Ottawa finance la recherche

Les recherches faites sur les lacs fournissent des connaissances et des solutions à certains enjeux environnementaux majeurs, tels que les cyanobactéries ou la pollution par le mercure.
Photo: Marie-Pier Frappier Le Devoir Les recherches faites sur les lacs fournissent des connaissances et des solutions à certains enjeux environnementaux majeurs, tels que les cyanobactéries ou la pollution par le mercure.

Le gouvernement Trudeau a annoncé mercredi qu’il bonifie le financement fédéral au programme de recherche scientifique de la Région des lacs expérimentaux, un laboratoire à ciel ouvert unique au monde qui permet de mener des études sur les écosystèmes aquatiques. L’aide publique est toutefois dirigée vers des études liées aux pêcheries.

Ottawa avait déjà promis d’augmenter les investissements fédéraux à l’Institut international du développement durable de la région des lacs expérimentaux (IIDD-RLE), dont la survie avait été mise en péril par le gouvernement conservateur.

Pêches et Océans Canada octroiera donc à l’exploitant de l’établissement, l’Institut international du développement durable, la somme de 1,7 million de dollars au cours des deux prochaines années. Ce montant vient s’ajouter aux investissements de l’Ontario et du Manitoba, qui avaient pris le relais du gouvernement fédéral lorsque ce dernier avait décidé de réduire son financement annuel à 250 000 $.

Selon ce qu’a précisé Pêches et Océans par voie de communiqué, « la recherche consistera à étudier à long terme les écosystèmes d’eau douce, les espèces aquatiques envahissantes et les autres facteurs de stress qui ont une incidence sur les pêches en eau douce et sur la productivité des pêches ».

Laboratoire

La Région des lacs expérimentaux est un centre de recherche scientifique situé dans le nord de l’Ontario. Il se compose de 58 lacs de petite taille qui sont dédiés à la recherche en écologie aquatique.

Depuis son ouverture, en 1968, cette infrastructure a été un laboratoire à ciel ouvert où on étudie la façon dont les écosystèmes aquatiques et les populations qui les habitent réagissent aux perturbations humaines et naturelles. Ce centre détient d’ailleurs la plus longue série de mesures sur les lacs du Canada.

Les recherches qui y sont menées fournissent des connaissances et des solutions à certains enjeux environnementaux majeurs, tels que les cyanobactéries, la pollution par le mercure, les gaz à effet de serre et les nanoparticules. C’est notamment à ce centre qu’on a découvert le rôle joué par le phosphate dans la prolifération des algues bleu-vert.

Le directeur exécutif de l’IIDD, Matthew McCandless, a salué mercredi le soutien financier fédéral. « Cet appui, qui s’ajoute aux partenariats actuels des gouvernements de l’Ontario et du Manitoba, est crucial pour entretenir le dépôt unique de l’IIDD de la région des lacs expérimentaux, riche de près de 50 ans d’expérimentation et de recherches scientifiques sur le plan écologique. »

1 commentaire
  • Nicole D. Sévigny - Abonnée 11 août 2016 11 h 45

    Est-ce que le Québec...

    a reçu pareille subvention pour ses lacs (de petites tailles) sic ?

    Si non, il serait temps que Couillard, Heurtel et Ass ... y voient!

    Après tout ce sont, en partie, Nos arrhes que le fédéral distribue "royalement"...
    avec tout le "tintouin" p-artisanal !