Pétrolia passe sous contrôle albertain

Pétrolia contrôle plusieurs permis d’exploration en Gaspésie.
Photo: Pétrolia Pétrolia contrôle plusieurs permis d’exploration en Gaspésie.

Pétrolia vient de passer officiellement sous le contrôle de la gazière albertaine Pieridae Energy, après la fusion des deux entreprises. La nouvelle entité exploite plusieurs permis d’exploration en Gaspésie.

Par voie de communiqué, Pétrolia a annoncé mercredi que la fusion avec l’entreprise albertaine était maintenant chose faite, après que les actionnaires de Pétrolia eurent approuvé « massivement » l’entente intervenue en mai entre les deux entreprises.

Le gouvernement du Québec était le « premier actionnaire » de Pétrolia.

Cette fusion signifie que l’entreprise québécoise passe désormais sous le contrôle de la société albertaine. La nouvelle entité sera d’ailleurs nommée Pieridae Energy Limited. Elle maintiendra des bureaux à Calgary, à Québec et à Halifax.

Permis en Gaspésie

Selon ce que précise le communiqué publié mercredi, l’entreprise compte concentrer ses activités autour du développement du terminal méthanier Goldboro, en Nouvelle-Écosse.

Ce projet doit permettre de liquéfier du gaz naturel exploité notamment aux États-Unis, en vue de son exportation vers l’Europe, l’Amérique du Sud et l’Asie.

Pieridae Energy misera en outre sur la « production » de gaz naturel, notamment grâce au « potentiel de ressources détenu par Pétrolia ». Il faut dire que Pétrolia, qui possède plusieurs permis d’exploration en Gaspésie, mise déjà sur le développement du projet Bourque, situé à l’est de Murdochville.

Ce projet pourrait renfermer un important potentiel en gaz naturel, mais peut-être aussi en pétrole.

Premier actionnaire de l’entreprise, le gouvernement du Québec a d’ailleurs investi plus de 12 millions de dollars dans le projet Bourque. Des forages exploratoires ont déjà été réalisés, dont deux forages horizontaux achevés en 2016.

Pour le moment, le potentiel d’exploitation commerciale d’énergies fossiles reste à préciser. Si le projet de Bourque va de l’avant, il est prévu de construire un gazoduc, puis une usine flottante de liquéfaction de gaz naturel dans la baie de Gaspé, en vue de l’exportation de la ressource.

Pétrole

La nouvelle entité sera donc surtout spécialisée dans la production et la distribution de gaz naturel liquéfié. La fusion ne signifie toutefois pas que Pétrolia laisser tomber ou retarde le projet pétrolier Haldimand.

Un « test de production » réalisé l’an dernier a permis d’extraire 1200 barils de pétrole, peut-on lire dans le plus récent rapport annuel de l’entreprise.

Plus tôt cette semaine, l’entreprise a d’ailleurs annoncé la prise de contrôle totale de permis d’exploration situés à la pointe de la Gaspésie, entre Gaspé et Percé.

Opposition

La Ville de Gaspé s’oppose toutefois aux projets de Pétrolia sur son territoire habité. Mais pour le moment, les projets de règlement du gouvernement Couillard pour encadrer les forages permettraient aux entreprises de forer à 175 mètres des secteurs résidentiels.

Après avoir reçu en août 20,5 millions de dollars de fonds publics en guise de compensation pour la fin du contrat Hydrocarbures Anticosti, Pétrolia souhaite aussi lancer un projet d’exploration nommé Gaspésia, au sud du parc national de la Gaspésie.



À voir en vidéo