ONE: Gauthier a déjà été blâmé

Les audiences publiques sur le pipeline Énergie Est reprendront seulement une fois que l'ONE aura décidé du sort des deux commissaires qui ont rencontré Jean Charest.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Les audiences publiques sur le pipeline Énergie Est reprendront seulement une fois que l'ONE aura décidé du sort des deux commissaires qui ont rencontré Jean Charest.

Le commissaire de l’Office national de l’énergie (ONE) Jacques Gauthier, visé par une des demandes de récusation pour l’évaluation du projet de pipeline Énergie Est, a déjà été reconnu coupable d’un délit d’initié.

Le Bureau de décision et de révision, désormais appelé le Tribunal des marchés financiers, l’a condamné en septembre 2014 à payer une amende de 9000 $ en raison d’actions qu’il a posées en 2008, alors qu’il était président et chef du conseil d’administration de l’entreprise d’éoliennes AAER.

Après avoir appris que son entreprise n’avait pas été retenue au terme d’un appel d’offres effectué par Hydro-Québec, Jean Gauthier a ordonné la vente de 19 300 actions d’AAER inc. Un tel geste, posé avant que l’information ne soit divulguée au public et disséminée par le marché, constitue un délit d’initié.

Demande de récusation

Comme sa collègue commissaire Lyne Mercier, Jean Gauthier est visé par une demande de récusation en raison d’une rencontre qu’il a eue avec Jean Charest, en 2015, alors que ce dernier était consultant pour TransCanada.

Mardi, Le Devoir révélait aussi que M. Gauthier a déjà dirigé une entreprise commanditaire d’une association de promotion des pipelines. À partir de décembre 2010, il a occupé des postes de direction chez Dessau et sa filiale LVM, qui ont commandité des projets de pipelines, ports méthaniers et des pétrolières.

À voir en vidéo