Le pétrole déversé à Prince Albert ne pourra pas être entièrement récupéré

Un pipeline de Husky Energy a déversé quelque 250 000 litres de pétrole mélangé à un hydrocarbure plus léger utilisé comme diluant dans la rivière Saskatchewan Nord, près de la ville de Maidstone, il y a presque deux semaines.
Photo: Jason Franson La Presse canadienne Un pipeline de Husky Energy a déversé quelque 250 000 litres de pétrole mélangé à un hydrocarbure plus léger utilisé comme diluant dans la rivière Saskatchewan Nord, près de la ville de Maidstone, il y a presque deux semaines.

Prince Albert — Environ 133 000 litres de pétrole ont été récupérés à la suite d’un déversement causé par une fuite d’oléoduc en Saskatchewan, mais le ministère de l’Environnement de la province a prévenu qu’il était peu probable que les autorités réussissent à tout nettoyer.

Un pipeline de Husky Energy a déversé quelque 250 000 litres de pétrole mélangé à un hydrocarbure plus léger utilisé comme diluant dans la rivière Saskatchewan Nord, près de la ville de Maidstone, il y a presque deux semaines.

Le porte-parole du ministère de l’Environnement, Ash Olesen, a déclaré qu’une partie de la substance coulerait au fond du cours d’eau et qu’il serait extrêmement difficile de la retirer.

Plus de 1200 échantillons d’eau ont été pris entre le site du déversement et la municipalité de Prince Albert, environ 300 kilomètres plus loin.

M. Olesen a indiqué que les résultats préliminaires de l’analyse de 256 échantillons seraient annoncés aux collectivités touchées mardi et rendus publics mercredi.

Les villes de North Battleford et Prince Albert ont cessé de s’approvisionner à la rivière pour leur eau potable et sont en train d’installer des conduites temporaires vers d’autres sources d’eau.

2 commentaires
  • Denis Paquette - Abonné 3 août 2016 00 h 46

    quelle saloperie

    La belle affaire et si ca se c'était produit chez nous,vous imaginez nos courts d'eau et nos terres pollués pour des sciecles, l'eau devenue imbuvable, nos légumes goutant l'huile a moteur, il y a cinquante ans j'ai traversé le Canada, corst to corst, comme on disait alors, je me souviens d'un soir en particulier, ou les frites goutaient l'huile a moteur, mais ca semblait normal pour les gens qui me les ont servis, je ne suis sans doute pas le seul a avoir vécu cette expérience, pourquoi n'en parle-t-on jamais, est-ce ce que nous voulons pour nos enfants pour des générations a venir,

  • Tim Yeatman - Abonné 3 août 2016 12 h 54

    Exactement!

    Ce qu'il faut bien se dire, c'est que la matière que veut transporter Énergie Est, c'est la même qui s'est déversée en Saskatchewan. Et qu'un jour, peut-être pas tout de suite, mais éventuellement, immanquablement, Énergie Est pourrait aussi avoir une fuite de ce même produit dont "une partie de la substance coulerait au fond du cours d’eau et qu’il serait extrêmement difficile de la retirer", car le pipeline traversera plus de 800 cours d'eau, et ce, rien qu'au Québec. Alors pourquoi le Québec laisserait une telle horreur se produire ici, je me demande?

    Johanne Dion
    Richelieu, Qc