Cinquante Premières Nations s’unissent «contre l’expansion des sables bitumineux»

La cérémonie de signature tenue jeudi à Montréal. Le «Traité autochtone» prévoit que les Premières Nations signataires s’engagent à «interdire» l’utilisation de leurs «territoires» pour des projets qui faciliteraient l’expansion de la production pétrolière albertaine.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir La cérémonie de signature tenue jeudi à Montréal. Le «Traité autochtone» prévoit que les Premières Nations signataires s’engagent à «interdire» l’utilisation de leurs «territoires» pour des projets qui faciliteraient l’expansion de la production pétrolière albertaine.

Les leaders d’une cinquantaine de Premières Nations du Canada et des États-Unis s’associent dans le cadre d’un traité « contre l’expansion des sables bitumineux » et contre les projets qui permettent de transporter ce pétrole, dont les oléoducs. Un geste qui pourrait compliquer les choses pour les promoteurs de ces projets.

« Ce que signifie le traité, c’est que, du Québec, nous travaillerons avec nos alliés autochtones en Colombie-Britannique pour arrêter le pipeline de Kinder Morgan et nous lutterons aussi avec nos alliés autochtones du Minnesota contre l’expansion de la ligne 3 d’Enbridge, et nous savons que nous aussi nous pourrons compter sur leur aide contre le projet Énergie Est », a résumé le grand chef de Kanesatake, Serge Simon, dans le cadre d’une cérémonie de signature tenue jeudi à Montréal.

Selon le chef de l’Assemblée des Premières nations du Québec et du Labrador, Ghislain Picard, cette entente « représente seulement le commencement d’une longue lutte. C’est aussi la preuve que, au-delà de nos divergences, nous pouvons travailler ensemble pour un objectif commun. » Leur critique est d’ailleurs très claire : l’industrie pétrolière provoque déjà des impacts négatifs importants, notamment en aggravant la crise climatique, qui affecte directement les territoires des Premières Nations.

Or la production de pétrole des sables bitumineux doit connaître une croissance marquée au cours des prochaines années. Les projets d’expansion actuellement en développement devraient faire croître la production du secteur de plus de 40 % d’ici 2025. L’industrie produirait alors 3,4 millions de barils par jour, contre 2,4 millions à l’heure actuelle. Une telle croissance est impossible sans la construction de nouveaux oléoducs, mais aussi sans un recours accru au transport par train.

Territoires interdits

Le « Traité autochtone » prévoit donc que les Premières Nations signataires, dont certaines du Québec, s’engagent à « interdire » l’utilisation de leurs « territoires » pour des projets qui faciliteraient l’expansion de la production pétrolière albertaine. Cela comprend le transport par oléoduc, par navire ou par train. Dans l’est du pays, les autochtones s’opposent ainsi au projet de transport de pétrole par train, à travers le Québec, vers un port qui serait situé à Belledune, au Nouveau-Brunswick.

« Nous savons que les infrastructures qui entraînent l’expansion des sables bitumineux sont, à la fois, complètement irresponsables et incompatibles avec les objectifs du Canada de réduire ses émissions de gaz à effet de serre », a fait valoir jeudi le grand chef Stewart Phillip, président de l’Union des chefs indiens de la Colombie-Britannique.

L’Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador (APNQL) a déjà annoncé en juin qu’elle s’oppose catégoriquement à la construction de l’oléoduc Énergie Est. Ce refus constitue d’ailleurs un coup dur pour TransCanada, puisque les autochtones ont promis de défendre leur position devant les tribunaux si le gouvernement Trudeau décide malgré tout d’autoriser le projet d’exportation de pétrole des sables bitumineux.

Pour l’avocat Jean Baril, la prise de position très ferme de l’APNQL risque effectivement de peser lourd dans la balance. « C’est une prise de position très importante, c’est une nouvelle épine dans le pied de ce projet, en raison des droits fondamentaux qui sont reconnus dans la Constitution canadienne. Il y a un poids politique et juridique énorme qui vient s’ajouter dans le débat », selon le professeur au Département des sciences juridiques de l’UQAM.

18 commentaires
  • Louise Nepveu - Abonnée 22 septembre 2016 15 h 08

    Formidable!

    C'est une excellente nouvelle! Toutes les forces citoyennes doivent maintenir s'unir afin que le projet Énergie Est ne voie jamais le jour, peu importe ce que le gouvernement du Québec ET la CAQ disent. Un oléoduc de 42 pouces de diamètre qui charrie du pétrole sale sous nos terres agricoles et dans nos cours d'eau est une illustration tragique de la folie humaine.

    • Jean-Pierre Grisé - Abonné 22 septembre 2016 18 h 13

      Oui,formidable,La position du PLQ a genoux est normale pour eux,mais la CAQ qui emboite le pas est stupide.Mais je me doute que ces fédéralistes parlent en connaissance de cause probablement que des enquetes d 'opinion révelent que nos bons québécois sont d 'accord avec cette catastrophe annoncée.Peut-on parler d'un grand peuple ou l'inverse. Quelle pitié.

    • Pierre Fortin - Abonné 24 septembre 2016 19 h 54

      Kwé!

      Nous avons vécu longtemps en bonne communauté avec les Premières nations. Même si nous ne savons pas pourquoi une distance s'est crée entre nous, voilà un terrain où nous nous rejoignons tous : on ne menace pas le territoire.

      Leur voix est entendue au Québec.

  • Yves Côté - Abonné 22 septembre 2016 15 h 29

    Nous sommes...

    Nous sommes tous des bélugas.
    Merci aux 50 Nations en question !
    Malgré les manigances et les sparages de la communication canadienne, que ceux-ci viennent de Québec ou d'Ottawa, la Nation du Québec n'est pas à part du mouvement déterminé qui est dorénavant induit.
    Ensemble, démocratiquement, nous sommes invincibles.

    Bon vent à nous !

  • Laurent Girouard - Abonné 22 septembre 2016 15 h 31

    Merci

    J'avais lancé, hier, une alerte rouge face à l'autorisation du ministre Heurtel de commencer les mesures sismiques de la traversée du Fleuve par Énergie Est. La première réponse vient des Premières Nations MERCI.

  • François Masseau - Abonné 22 septembre 2016 15 h 41

    Bravo !!!

    Cinquante fois bravo aux Premières Nations. Si ça pouvait nous inspirer...

  • Gilles Théberge - Abonné 22 septembre 2016 15 h 59

    J'ai bien hâte de voir, ce que Trudeau va faire avec cette patate chaude !

    C'est bien beau d'inviter tous les réfugiés et immigrants du monde. C'est "glamour", dans l'air du temps mais il ya des gens ici, qui sont d'ici, et qui demandent à "selfie main" de retomber sur terre et de commencer à réfléchir à ce qui se passe à la maison...