Ottawa approuve un immense projet d’exportation de gaz naturel

La ministre de l’Environnement Catherine McKenna a donné son feu vert au projet mardi soir.
Photo: Adrian Wyld La Presse canadienne La ministre de l’Environnement Catherine McKenna a donné son feu vert au projet mardi soir.

Le gouvernement Trudeau a approuvé mardi soir un imposant projet d’exportation de gaz naturel liquéfié à partir de la côte ouest canadienne. Ce projet de 36 milliards de dollars, qui permettra de faciliter la mise en marché de la production gaz de schiste, devrait aussi générer quelques millions de tonnes de gaz à effet de serre chaque année.

En annonçant le feu vert du fédéral, la ministre de l’Environnement Catherine McKenna a évoqué une « annonce importante pour la Colombie-Britannique et le Canada ». Selon elle, il s’agit d’un projet qui permettra de mettre en marché le gaz naturel du pays « tout en protégeant l’environnement ».

Mme McKenna a également évoqué une autorisation basée « sur la science », « responsable » et basée sur une évaluation environnementale rigoureuse.

Le projet Pacific Northwest LNG, dirigé par le géant malaisien Petronas, doit permettre de transporter du gaz naturel de Fort St John, en Colombie-Britannique, vers la côte ouest du pays, dans le secteur de Port Edward.

Ce gaz, transporté par un gazoduc de 6 milliards de dollars qui sera construit par TransCanada, doit ensuite être liquéfié afin d’être exporté vers le marché asiatique, à bord de navires méthaniers. Ce projet doit permettre, à terme, le maintien de 300 emplois directs permanents.

Pollution

Selon un rapport de l’Agence canadienne d’évaluation environnementale (ACEE) publié plus tôt cette année, ce projet industriel, l’un des plus imnposants de l’histoire du Canada, devrait par ailleurs générer d’importantes émissions de gaz à effet de serre.

L’ACEE estime en effet que les émissions totales liées au projet pourraient atteindre annuellement entre 6,5 à 8,7 millions de tonnes. Le Pacific Northwest LNG deviendra donc « un des plus importants émetteurs de gaz à effet de serre au Canada », selon l’Agence.

À lui seul, il devrait entraîner une hausse de 8,5 % des émissions en Colombie-Britannique, mais aussi de près de 1 % à l’échelle canadienne.

Gaz et climat

La décision du gouvernement Trudeau, qui avait dépêché trois ministres pour l’annonce en Colombie-Britannique, dont la ministre de l’Environnement, Catherine McKenna, survient alors que le fédéral promet de mettre en place une stratégie ambitieuse de lutte contre les changements climatiques.

Ottawa est également sous pression de l’industrie des énergies fossiles, qui cherche des moyens pour exporter une production en croissance. En plus du projet de gazoduc, deux projets de pipelines d’exportation visent la côte ouest du Canada.

Malgré la demande importante pour le gaz naturel dans le monde, Petronas a fait savoir récemment qu’elle réévaluera la rentabilité de son projet gazier une fois qu’elle aura obtenu le feu vert du gouvernement fédéral. Il faut dire que les prix sur le marché sont toujours relativement bas, en raison de l’abondance de l’offre.

Des communautés autochtones s’opposent au projet Pacific Northwest LNG. Ils ont même interpellé les Nations unies pour plaider leur cause, en mai dernier. Les groupes environnementaux ont aussi sévèrement critiqué le projet, notamment en raison de son impact en matière d’émissions de gaz à effet de serre.

Il y a quelques jours, des membres de l’Association canadienne des médecins pour l’environnement ont eux aussi contesté le projet. Ces derniers estiment que les risques de la fracturation hydraulique sur la santé humaine n’ont pas été suffisamment évalués.

5 commentaires
  • Luc Falardeau - Abonné 27 septembre 2016 23 h 06

    Conduite paradoxale

    Le gouvernement Trudeau avait dépêché 3 ministres pour endormir la population au gaz... Comment pourra-t-il maintenant respecter ses engagement en matière de lutte aux changements climatiques à la COP21 de Paris ?

    • Claude Bariteau - Inscrit 28 septembre 2016 10 h 19

      C'est pire. Du moins à première vue. La ministre de l'environnement dit que cette autorisation est « basée "sur la science", "responsable" et (...) une évaluation environnementale rigoureuse ».

