Les transports polluent plus qu'il y a 20 ans

Alors que Montréal a enregistré une baisse globale des émissions de gaz à effets de serre (GES) de 25 % entre 1990 et 2013 sur son territoire, le secteur du transport routier pollue davantage qu’il y a 20 ans.

L’inventaire 2013 dévoilé mercredi par la Ville de Montréal indique que 42 % des émissions de GES de l’agglomération proviennent du secteur des transports et qu’elles ont augmenté de 14 % sur le territoire depuis 1990. La hausse atteint 16 % pour le transport routier, un constat qui s’explique notamment par l’augmentation de 18 % du nombre de véhicules immatriculés et de 167 % de celui des VUS, des camionnettes et des fourgonnettes.

Malgré tout, Montréal fait meilleure figure que le Québec qui, pour la même période, a mesuré une hausse de 25 % des émissions de GES issus du secteur des transports.

Globalement, avec une baisse de 25 % des émissions de GES depuis 1990, Montréal enregistre une meilleure performance que le Québec qui, pour la même période, n’a réussi qu’à diminuer de 8,6 % ses émissions, selon les données du ministère de l’Environnement rendues publiques en mars dernier.

Une raffinerie fermée

Les émissions provenant de sources fixes, qui regroupent les secteurs résidentiel, commercial, industriel et institutionnel, ont chuté de 38 %, un résultat que la Ville attribue à la réduction de la consommation de combustibles fossiles, à la diminution du niveau d’activité du secteur manufacturier et à la fermeture d’une raffinerie.

La baisse est encore plus importante pour les matières résiduelles puisque, pour ce secteur, les émissions de GES ont chuté de 77 %. Pour expliquer ce phénomène, la Ville a évoqué l’efficacité accrue de la captation des biogaz des sites d’enfouissement.

Quant aux émissions liées au domaine ferroviaire, elles ont bondi de 42 % de 1990 à 2013 et celles du secteur aérien ont crû de 25 %, alors que les émissions attribuables au secteur fluvial ont baissé de 37 %.

Changer les habitudes

Le conseiller de Projet Montréal Sylvain Ouellet estime que Montréal devra en faire davantage. « Plutôt que de proposer des mesures visant la substitution des énergies fossiles, comme l’a fait le gouvernement du Québec avec le programme de remplacement du chauffage au mazout, la Ville de Montréal s’est contentée de profiter de la fermeture d’usines, comme la raffinerie Shell, ou du ralentissement dans le secteur manufacturier pour réduire ses émissions de GES », estime M. Ouellet.

La Ville de Montréal devra s’attaquer au secteur des transports et à la croissance du parc automobile, avance le conseiller de l’opposition : « Les réductions d’émission faciles, peu coûteuses, et surtout qui ne changent rien aux habitudes des citoyens, ont déjà été réalisées. Maintenant, pour réduire davantage les GES, il faudra des efforts substantiels. »

1 commentaire
  • François Beaulé - Abonné 7 décembre 2016 11 h 50

    Comment se fait l'évaluation des émissions ?

    Dans le secteur des transports routiers notamment, comment peut-on évaluer les émissions sur le territoire de la Ville de Montréal ? Par les ventes de carburant ? Par le nombre de véhicules dans les rues et autoroutes de Montréal ? Il faut alors connaître la consommation selon les véhicules, les encombrements et la météo...

    Des explications svp.