Voitures électriques: faut-il offrir des remises?

Ottawa — Des hauts fonctionnaires à Transports Canada concluent que la meilleure façon de convaincre les consommateurs d’acheter un véhicule électrique, c’est de leur proposer une remise en espèces ou un incitatif fiscal. Par contre, ces hauts responsables, qui planchent sur des stratégies de lutte contre les changements climatiques dans le secteur des transports, estiment qu’il ne faudrait pas trop attendre de miracles des sommes prévues cette année dans le budget du ministère pour inciter les consommateurs à faire l’essai d’un véhicule électrique.

1 commentaire
  • Jean Richard - Abonné 11 août 2016 12 h 54

    Des remises ? Erreur?


    La voiture individuelle rechargeable est un moyen fort peu efficace pour réduire les émissions globales de gaz à effet de serre.

    Puisqu'il s'agit ici du gouvernement fédéral, il faut rappeler que l'électricité produite au Canada fait encore largement appel aux combustibles fossiles, gaz, charbon et pétrole, ce qui fait que plusieurs voitures rechargeables ne sont pas, contrairement à la publicité qu'on en fait, à émissions nulles.

    La construction des voitures individuelles électriques se fait dans des pays où l'énergie fossile est encore et toujours fortement dominante. Et comme la la fabrication d'une voiture rechargeable, batterie oblige, exige plus d'énergie que celle d'une voiture conventionnelle au pétrole et que, dans la vie d'une voiture, la somme de l'énergie consacrée à sa fabrication et à sa disposition en fin de vie utile dépasse largement la quantité d'énergie qui aura servie à la faire rouler, le bilan n'est pas aussi reluisant qu'on le dit. Ce sont des données que les pays importateurs omettent de leur bilan environnemental.

    Enfin, avec sa piètre autonomie, la voiture rechargeable deviendra plus souvent qu'à son tour une troisième ou quatrième voiture. Bien loin de diminuer le parc automobile, elle pourrait contribuer à le faire augmenter, ce qui a une incidence négative sur l'environnement – et sur l'économie.

    L'argent qui devrait servir à diminuer les nuisances environnementales et, dans le cadre des changements climatiques, contribuer à diminuer GLOBALEMENT les émissions de GES, devrait être dépensé de façon efficace. Les cadeaux et les primes versées aux acheteurs de voitures rechargeables coûtent cher et contribuent très peu à diminuer les émissions de GES.