la toute première chicane entre le Président et le Premier. Une discussion interselfiste nous amusera.
      Facile pour Macron qui en comparaison n'a presque rien dans son sous-sol alors qu'il fouille allègrement dans le sous-sol des autres.
      Des "pinotes" pour notre tout naturel Trudeau aguerri dans l'art de dire oui et non en même temps.
      Le seul d'accord officiel entre ces deux réside dans la production d'instruments de guerre et leur envoi vers l'Arabie Saoudite et leur utilisation par des mercenaires venus de plusieurs autres pays engagés par elle, pour détruire une certaine population du Yémen présentement.

    • Pierre Fortin - Abonné 15 décembre 2017 18 h 42

      Monsieur Robineault,

      Croyez-vous que ces Messieurs communiquent par selfies uniquement ? Les quelques rapports directs qu'ils ont eus nous ont plutôt montré qu'ils étaient "comme cul et chemise" — quand à savoir qui est la chemise et qui est l'autre ...

      M'enfin !

      Je serais très surpris qu'Emmanuel Macron ait formulé une insulte sans prévenir.

  • Jacques Morissette - Abonné 15 décembre 2017 06 h 01

    Jusqu'à quel point c'est dit en toute bonne foi?

    Bien d'accord avec les vœux pieux de Macron. Mais la présidence de la République française, comme Alexandre Shields le dit dans son texte, est-elle en train de manipuler les cartes de l'opinion internationale pour dire au Canada ce qu'il doit faire? Je me demande bien ce que la présidence de la République française, Macron, dit aux compagnies transnationales françaises? Macron est-il en train de jouer deux parties à la fois? Le temps verra bien à filtrer de tout ceci le vrai du faux.

    • Gilles Théberge - Abonné 15 décembre 2017 14 h 49

      Vous aurez réponse è tout cela en fréquetant France24 sur la Toile, qui donne toute l'information en direct.

      À fortiori les propos du président de la République : https://www.youtube.com/watch?v=hL0sEdVJs3U