Gaz Métro financé par le Fonds vert

La gestion du Fonds vert a fait l’objet de nombreuses critiques au cours des dernières années.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir La gestion du Fonds vert a fait l’objet de nombreuses critiques au cours des dernières années.

Le gouvernement Couillard vient d’accorder 20 millions de dollars provenant du Fonds vert à Gaz Métro, pour lui permettre d’étendre son réseau de distribution.

Cette subvention à une entreprise qui distribue de plus en plus de gaz de schiste s’inscrit dans le cadre de la « transition énergétique », affirment les libéraux. Il s’agit au contraire d’une décision injustifiée, réplique l’ancien coprésident de la Commission sur les enjeux énergétiques.

Coup sur coup, le gouvernement a annoncé l’octroi d’une « aide financière maximale » de 6,7 millions, puis une autre de 13,2 millions à Gaz Métro. Ces fonds doivent servir à deux projets d’extension du réseau de distribution de gaz naturel, l’un dans la région de Thetford Mines et l’autre en Beauce. En moyenne, Québec paie 75 % de la facture des projets.

Dans les deux cas, le gouvernement est allé puiser dans le Fonds vert pour financer l’installation de nouvelles conduites pour transporter le gaz naturel vers de futurs clients de Gaz Métro. La construction devrait débuter à l’été 2018, selon ce que précise l’entreprise.

« La grande majorité des clients seront commerciaux, industriels ou institutionnels, dans un premier temps », ajoute sa porte-parole, Catherine Houde.

« Nous sommes tous appelés à contribuer à une transition vers une plus grande utilisation d’énergies renouvelables, et le gaz naturel est une avenue énergétique efficace pour nous aider à accélérer cette transition, a fait valoir le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand, au moment de l’une des annonces des derniers jours. C’est avec cet objectif en tête que notre gouvernement poursuit ses interventions en vue de favoriser l’extension du réseau de gaz naturel au Québec. »

On ne sait toutefois pas, pour le moment, quels seront les éventuels impacts en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Selon ce que précise le cabinet de M. Arcand, en réponse aux questions du Devoir, le gaz naturel « pourrait jouer un rôle de plus en plus important dans le soutien au développement économique et dans la compétitivité des entreprises québécoises sur la scène internationale ». On ne sait cependant pas, pour le moment, quelles entreprises utiliseront ce gaz.

Décision injustifiée

Pour l’ancien coprésident de la Commission sur les enjeux énergétiques, Normand Mousseau, le gouvernement ne fait tout simplement pas la preuve que ces investissements sont justifiés dans le cadre de son Plan d’action 2013-2020 sur les changements climatiques.

« Nous n’avons pas d’informations pour ces investissements du Fonds vert. Quelles seront les réductions de gaz à effet de serre ? Est-ce que cet investissement de 20 millions aurait été plus efficace ailleurs ? Nous n’avons aucun moyen d’évaluer la pertinence de l’investissement, par rapport aux objectifs du gouvernement », insiste-t-il.

Puisque le Québec espère réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 37,5 % d’ici 2030, M. Mousseau estime d’ailleurs que « la solution n’est pas de passer du mazout au gaz naturel, mais plutôt de passer à l’électricité ».

Selon lui, le fait d’investir des millions dans une extension du réseau de gazoducs est donc une erreur. « On construit une infrastructure qui doit être utilisée pour au moins 50 ou 60 ans, alors que nous devons réduire notre consommation d’énergies fossiles, et donc éventuellement cesser d’utiliser cette infrastructure. »

La gestion du Fonds vert a fait l’objet de nombreuses critiques au cours des dernières années. Des documents du ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC) ont aussi révélé ce printemps que des centaines de millions y ont été investis, mais en ne générant que de faibles baisses d’émissions de gaz à effet de serre.

Qui plus est, le gouvernement a accordé de l’aide provenant du Fonds vert à la pétrolière Suncor, un important exploitant des sables bitumineux, à Canadoil Forge, qui fabrique des portions de pipelines pour TransCanada, à la multinationale Alcoa, à la minière Arcelor Mittal ou encore à Bombardier.

Nous n’avons aucun moyen d’évaluer la pertinence de l’investissement, par rapport aux objectifs du gouvernement

 

Gaz de schiste

Par ailleurs, Gaz Métro distribue de plus en plus du gaz « non conventionnel », soit du gaz de schiste ou provenant de « réservoirs étanches ». L’exploitation de ces ressources, qui a soulevé une vive controverse au Québec, nécessite des opérations de fracturation hydraulique.

Est-ce que l’entreprise est en mesure de préciser quelle est la proportion de ce type de gaz naturel dans son réseau ?

« Il n’est pas, à l’heure actuelle, possible de pouvoir le relier à sa source de production et donc, à son procédé d’extraction », indique Catherine Houde. Elle explique qu’il existe « de nombreuses interconnexions en Amérique du Nord sur le réseau gazier ». Il n’est donc pas possible de connaître la « provenance exacte » du gaz qui circule dans le réseau au Québec.

