Après la tempête, les provinces de l’Atlantique nettoient


Halifax — Une bonne partie de la région de l’Atlantique s’activait au nettoyage, mardi, après une tempête dont les pluies torrentielles et les forts vents ont causé de nombreuses pannes d’électricité et inondé plusieurs routes. L’île du Cap-Breton a été parmi les endroits les plus touchés, avec plus de 200 millimètres de pluie. Le directeur des travaux publics pour la municipalité régionale de Cap-Breton, Wayne MacDonald, a cependant indiqué mardi qu’on ne connaissait pas encore l’ampleur des dommages. De fortes rafales, parfois de plus de 100 kilomètres/heure, ont déraciné des arbres et les ont jetés au sol. Toutes les écoles de la commission scolaire Victoria, au Cap-Breton, étaient fermées mardi et des centres d’hébergement avaient été implantés afin d’accueillir les sinistrés, principalement dans la région de Sydney. La Gendarmerie royale du Canada (GRC) en Nouvelle-Écosse et l’entreprise Maritime Electric de l’Île-du-Prince-Édouard recommandent la prudence aux automobilistes, car de nombreux débris et des fils électriques jonchent les routes. À Terre-Neuve-et-Labrador, l’état d’urgence a été décrété dans plusieurs localités du nord-est de la province. Des routes ont été sectionnées par des torrents. Le pont de la Confédération était ouvert mardi, et la circulation y était fluide.