Recyc-Québec et Éco Entreprises Québec promettent des solutions à la crise du recyclage

Recyc-Québec et Éco Entreprises Québec affirment que les matières récupérées au Québec ne finiront pas au dépotoir, malgré la fermeture des frontières chinoises aux centaines de milliers de tonnes de matières récupérées par les citoyens québécois.

Dans un communiqué conjoint publié mardi dans la foulée des révélations du Devoir sur la crise du recyclage, la société d’État et le représentant des entreprises qui financent la récupération ont annoncé la mise sur pied d’une « équipe coordonnée » pour trouver des solutions à la gestion des matières récupérées.

Recyc-Québec et Éco Entreprises Québec (EEQ) s’entendent dans un premier temps pour éviter l’enfouissement des matières, « même en solution de dernier recours ou en “solution temporaire”  ». Pour la présidente-directrice générale d’EEQ, Maryse Vermette, il en va de la « confiance » des Québécois dans le système de recyclage.

L’objectif « principal » est toutefois de parvenir à améliorer la « qualité » du tri des matières dans les centres de tri de la province, de façon à pouvoir trouver de nouveaux acheteurs. Cela pourrait nécessiter des investissements en développement technologique, selon Mme Vermette.

Qui plus est, on espère développer de nouveaux débouchés « locaux » pour les matières récupérées. En clair, on souhaite augmenter la part des matières qui sont recyclées au Québec. Un souhait également exprimé par la ministre de l’Environnement, Isabelle Melançon.

Il s’agirait cependant d’un changement de cap majeur puisque, à l’heure actuelle, plus de 60 % des matières récupérées au Québec sont exportées pour être recyclées. Le Québec récupère chaque année plus de 800 000 tonnes de matières, dont 700 000 tonnes de papier et de carton.

6 commentaires
  • Sylvain Bolduc - Abonné 1 novembre 2017 07 h 26

    L'âge de pierre

    Il semblerait bien que le Québec est toujoyrs arriéré pour ce qui est du recyclage et c'est tout à fait désolant et incompréhemsible que dans une société progressiste et innovatrice comme notre beau gouvernement libéral aime bien nous le faire croire, on en est seulement en 2017 à l'étape de la ceuillette et du tri.

    Le parti de l'innovation qu'on aime nous dire et nous faire croire.........

    • JACQUES ROSS - Abonné 3 novembre 2017 20 h 00

      Serait-il possible de produire des bûches pour foyers avec le papier et carton a recycjer comme on le fait pour les résiduts forestiers?

  • Marguerite Paradis - Abonnée 1 novembre 2017 09 h 01

    AU SECOURS : INTELLIGENCE... ARTIFICIELLE OÙ ÊTES-VOUS?

    Ce serait urgent de mettre à contribution l'$ investie dans l'intelligence... artificielle pour la proposition de solutions efficientes.
    M.P.

    • Daniel Bérubé - Abonné 1 novembre 2017 14 h 29

      Encore là... ce seront des "intelligences biologiques" qui programmeront les "intelligences artificielles"...

  • Daniel Bérubé - Abonné 1 novembre 2017 14 h 30

    Le problème,

    est que seule les solutions dites "rentables" seront envisagé... ce sera encore les marchés qui décideront, et si quelque chose est efficace mais non rentable, il y a peu de chance qu'il soit retenu.

  • Jean Roy - Abonné 2 novembre 2017 08 h 40

    Réchauffement de la planète vs Recyclage

    Je viens de lire les deux articles de l’édition du 1er novembre... et je suis en proie a un certain découragement!

    Quelques intervenants ont souligné l’importance de casser ou de réformer notre société de consommation, afin de parvenir à freiner le réchauffement de la planète...

    Le recyclage constitue à cet égard un effort minimal. Depuis des années, nous avons pris, individuellement, l’habitude de remplir notre bac bleu... mais depuis tout ce temps, nous n’avons pas encore su prendre, collectivement, les moyens de réutiliser efficacement cette matière.

    Comment imaginer seulement que nous pourrons ensemble un jour vraiment revoir nos habitudes de consommation et diminuer notre impact environnemental?