Crise du verglas au Nouveau-Brunswick: les militaires commencent à quitter

Les quelque 200 soldats déployés dans la région pendant la crise ont livré du matériel d’urgence et aidé à remettre en état le réseau routier.
Photo: Diane Doiron La Presse canadienne Les quelque 200 soldats déployés dans la région pendant la crise ont livré du matériel d’urgence et aidé à remettre en état le réseau routier.

Gagetown — Les Forces armées canadiennes (FAC) ont entamé leur retrait graduel de la Péninsule acadienne, au Nouveau-Brunswick, puisque l’alimentation en électricité a été restaurée presque partout.

Lundi matin, moins de dix clients d’Énergie Nouveau-Brunswick étaient encore privés d’électricité. Ce nombre s’est élevé à 133 000 au plus fort de la crise du verglas.

Les FAC précisent dans un communiqué que les militaires retourneront graduellement dans leurs unités d’appartenance au fur et à mesure que les conditions s’amélioreront dans les collectivités touchées.

L’armée continuera quand même de prêter assistance aux opérations de secours dans les régions les plus éprouvées, dont les îles Lamèque et Miscou.

Les quelque 200 soldats déployés dans la région pendant la crise ont livré du matériel d’urgence et aidé à remettre en état le réseau routier. Ils ont aussi effectué plus de 5400 vérifications porte-à-porte, aidé à la distribution de génératrices, de carburant, de bois de chauffage et d’eau, et effectué des repérages le long des routes.

Les FAC ont aussi envoyé un aéronef de patrouille maritime CP-140 Aurora basé à Greenwood, en Nouvelle-Écosse, pour cartographier et déterminer l’ampleur des dommages aux infrastructures de la région. Un Griffon CH-146 basé à Gagetown a aussi été utilisé, principalement pour le transport aérien.