Six baleines noires mortes dans le golfe du Saint-Laurent

La baleine noire de l’Atlantique nord est classée « en voie de disparition » par le gouvernement canadien.
Photo: NOAA La baleine noire de l’Atlantique nord est classée « en voie de disparition » par le gouvernement canadien.

Les inquiétudes grandissent dans le golfe du Saint-Laurent. Le nombre de baleines noires retrouvées mortes s’élève maintenant à six, et ce, en quelques jours à peine. Mais on ignore pour le moment la cause de ces décès, qui sont d’une ampleur historique pour l’espèce.

Dans un communiqué publié samedi, Pêches et Océans Canada (MPO) a fait écho aux inquiétudes des scientifiques en soulignant que cette situation sans précédent est « très préoccupante ».

Il faut dire qu’on recense habituellement moins de trois carcasses chaque année pour l’ensemble de la population. Ces six baleines mortes représentent donc déjà plus du double la moyenne annuelle, alors que la saison estivale débute à peine.

Qui plus est, on recensait seulement trois baleines noires mortes dans le Saint-Laurent il y a de cela trois jours. Ces trois cétacés ont été repérés entre le Nouveau-Brunswick et les Îles de la Madeleine.

Mobilisation

« La priorité est de déterminer ce qui a causé la mort de ces magnifiques mammifères marins qui se font de plus en plus rares, a précisé le ministère. Étant donné que leur population est faible, le MPO s’engage à faire tout son possible pour comprendre ce qui est arrivé à ces baleines afin que les décès évitables des baleines ne surviennent pas à l’avenir. »

Le fédéral, qui travaille avec des scientifiques canadiens et américains dans ce dossier, a d’ailleurs mobilisé des avions de la Garde côtière pour repérer les animaux à la dérive. Cela doit permettre d’aller par la suite recueillir des échantillons, afin de tenter de déterminer les causes des mortalités. Le MPO évalue aussi la possibilité de remorquer au moins une des carcasses sur la terre ferme pour procéder à une nécropsie.

Si tant d’efforts sont déployés pour tenter d’identifier les causes des décès, c’est que la baleine noire de l’Atlantique nord est classée « en voie de disparition » par le gouvernement canadien. Il reste à peine 500 de ces baleines, qui vivent essentiellement le long de la côte est américaines, mais qui sont de plus en plus souvent aperçues dans le golfe du Saint-Laurent.

Qu’est-ce que la baleine noire de l’Atlantique Nord?

Cette baleine peut atteindre une taille de 18 mètres, pour un poids de plus de 60 tonnes. Chaque individu est reconnaissable par les taches blanches uniques qu’il porte sur la tête, appelées callosités. Il s’agit d’une espèce qui se nourrit essentiellement de copépodes, des petits crustacés qu’elle filtre à l’aide de ses fanons.

La baleine noire, appelée « Right whale » en anglais, a été décimée par des siècles de chasse commerciale. Elle était une cible privilégiée pour les baleiniers, puisqu’elle flotte une fois morte et qu’elle fournit une bonne quantité de graisse, cette matière qui était fondue pour produire de l’huile.

8 commentaires
  • Linda Dauphinais - Inscrit 24 juin 2017 17 h 54

    Questionnement....

    Les baleines sont-elles une des premières victimes des tentatives d'exploration de l'Ile d'Anticosti? La fracturation, les explosions, rien pour aider à améliorer un milieu de vie pour ces pauvres baleines... De plus, pouvez-vous imaginer le trafic démesuré de cargo contenant des matières dangereuses, du pétrole et ses semblables... Lorsqu'on sait que beaucoup de ces cargos ont des fuites et qu'ils continuent quand même à naviguer... Il est beau notre ministère de l'environnement autant canadien que québécois... Surtout attaché avec les compagnies afin que le commerce ait lieu malgré tout... malgré la perte et dégradation des milieux de vie des animaux et de l'humain... Une honte... de A à Z...

    • Vincent Lanouette - Abonné 24 juin 2017 22 h 12

      "Lorsqu'on sait que beaucoup de ces cargos ont des fuites et qu'ils continuent quand même de naviguer"....

      Mme Dauphinais détenez-vous des preuves pour faire avancer vos théories ?

      Vincent Lanouette
      pilote du St-Laurent

  • Linda Dauphinais - Inscrit 25 juin 2017 09 h 28

    ...

    Lorsque je lis des informations sur le site du Ministère de l'Environnement, les dernières données sont de l'an 2000!!!!! Alors, nous ne sommes pas à date avec la navigation qui existe maintenant comparée à celle de 2000...Mais je pense, que tout le trafic de cargo, de bateaux de plaisance, de bateaux de touristes, de cigarette boat polluent dangereusement le Fleuve Saint-Laurent et peut causer des méfaits aux formes de vie qui habitent ce fleuve (ainsi que toutes les pollutions provenant des rivières et bourrées de pesticide, d'engrais etc..)... Et beaucoup de cargos provenant d'autres pays semblent bien mal en point... Je ne suis pas une scientifique mais je crois que toute cette circulation modifie le fleuve assurément... comme notre circulation de camions et d'automobile modifie la qualité de l'air de nos villes... etc... Bref, c'est une simple opinion que je donne ici...

    http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/686753/bateau-

    https://www.usherbrooke.ca/environnement/fileadmin/sites/environnement/documents/Essais_2015/Allard_Lauriane_MEnv_2015.pdf

    http://archives.provancher.qc.ca/upload/file/125_2

  • Linda Dauphinais - Inscrit 25 juin 2017 10 h 10

    Nous payons tous à même notre santé

    pour la mondialisation... car celle-ci a changé la donne... ne serait-ce que notre qualité de vie qui a pris un bond en arriere car croyez-le ou non, notre qualité de l'air, de l'eau, de la terre est fortement abaissée depuis le free for all institutionnalisé... Tout pour l'argent... la vie qui bat, dont nous faisons partie, en prends pour son rhume (!!)

    Lecture:

    http://www.lemonde.fr/planete/article/2015/07/22/l

  • Linda Dauphinais - Inscrit 25 juin 2017 17 h 24

    Et dire

    que Le Devoir sous la plume de M. Alexandre Shields, en parlait déjà, en 2015...

    A-t-on besoin de plus de morts, a-t-on besoin d'être à moitié morts, tous autant que nous sommes, pour réaliser que nous sommes dans la mauvaise voie lorsque nous surutilisons le pétrole et cie pour nous véhiculer de quelque facon que ce soit... et que notre but dans la vie, ne doit pas être d'AVOIR la plus belle et grosse des bébelle...n'est pas de PROFITER encore et toujours et de surconsommer... en réalité, notre raison d'être doit être de PRÉSERVER, PROTÉGER... la vie qui bat, en nous et autour de nous...