Pétrolia passe sous contrôle albertain

Pétrolia contrôle plusieurs permis d’exploration en Gaspésie.
Photo: Pétrolia Pétrolia contrôle plusieurs permis d’exploration en Gaspésie.

Pétrolia vient de passer officiellement sous le contrôle de la gazière albertaine Pieridae Energy, après la fusion des deux entreprises. La nouvelle entité exploite plusieurs permis d’exploration en Gaspésie.

Par voie de communiqué, Pétrolia a annoncé mercredi que la fusion avec l’entreprise albertaine était maintenant chose faite, après que les actionnaires de Pétrolia eurent approuvé « massivement » l’entente intervenue en mai entre les deux entreprises.

Le gouvernement du Québec était le « premier actionnaire » de Pétrolia.

Cette fusion signifie que l’entreprise québécoise passe désormais sous le contrôle de la société albertaine. La nouvelle entité sera d’ailleurs nommée Pieridae Energy Limited. Elle maintiendra des bureaux à Calgary, à Québec et à Halifax.

Permis en Gaspésie

Selon ce que précise le communiqué publié mercredi, l’entreprise compte concentrer ses activités autour du développement du terminal méthanier Goldboro, en Nouvelle-Écosse.

Ce projet doit permettre de liquéfier du gaz naturel exploité notamment aux États-Unis, en vue de son exportation vers l’Europe, l’Amérique du Sud et l’Asie.

Pieridae Energy misera en outre sur la « production » de gaz naturel, notamment grâce au « potentiel de ressources détenu par Pétrolia ». Il faut dire que Pétrolia, qui possède plusieurs permis d’exploration en Gaspésie, mise déjà sur le développement du projet Bourque, situé à l’est de Murdochville.

Ce projet pourrait renfermer un important potentiel en gaz naturel, mais peut-être aussi en pétrole.

Premier actionnaire de l’entreprise, le gouvernement du Québec a d’ailleurs investi plus de 12 millions de dollars dans le projet Bourque. Des forages exploratoires ont déjà été réalisés, dont deux forages horizontaux achevés en 2016.

Pour le moment, le potentiel d’exploitation commerciale d’énergies fossiles reste à préciser. Si le projet de Bourque va de l’avant, il est prévu de construire un gazoduc, puis une usine flottante de liquéfaction de gaz naturel dans la baie de Gaspé, en vue de l’exportation de la ressource.

Pétrole

La nouvelle entité sera donc surtout spécialisée dans la production et la distribution de gaz naturel liquéfié. La fusion ne signifie toutefois pas que Pétrolia laisser tomber ou retarde le projet pétrolier Haldimand.

Un « test de production » réalisé l’an dernier a permis d’extraire 1200 barils de pétrole, peut-on lire dans le plus récent rapport annuel de l’entreprise.

Plus tôt cette semaine, l’entreprise a d’ailleurs annoncé la prise de contrôle totale de permis d’exploration situés à la pointe de la Gaspésie, entre Gaspé et Percé.

Opposition

La Ville de Gaspé s’oppose toutefois aux projets de Pétrolia sur son territoire habité. Mais pour le moment, les projets de règlement du gouvernement Couillard pour encadrer les forages permettraient aux entreprises de forer à 175 mètres des secteurs résidentiels.

Après avoir reçu en août 20,5 millions de dollars de fonds publics en guise de compensation pour la fin du contrat Hydrocarbures Anticosti, Pétrolia souhaite aussi lancer un projet d’exploration nommé Gaspésia, au sud du parc national de la Gaspésie.

10 commentaires
  • Sylvain Bolduc - Inscrit 26 octobre 2017 05 h 42

    Une nouvelle façon...

    de financer le pétrole albertain grâce aux fonds publics du Qc. Ah que c'est beau et ça se dit un parti vert pro-environement.

