Climat: le Canada, la Chine et l’Union européenne unissent leurs forces

Plus de 200 pays ont signé l’Accord de Paris sur le climat.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Plus de 200 pays ont signé l’Accord de Paris sur le climat.

Le Canada, la Chine et l’Union européenne ont décidé qu’ils n’attendraient pas de savoir ce que le président américain Donald Trump fera de l’Accord de Paris sur le climat avant d’agir.

Les trois pays tiendront une rencontre ministérielle en septembre, a annoncé mardi la ministre de l’Environnement et du Changement climatique, Catherine McKenna, sur son compte Twitter.


Elle participait au Dialogue de Petersberg sur le climat qui se déroulait lundi et mardi à Berlin et qui réunissait 35 pays.

L’Allemagne, le pays-hôte de l’événement, s’attend à ce que Donald Trump fasse connaître ses intentions sur la lutte contre les changements climatiques lors du sommet des pays du G7 prévu en Italie les 26 et 27 mai, selon Bloomberg.

Plus de 200 pays ont signé l’Accord de Paris sur le climat, s’engageant ainsi à limiter le réchauffement de la planète en deçà de 2 degrés Celsius par rapport à l’ère préindustrielle et à poursuivre leurs efforts pour le contenir sous 1,5 degré Celsius.

Durant la campagne présidentielle, Donald Trump avait affirmé que les changements climatiques étaient un canular et que les États-Unis allaient « annuler » l’Accord de Paris sur le climat.

Greenpeace Canada a salué l’initiative du Canada, de la Chine et de l’Union européenne.

1 commentaire
  • Jacques Lapointe - Abonné 24 mai 2017 13 h 25

    Le patinage


    Je me demande quelle patinage le Canada va faire là-bas. Avec son intention d’augmenter la production d’environ de 35 % la production des sables bitumineux., la construction de 2 pipelines en Colombie Britannique, l’intention de donner son accord à Énergies Est. L’on sait que la durée de vie de ces pipelines est de 50 à 60 ans, alors est qu’il pense berner tout le monde avec ce scénario. Tout ça frise l’absurde. C’est complètement en opposition avec la réduction des gaz à effet de serre. Trudeau et McKenna n’ont pas peur du ridicule. Je ne comprends pas.
    Jacques Lapointe, environnementaliste, avec spécialisation en énergie renouvelable