L’entreprise admet toutefois que le gaz de schiste est de plus en plus présent. « Il est possible d’affirmer que, comme il y a de plus en plus de production non traditionnelle de gaz naturel en Amérique du Nord, la proportion de ce type de gaz naturel qui entre au Québec va en augmentant. »

Les prévisions sur la production de gaz naturel provenant de l’Office national de l’énergie et de l’Energy Information Administration, aux États-Unis, indiquent que le gaz de schiste et celui des réservoirs étanches continueront d’augmenter au cours des prochaines années. Il devrait représenter entre 70 % et 90 % de la production d’ici 2035.

Or, l’exploitation de ces ressources « soulève de nombreuses questions environnementales », souligne Normand Mousseau.

Selon différentes études publiées au cours des dernières années, le gaz de schiste pourrait être nettement plus polluant que le gaz naturel conventionnel. L’exploitation par fracturation émet en effet d’importantes quantités de méthane, un gaz à effet de serre qui peut être au moins 30 fois plus puissant que le CO2, selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC).

Outre les impacts climatiques, cette exploitation peut nécessiter jusqu’à 10 millions de litres d’eau pour chaque forage. Certains redoutent aussi la contamination des sols et des eaux souterraines.

31 commentaires
  • Denis Paquette - Abonné 19 juillet 2017 01 h 41

    nous éloigner des sables qui nous coutent une fortune a produire

    Gaze Métro vient-il, enfin, avoir une aide de son cousin, la question est maintenant de savoir s'il peut devenir une alternative au pétrole des sables, que l'on veut nous imposer , même les américains n'en veulent pas, peut-être que le grand rêve d'Harper vient de s'écrouler, il y a une limite a vouloir nous imposer un pétrole qui coute une fortune a produire, la question va maintenant de savoir, celui qui coutera le moins cher a produire, enfin, les américains semblent privilégiés les gazes de chismes, une chose est sur, ca va nous permettre, de nous distancer des sables qui nous coutent une fortune a produire

  • Robert Beauchamp - Abonné 19 juillet 2017 05 h 51

    Les empoisonneurs

    Il faut le faire. Utiliser le fric qui va servir à nous empoisonner en contaminant la nappe phréatique. Totalement immoral.

  • Jean-Pierre Lusignan - Abonné 19 juillet 2017 07 h 04

    La «petite caisse»

    Il y a de l'argent dans le fonds vert et le gouvernement l'utilise selon son bon plaisir. Il suffit de se présenter à la bonne porte pour obtenir sa part. Plus une entreprise est grosse, plus elle aura de chance d'obtenir quelque chose: faire affaire avec les riches présente d'énormes avantages.

    • Nicole Delisle - Abonné 19 juillet 2017 11 h 21

      Le gouvernement Couillard persiste dans sa mauvaise gestion des enjeux environnementaux et bafoue sa parole à l'international! Il berne outrageusement tous les québécois et fait montre d'une incompétence incroyable. Il favorise les grands joueurs au détriment des citoyens. Et il a l'audace de nous faire payer une taxe verte qu'il dévie volontairement vers des énergies polluantes! Une véritable escroquerie libérale!

    • Robert Beauchamp - Abonné 19 juillet 2017 11 h 25

      Et cela ne fera qu'à ajouter à la valeur des dividendes des actionnaires néo-libéraux. À fond la caisse.

    • Richard Olivier - Inscrit 19 juillet 2017 17 h 23

      Et nous payons 0.14$ le litre pour les compagnies polluante comme La Cimenterie de Beaudoin..
      Air canada....amis des libéraux à Québec.
      Constructeurs de pipeline

      etc

  • Alain Larouche - Abonné 19 juillet 2017 07 h 42

    L'art de se tirer dans le pied.

    Vraiment le gouvernement Couillard est d'un ridicule consommé pour l'utilisation du Fonds vert. Le gaspillage de nos taxes pour être versé dans des entreprises afin d'augmenter les gaz à effet de serre est une abération. Et ça va continuer encore et encore de puiser des millions de dollars dans ce fond car aucun critère qui se tient debout guide le choix du gouvernement dans ses décisions. Il faut que ça s'arrête. Nous passons pour des cancres exploités par un gouvernement incompétent.

  • François Beaulé - Abonné 19 juillet 2017 07 h 57

    Le mythe de la « transition énergétique »

    L'utilisation accrue du gaz naturel augmente la dépendance globale aux énergies fossiles. Le ministre Pierre Arcand dit n'importe quoi quand il prétend que la combustion de plus de gaz naturel accélère une transition. C'est tout le contraire. Et c'est inacceptable que le fonds vert serve à augmenter notre dépendance aux énergies fossiles alors que ce fonds a été créé pour faire l'inverse.