    • Daniel Grant - Abonné 26 octobre 2017 08 h 18

      @S. Bolduc
      Très juste, on assiste à la course aux indemnités des pétrolières.
      Comme si ce n'était pas assez corrompu pendant que Pétrolia était entre les mains des pétroleux du Québec maintenant on ajoute une couche canadienne de magouille.

  • Daniel Grant - Abonné 26 octobre 2017 08 h 39

    Les média du QC sont plus intéressés aux affaires de zizi de Rozon et Salvail ...

    que ce que les affairistes du PLQ sont en train de nous magouiller.

    J’espère que QC a réussi a récupérer l’argent de nos taxes enfoui dans cette aventure toxique de Pétrolia avant d’être obligé d’en payer encore plus à une de l’AB (par contrainte légale volontaire, gracieuseté de la loi 106)

  • Jean Gadbois - Inscrit 26 octobre 2017 09 h 14

    Un autre pan de notre économie qui se fait vider de son sens.

    Québec inc. devient #Quebecforsale, une province de succursales: retours à l'obscurantisme des années qui ont précédé "Le refus global", façon libéralisme économique. Disparaître tranquillement.

  • Daniel Grant - Abonné 26 octobre 2017 09 h 32

    Le QC ignore la mortalité due à la pollution


    pcq on s’est adapté par dépendance morbide, à l’importer, mais maintenant on veut aussi exporter la pollution pour qu’à notre tour on puisse polluer les autres. Bel avenir!

    La Gaspésie sacrifiera son territoire aux mains des prédateurs du pétrole et héritera de tremblements de terre, des torchères qui vont empester et empoisonner l’air 24/7, contaminer l’eau, intoxiquer la terre la faune et la flore. Les propriétaires verront leurs propriétés perdent leur valeur dans un environnement pollué.
    Pour avoir une idée de ce qui attend la Gaspésie on peut regarder dans quel état les pétrolières irresponsables ont laissé l’AB. Ça s’appel la Honte du Canada.

    Au lieu de se faire obnubiler par la publicité mensongère des pétrolières, le PLQ et la CAQ devraient lire le Rapport Lancet et de réfléchir à ce que ça veut dire l’intérêt publique.

    https://cleantechnica.com/2017/10/24/pollution-responsible-16-deaths-globally-new-report/

    • Jean-Pierre Grisé - Abonné 26 octobre 2017 11 h 12

      Etes-vous sérieux,M.Grant,demander aux PLQ et CAQ de réflechir et en plus sur l'intéret publique ? Ils en ignorent jusqu'a l'existence de ces mots.

    • Daniel Grant - Abonné 26 octobre 2017 14 h 37

      @M. Jean-Pierre Grisé
      J’essaie de garder mon sérieux, mais je pense que vous avez raison M.Grisé, c’est de demander beaucoup à la CAQ et le PLQ.

      Après que Harper et ses acolytes aient baissé la barre tellement basse en matière d’environnement au Canada, il est vrai que ça ne prend pas un niveau de conscience sociale élevé de la part de la CAQ et le PLQ pour se satisfaire de danser le Limbo en dessous de cette barre qui est déjà au minimum.

      On dirait que Couillard vise encore plus bas (avec la loi 106), comme Trump et sa gang de négationnistes qui dé-tricotent toutes les protections environnementales existantes.

  • Nicole D. Sévigny - Abonnée 26 octobre 2017 16 h 52

    Quoi?

    Il va falloir "encore" signer des pétitions? apostropher ces durs de la feuille que sont nos gouvernements? sortir dans la rue (l'hiver s'en vient... ils avaient prévu le coup),? sortir nos crayons et....commenter, argumenter, se fâcher, leur dire nos quatres vérités, et cetera...? C'est rebelote.... encore une fois?

    Même maintenant que vous vous appelez «Pieridea Energy Limited» ...que vous nous avez "soutiré" (mot fort poli de ma part) 20millions $ ...que....que ...que...

    N'y pensez même pas !!!!
    La Gaspésie....n'y touchez surtout pas !!!
    On a déjà donné...!!!

    No pasaran!
    C'est NON !