L’ONE doit évaluer le transport pétrolier imputable à Énergie Est, dit le fédéral

Énergie Est devrait entraîner une augmentation du trafic pétrolier dans les eaux de l’Est canadien, notamment dans la baie de Fundy.
Photo: iStock Énergie Est devrait entraîner une augmentation du trafic pétrolier dans les eaux de l’Est canadien, notamment dans la baie de Fundy.

Le gouvernement fédéral juge que l’Office national de l’énergie (ONE) doit évaluer les impacts de la hausse du trafic pétrolier maritime qui découlera de la construction du pipeline Énergie Est, de TransCanada. Un avis que ne partage pas la pétrolière Irving, qui souhaiterait construire le port d’exportation pour ce pétrole des sables bitumineux.

Ressources naturelles Canada a fait parvenir une lettre de commentaires à l’ONE, en réponse à la décision de l’organisme de revoir les enjeux qui seront abordés dans le cadre de l’évaluation du pipeline Énergie Est. Cette lettre fait d’ailleurs partie de quelque 800 commentaires reçus par l’ONE au cours des dernières semaines.

Selon ce qu’on peut lire dans le document de Ressources naturelles Canada, le gouvernement fédéral « appuie l’inclusion des effets environnementaux » du transport maritime de pétrole brut qui découlera du projet de pipeline. La lettre précise ainsi que cet élément « fait partie intégrante du projet » de TransCanada.

Hausse du transport

Il faut dire que, pour le moment, ce pipeline est conçu principalement en vue de l’exportation. Selon des données préliminaires, quelque 80 % du pétrole transporté chaque jour depuis l’Alberta serait directement exporté, soit environ 900 000 barils.

Pour mettre en place un tel projet d’exportation — plus imposant que Trans Mountain, de Kinder Morgan, sur la côte ouest —, il est prévu de construire un terminal maritime d’exportation à Saint John, au Nouveau-Brunswick. Ce port, construit par Irving, serait assez important pour charger chaque année entre 230 et 280 pétroliers, qui exporteraient ce pétrole vers les États-Unis, l’Europe et l’Inde.

Cela signifie que le trafic pétrolier devrait augmenter dans les eaux de l’Est canadien, notamment dans la baie de Fundy. Cet écosystème est à la base d’une importante industrie de la pêche, en plus de celle du tourisme. Et la baie constitue un habitat critique pour une espèce classée « en voie de disparition » au Canada, soit la baleine noire.

Cette situation offrirait par ailleurs tout un contraste avec celle qui prévaut sur la côte ouest canadienne. En mai, le gouvernement a en effet annoncé son intention d’interdire le transport de brut sur toute la portion nord de la côte de la Colombie-Britannique.

Non nécessaire

Dans une lettre également transmise à l’ONE, la pétrolière Irving estime pour sa part que l’inclusion de la question du transport pétrolier maritime dans l’étude d’Énergie Est ne serait peut-être pas nécessaire, puisque cet enjeu est déjà abordé dans le cadre d’un processus nommé TERMPOL, mené sous l’égide de Transports Canada.

Fait à noter, dans sa lettre, Ressources naturelles Canada estime au contraire que la prise en compte du transport maritime par l’ONE « compléterait » le travail du comité TERMPOL.

Gaz à effet de serre

Irving profite par ailleurs de sa lettre de commentaires envoyée à l’ONE pour faire valoir que l’organisme n’a pas besoin d’évaluer les émissions de gaz à effet de serre liées au raffinage et à la combustion du pétrole des sables bitumineux qui sera transporté par le pipeline Énergie Est.

Selon la pétrolière, ces émissions dites « en aval » demeureront « relativement similaires » si les raffineries s’approvisionnent avec le pétrole des sables bitumineux transporté par Énergie Est ou si elles continuent de s’alimenter à leurs sources actuelles de brut, notamment le pétrole conventionnel qui est actuellement importé.