      Or, elle reprend les déclarations du PM Trudeau en campagne électorale sur la science, la responsabilité et la rigueur, ne fait aucunement mention à l'ONÉ et laisse entendre que cette décision découlerait d'une recommnadation de son ministère.

      Le mandat de l'ONÉ n'a pas été revu et c'est toujours cet organisme qui doit faire des recommandations au Cabinet du PM et au Bureau du Conseil privé. Il faut donc en déduire que d'ici là ce cabinet et ce bureau s'inspireront des recommnadation su ministère de l'environnement.

      Le problème avec ça est évident. La décision est politique, les critères des ballons lancés en l'air et l'objectif l'instauration d'un processus décisionnel associé au personnel du ministère de l'environnement.

      Dès lors, les règles n'ont pas à être connues, encore moins les personnes qui ont réalisé les « recherches » permettant de parler de science, de rigueur et de responsabilité environnementale.

      Et rien ne ressort concernant les problèmes liés à la hausse de GES, aux populations consultées et aux risques du transport.

      Il s'agit d'un précédent qui annonce comment sera traité le projet Énergie Est depuis l'embarras dans lequel s'est retrouvé l'ONÉ, le ministre Carr, le Bureau du Conseil privée et le Cabinet du PM.

      Il se sera sur la tête de la ministre McKenna pour permettre au PM de « surfer » sur ses engagements.

  • Daniel Clapin-Pépin - Abonné 28 septembre 2016 13 h 26

    Ottawa se vautre dans le mensonge et l'irresponsabilité !


    Ottawa se vautre dans le mensonge, l'hypocrisie et l'irresponsabilité !

    La science de la climatologie - qui a justifié l'Accord de Paris de décembre 2015 sur le climat signé par 195 pays dont le Canada - nous enseigne que tous les pays du monde doivent réduire leurs émissions de gaz à effet de serre et non pas les augmenter comme Ottawa vient irresponsablement et hypocritement de l'autoriser.

  • Jean-Serge Baribeau - Abonné 29 septembre 2016 10 h 54

    Les politiciens sont-ils trop chafouins?

    La dépolitisation et la "déculturation" sont toujours entretenues et accentuées lorsque les politiciens donnent l'impression qu'il y a une trop grande différence entre le "dire" et le "faire". «Pourquoi voter?», penseront de nombreuses personnes, dont je suis, de manière saccadée.

    Jean-Serge Baribeau, sociologue

  • Jean-Paul Carrier - Abonné 30 septembre 2016 05 h 54

    Réservoir hydro-électrique

    Le réservoir de la Eastmain 1 dégageait initialement environ 500,000 tonnes de CO2 par année pour enfin se stabiliser à environ 100,000 tonnes par année. Pour le Méthane c'est marginal et ne peut être considéré comme ayant un effet majeur sur les réservoirs de la région boréale. Ce réservoir couvre environ 603 km2.

    La superficie des cinq principaux réservoirs d'Hydro-Québec:

    Caniapiscau, La Grande 4,359
    Manicouagan Manic-Outarde 1,788
    La Grande 3 LaGrande 2,451
    Robert-Bourassa La Grande 2,905
    Aux Outardes 4 Manic-Outardes 640

    Total 9,238 KM2

    Basé sur l'étude de la Eastman 1 qui stipule que les émissions de GES sont sensiblement les mêmes pour tous les réservoirs, on peut donc déduire que chaque km2 de surface d'un réservoir émet 165 tonnes par année.

    Donc les cinq réservoirs ci-haut émettent 1,5 million de tonnes de GES par année ( valeur médiane) et ce après 10 ans d'existence.

    Dans les premières années, ils émettent environ 7.6 millions de tonnes de GES .
    Il serait intéressant de comptabiliser tou sles réservoirs.
    Est-ce qu el'on va cesser de construire des barrages dans le future si nos besoins augmentes.
    Est-ce que l'on va cesser de construire des barrages dans le futur si nos besoins augmententés Car ils vont augmenter.

    Si nous envisageons, comme le prônent certains-es politiciens-nes et autres, d’électrifier de plus en plus nos besoins énergétiques, la puissance disponible actuelle ne suffira pas. Il faudra augmenter. Comment?