Les Québécois opposés aux hydrocarbures, selon un sondage

Pas moins de 65 % des Québécois seraient contre l’extraction de pétrole et de gaz au Québec, selon le sondage mené par le Front commun pour la transition énergétique.
Photo: iStock Pas moins de 65 % des Québécois seraient contre l’extraction de pétrole et de gaz au Québec, selon le sondage mené par le Front commun pour la transition énergétique.

À deux jours du début de l’étude du projet de loi sur les hydrocarbures à l’Assemblée nationale, un nouveau sondage commandé par des groupes environnementaux laisse entendre que près des deux tiers des Québécois seraient opposés à des projets d’exploitation pétrolière ou gazière.

Pas moins de 65 % des Québécois seraient contre l’extraction de pétrole et de gaz au Québec, selon le sondage mené par le Front commun pour la transition énergétique. De plus, 67 % des répondants s’opposent à la fracturation hydraulique, la fracturation à l’acide ou la stimulation des puits à l’acide et ne souhaitent pas que le gouvernement autorise ces procédés.

Près de 9 répondants sur 10 (88 %) se disent en désaccord avec l’idée de « vendre à des compagnies pétrolières et gazières des licences qui leur donnent un droit d’accès aux propriétés des Québécois, pour rechercher du pétrole et du gaz », et qui leur permettent de demander l’expropriation si des propriétaires ne leur accordent pas l’accès pour l’exploitation. « Ce sondage nous dit clairement que le gouvernement n’a pas l’appui de la population pour adopter le projet de loi 106, a indiqué Karel Mayrand, le directeur de la Fondation David Suzuki au Québec. Le gouvernement doit prendre acte de l’absence d’appui et retirer le projet de loi sur les hydrocarbures. »

Le coup de sonde a été mené du 6 au 17 octobre auprès de 1020 répondants. La marge d’erreur était de 4,4 %, 19 fois sur 20.

Soulignons qu’un sondage commandé par la Fédération des chambres de commerce du Québec avait pourtant, en 2014, démontré un appui important à l’exploration et l’exploitation pétrolière à l’échelle de la province : 68 % des répondants s’étaient alors dits en faveur de l’exploitation des hydrocarbures québécois.

7 commentaires
  • Yvon Pesant - Abonné 31 octobre 2016 08 h 31

    L'écoute gouvernementale

    Il semble bien que les seuls sondages qui font l'objet d'une attention particulière des deux paliers de gouvernement libéral sont ceux pratiqués par les entreprises gazières et pétrolières dans la matrice rocheuse.

    Peu leur chaut l'opinion et le sentiment du peuple à les voir déposer des projets de loi 106 et autres et signer des protocoles qui autorisent ces compagnies à faire comme bon leur semble n'importe où, n'importe quand, n'importe comment.

    • Jean-Marc Simard - Abonné 1 novembre 2016 08 h 58

      Ces élus néo-libéraux ne gouvernent pas pour le peuple mais pour les pétrolières...La preuve est faite...

  • Danielle Rochette - Abonnée 31 octobre 2016 10 h 41

    Des pommes et des oranges

    On ne peut pas comparer deux sondages différents.

    Celui de la Fédération des chambres de commerce ne portait que sur le pétrole et à une époque où la population était encore peu informée du mode principal d'extraction du pétrole québécois. De plus, l'importante sensibilisation sur les changements climatiques qui s'est faite autour de la conférence de Paris, en décembre 2015, n'avait pas encore eu lieu.

    Par ailleurs, je ne suis pas sûre que le sondage de la FCCQ ait inclus de l'information sur les méthodes d'extraction des hydrocarbures au Québec. Enfin, il n'y avait pas, en 2014, un projet de loi qui menaçait d'envahir les propriètés privées et les municipalités avec ou sans l'accord des propriétaires et des citoyens concernés.

  • Daniel Bérubé - Inscrit 31 octobre 2016 11 h 00

    Ce qui est fortement a souhaiter...

    C'est que la comparaison avec un autre sondage datant de 2 ans (2014) et étant si différente, provienne d'une "évolution" du peuple, et non des demandeurs du sondage (que les demandeurs puissent influencer question, réponses ou résultats...)

    Si c'est évolution: BRAVO !

  • Jana Havrankova - Abonnée 31 octobre 2016 11 h 27

    Manipulation de l'opinion?

    Il aurait été intéressant de comparer la formulation des questions posées par la Fédération des chambres de commerce en 2014 et celles du Front commun pour la transition énergétique en 2016.

    Comme par hasard, les deux organismes, qui divergent sur l'opportunité de l'exploration pétrolière, obtiennent à deux ans d'intervalle des statistiques diamétralement opposées...

    Les Québécois évoluent-ils ou manipule-t-on l'opinion publique par des sondages orientés?

  • Bernard Terreault - Abonné 31 octobre 2016 13 h 13

    À prendre avec un grain de sel

    Les sondeurs font souvent dire aux gens ce que les commanditaires du sondage veulent leur faire dire. Je parie que si on propose dans la ville de St-Glinglin l'ouverture d'un puits avec promesse de créer 200 emplois bien payés et des retombées pour les commerçants du coin, le vote risquerait d'être positif. Après tout, çca ne servirait qu'à réduire nos importations. Et Justin nous dit qu'il n'y a aucun mal à ce que le Canada augmente sa production d'hydrocarbures tout en réduisant globalement leur utilisation, c'est aux autres de limiter leur production!