Dans le cas d’Irving, elle a déjà convenu d’une « entente » avec TransCanada dans le but d’acquérir chaque jour 50 000 barils de brut transporté par Énergie Est. Quant aux deux raffineries situées au Québec, soit celle de Suncor et celle de Valero, elles devraient être reliées au futur pipeline. On ne sait toutefois pas si elles achèteront du pétrole des sables bitumineux, ni quelle quantité.

Irving n’est pas la première pétrolière à remettre en question l’idée d’évaluer les émissions de gaz à effet de serre liées à Énergie Est. Dans une lettre transmise uniquement en anglais à l’ONE, TransCanada affirme que cette évaluation « serait complètement redondante et inutile », puisque le gouvernement fédéral s’est déjà engagé à évaluer cet enjeu.

4 commentaires
  • Daniel Bérubé - Abonné 12 juin 2017 11 h 13

    Irving...

    Avez-vous idée de ce que cette compagnie possède déjà au Nouveau Brunswick ? Nous la connaissons principalement sous le contexte pétrolier, mais moins en ce qui concerne le bois dans cette même province; elle est devenu le principal pillier de l'économie du N.B., et nous savons ce que représente parfois le risque de mettre tout ses oeufs dans le même pannier, si jamais "ce" panier est échapper pour quelque raison que ce soit, tout est perdu... comme dans le village qui fonctionnait avec un gros moulin à bois, le jour où il ferme, tout ce village, voir cette ville devient paralysé.

    Les énergies propre gagne de plus en plus de terrain, les voitures électriques deviennent de plus en plus populaires et améliorent d'année en année les distance possible avec une charge. Il faut cesser de laisser les multinationnales diriger nos gouvernements, et il est essentiel que les politiques changent et que le peuple reprenne le pouvoir qu'il a perdu.

    Il ne faut pas seulement voir l'argent et ce à court terme; il nous faut penser aux générations futures, qui auront a vivre dans ce monde que nous détruisons, et le pire, c'est que ces générations futures n'auront été pour rien responsables dans cet apocalypse que nous aurons laissé se provoquer. Mettons de côté les économies à court terme, et pensons aux humains, et à leurs désirs de continuer d'exister, et ce à long terme ! Sinon, l'orgeuil et l'égoïsme auront été les valeurs privilégiés... et, pensez-y quelques secondes: enlever l'orgeuil et l'égoïsme dans le monde, combien de problème mondiaux seraient résolus ?

  • Brigitte Garneau - Abonnée 12 juin 2017 12 h 49

    Tant que les sociétés (pétrolières) seront...

    Plus importantes que les citoyens (humains) et tant que nous serons incapables d'élire un gouvernement assez intelligent pour NOUS représenter plutôt que de représenter ces SOCIÉTÉS NUISIBLES, l'économie aura TOUJOURS préséance sur la VIE et la RAISON!

  • Gilles Théberge - Abonné 12 juin 2017 17 h 32

    No passaran...?

    Il suffit d'avoir une mobilisation citoyenne importante pour faire reculer cet hydre!

    J'y serai. Y serez-vous?

    C'est là que Trudeau va comprendre qu'il ne suffit pas de faire des Selfies pour gagner...

  • Daniel Grant - Abonné 12 juin 2017 18 h 23

    L’Alberta veut prendre en otage l’économie et la sécurité des autres provinces

    Comment peut-on endurer un modèle économique qui permet qu’une province (AB) prenne en otage les autres provinces.
    Une province qui met en péril toutes les autres industries des autres provinces en voulant passer cette saloperie graisseuse qui tue au travers le territoire du Canada.

    Quand on se fait enfumer par l’idéologie des pétrolières on ne peut plus faire de discours cohérents et intelligents en matière d’environnement et il devient de plus en plus évident qu’en matière économique non plus.

    Nous avons besoin d’entendre et de lire de plus en plus les réussites dans les énergies renouvelables pour se rendre compte qu’Energie Est n'est qu'un projet sans génie qui ne profiterait ‘à court terme’ qu’aux milliardaires du pétrole avant que ça devienne un actif bloqué, comme Nortel n’a profité qu’aux initiés avant de piquer du nez.