Une pétrolière veut forer en territoire agricole

Ces travaux doivent permettre de préciser le potentiel pétrolier du secteur.
Photo: iStock Ces travaux doivent permettre de préciser le potentiel pétrolier du secteur.

L’entreprise Ressources et Énergie Squatex entend mener deux forages pétroliers dans le Bas-Saint-Laurent, dans un secteur situé en territoire agricole. Elle vient d’ailleurs d’inscrire des lobbyistes en vue d’obtenir les autorisations nécessaires pour les travaux, et ce, même si la MRC de La Mitis s’oppose aux projets pétroliers et gaziers sur son territoire.

Selon ce qu’a confirmé mardi au Devoir le directeur du développement des affaires de la pétrolière, Mario Lévesque, l’entreprise souhaite effectuer deux forages dans un secteur situé à l’est de Rimouski, dans une région où elle contrôle plusieurs centaines de kilomètres carrés de permis d’exploration.

Ces travaux doivent permettre de préciser le potentiel pétrolier du secteur. Selon une analyse préliminaire réalisée par la firme Sproule, la même qui avait relevé un potentiel de 40 milliards de barils sur l’île d’Anticosti, il pourrait renfermer plus de 52 millions de barils de pétrole, mais aussi d’importantes quantités de gaz naturel.

M. Lévesque a d’ailleurs précisé que la zone convoitée par Ressources et Énergie Squatex et son partenaire Petrolympic « pourrait éventuellement approcher du milliard de barils », mais que des travaux exploratoires seront nécessaires pour confirmer le potentiel réel. Aucun gisement n’a encore été découvert dans cette région, où plusieurs permis d’exploration sont en vigueur depuis quelques années.

Lobbyistes

Selon ce qu’a constaté Le Devoir, la pétrolière a aussi inscrit la semaine dernière quatre lobbyistes au registre québécois. Ceux-ci doivent notamment communiquer avec les municipalités de Sainte-Jeanne-d’Arc et de La Rédemption, dans le but d’obtenir leur accord en vue d’une demande de dézonage qui sera présentée à la Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ).

« Nous avons rencontré les municipalités pour leur donner de l’information », a d’ailleurs précisé Mario Lévesque, qui fait partie des lobbyistes inscrits depuis le 6 octobre, mais dont le mandat est en vigueur depuis le 15 juillet dernier. Quant à la demande à la CPTAQ, elle doit être déposée « sous peu ».

Le hic, c’est que la MRC de La Mitis, où doivent être menés les forages si la CPTAQ autorise le dézonage agricole, s’oppose aux projets pétroliers. Les maires des 16 municipalités de la MRC ont même adopté une résolution en ce sens en juillet : « Que la MRC de La Mitis déclare son opposition à l’exploration et à l’exploitation pétrolière ou gazière sur son territoire, dans le contexte où les municipalités ne possèdent aucun pouvoir d’encadrement réglementaire et aucune garantie de compensations ou de redevances financières adéquates », précise cette motion.

Selon M. Lévesque, l’opposition de la MRC ne concernerait toutefois pas le projet des deux forages, qui seront menés une fois que la pétrolière aura trouvé les fonds nécessaires. Il n’a pas précisé mardi le coût de telles opérations, mais il a souligné que la recherche d’investisseurs demeure difficile, en raison du « message » du gouvernement Couillard au cours des derniers mois.

Le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles Pierre Arcand s’est par ailleurs déjà porté à la défense du projet de Ressources et Énergie Squatex, jugeant que celui-ci « peut être extrêmement valable pour le Québec ».

17 commentaires
  • Danielle Rochette - Abonnée 12 octobre 2016 00 h 58

    Le dada de M. Arcand

    "Extrêmement valable pour le Québec"?
    Pour favoriser la transition énergétique, je suppose!

  • Jacques Rousseau - Abonné 12 octobre 2016 08 h 39

    Gaz de schiste sous maison patrimoniale

    Les dispositions du projet de loi 106 déposé par le ministre des Ressources naturelles, Pierre Arcand, dans le cadre de la Politique énergétique 2030, donneraient aux compagnies comme Squatex le droit d’explorer et d’exploiter sans égard au zonage et sans le consentement des municipalités.

    Sans que les propriétaires en soient informés, des terrains sont actuellement visés par des licences d'exploration d'hydrocarbures. Le projet de loi 106 faciliterait l’accès au financement des compagnies pétrolières et gazières en cas de découverte, puisque la licence constituerait un droit réel immobilier, c’est-à-dire un titre immobilier hypothécable. Qui plus est, l’entreprise d'exploration aurait toute latitude pour exproprier un propriétaire.

    M. Couillard livre le Québec aux pétrolières et aux gazières comme une marchandise. L’opposition y fera-t-elle barrage ? Le projet de loi 106, dans la mesure où il constitue un pas vers une transformation du Québec en un producteur d’hydrocarbures, doit être enterré. Maintenant et pour toujours !

    • André Bastien - Abonné 12 octobre 2016 10 h 43

      En terme simple, avec la loi 106, la pétrolière aura le droit d'exproprier le terrain, de la grandeur qu'elle désire, peu importe ce que son propriétaire et la municipalité en pense.

      Les pétrolières auront tous les pouvoirs. Point!

  • Gilles Delisle - Inscrit 12 octobre 2016 09 h 49

    L'homme qui vendait son pays

    Pierre Arcand, l'homme qui est en train de vendre les terres du Québec aux exploiteurs venus d'ici et d'ailleurs, pour notre plus grand bien, évidemment.

    • André Bastien - Abonné 12 octobre 2016 10 h 44

      Ils veulent notre bien ... et ils le predront! :-(

    • Sylvie Lapointe - Abonnée 12 octobre 2016 21 h 05

      Oui, je vous crois dur comme fer, M. Delisle. Pierre Arcand, et encore plus le PM Couillard, ont comme idéologie de vendre le Québec, ses terres et ses citoyens aux exploiteurs venus de partout, en autant qu'ils soient de vrais exploiteurs. Par ici, les destructeurs d'environnement, de terres agricoles. Par ici, les pollueurs, les vrais. Voici la devise cachée du PM Couillard, de ses ministres, de ses lobbyistes. Il faut qu'ils se dépêchent à rouler tout ce beau monde de Québécois avant qu'ils ne se réveillent et s'aperçoivent de ce qu'on est en train de leur faire...

  • Danielle Houle - Inscrite 12 octobre 2016 10 h 13

    Citoyens aux armes!

    Défendez vous, vous avez du pouvoir. Sortez les de chez au plus vite avant qu'ils ne polluent vos terres et vos vies. Mobilisez vous!

    • Maryse Veilleux - Abonnée 13 octobre 2016 17 h 45

      C'est la seule solution qui semble plausible.... il faut les foutre dehors du Québec. Il sera intéressant de voir ce que monsieur Lisée fera de ces munitions...

  • Luc Falardeau - Abonné 12 octobre 2016 10 h 50

    Miroir aux alouettes

    Faut-il rappeler que les volumes théoriques de pétrole et de gaz de schiste mentionnés par l'industrie ne sont pas des volumes exploitables car ceux-ci sont confinés en très grande partie dans une matrice rocheuse (environ 99%)...