Enbridge va payer 177 millions pour des fuites de pétrole

Enbridge exploite dans la région des Grands Lacs à la frontière entre les États-Unis et le Canada un réseau de plus de 3000 kilomètres d’oléoducs, transportant l’équivalent de 1,7 million de barils par jour vers les États-Unis.
Photo: Paul Sancya Associated Press Enbridge exploite dans la région des Grands Lacs à la frontière entre les États-Unis et le Canada un réseau de plus de 3000 kilomètres d’oléoducs, transportant l’équivalent de 1,7 million de barils par jour vers les États-Unis.

Washington — Le groupe canadien Enbridge va payer 177 millions de dollars (231 millions CA) de dédommagements pour des fuites de pétrole survenues sur ses oléoducs en 2010 dans les États américains du Michigan et de l’Illinois, a annoncé mercredi le département de la Justice (DoJ).

Cet accord, conclu entre le DoJ, l’agence fédérale de protection de l’environnement américaine (EPA) et Enbridge se décompose en 110 millions de dollars (143 millions $CAN) qui seront utilisés par le groupe pour renforcer ses mesures de préventions des fuites. Un peu plus de 60 millions de dollars (78 millions $CAN) sont au titre d’amende pour des violations de lois sur la protection de l’environnement.

Enbridge a déjà versé aux autorités américaines près de 60 millions (78 millions $CAN) pour les frais de nettoyage après ces fuites et a lui-même consacré plus de 1 milliard de dollars à ces différentes opérations.

« Nous acceptons les amendes et les mesures d’amélioration de la sécurité prévues dans la décision », a souligné Enbridge dans un communiqué. Ces mesures « ont été largement mises en application ces six dernières années », a-t-on affirmé de même source.

Enbridge exploite dans la région des Grands Lacs à la frontière entre les États-Unis et le Canada un réseau de plus de 3000 kilomètres d’oléoducs, transportant l’équivalent de 1,7 million de barils par jour vers les États-Unis venant des gisements canadiens. Dans le cadre de l’accord, le groupe canadien devra également remplacer sur ce réseau près de 500 kilomètres de canalisations jugées défectueuses.


 
10 commentaires
  • Pierre Valois - Abonné 21 juillet 2016 01 h 05

    Ces amendes me font bien rigoler

    Mais pour qui nous prend-on quand on nous laisse croire que la cie. paye ces amendes. D'où sort-elle son fric, cette compagnie? De la vente de son pétrole, ou des tarifs de son transport. Et on voudrait nous faire croire qu'en fin de course ce n'est pas le consommateur lui-même qui paye ces amendes? Laissez-moi rigoler.

    Je croirai à la force de ces lois quand les présidents de ces compagnies pourront faire de la prison, quand l'état jugera ces personnes au même titre que des criminels. D'ici là, j'examinerai toujours la facture de ma station d'essence en me demandant quelle est la part qui sert à rembourser aux compagnies les amendes qui leur sont imposées.

    • Jean Santerre - Inscrit 21 juillet 2016 09 h 17

      On peut faire des gestes concrets pour éviter de consommer cette ressource naturelle à la source de la majorité des tensions économique, politique et guerrière depuis la Première Guerre mondiale.
      Une voiture électrique (watture!), tondeuse électrique ne sont pas la fin du monde, mais un début de quelque chose qui me détache passablement "d'examiner la facture de ma station d'essence".
      Deviner qui rit maintenant des variations du prix de l’essence?
      Il est aujourd’hui possible de choisir d’être maître ou esclave pour certains usages.
      Et il y a de plus en plus de gens qui choisissent de ne pas être victimes.

  • Nicole Ste-Marie - Abonnée 21 juillet 2016 08 h 18

    Quelle ostie de saloperie !

    1 milliard de dollars consacrés à différentes opérations plus 60 millions ici, 143 de millions là, 60 millions de dollars (78 millions $CAN) sont à titre d’amende pour des violations de lois sur la protection de l’environnement et Endbridge engrange des profits records.

    C'est dégueulasse que nos gouvernements acceptent de mettre en jeu la santé des populations pour ces milliards de dollars. Dégueulasse.

    Maintenant, au Québec, il faut laisser parcourir un pipeline de TransCanada qui traversera 3000 cours d'eau potable qui desservent les populations, sans mot dire, pour des dollars qui serviront les actionnaires milliardaires des autres pays. Et lorsque ce pipeline dégorgera des millions de litres dans la nature, ces cours d'eau seront perdus pour des milliers d'années.

    Pis ont nous dit que c'est la démocratie. Devant tant d'énormités, il nous faut une procédure pour évincer ces irresponsables. Une procédure semblable à celle de l'impeachment aux USA. Vite ça presse avant que nos 3000 cours d'eau soient perdus à jamais.

    • Brigitte Garneau - Abonnée 21 juillet 2016 15 h 04

      Vous n'avez pas compris, Madame Ste-Marie, que pour nos bons gouvernements, l'économie est tellement plus importante que la vie! J'ironise à peine...et je partage totalement tout ce que vous énoncez!

  • Yvon Pesant - Abonné 21 juillet 2016 09 h 10

    Ce qui fut sera

    «Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme.», disait Lavoisier. Il ne connaissait pas Enbridge et ses pairs.

    Des fuites, il y en a eu, il en est et il en sera encore et toujours. Quand le pétrole fuit des oléoducs ou des plates-formes de forage et se perd dans la nature (mers, rivières, boisés, champs,...) tout se crée mal et se transforme en gros problèmes pour tout le monde. BP, Shell, Enbridge et compagnie paient effectivement avec notre argent pour ne même pas réparer leurs pots de chambre cassés.

    Le gros de la facture, ce sont les gouvernements qui le paient... avec notre argent

  • Gilles Teasdale - Abonné 21 juillet 2016 11 h 15

    Colonisé

    Imaginez les dégâts au Québec. Inconmesurable.

    • Brigitte Garneau - Abonnée 21 juillet 2016 15 h 15

      Mais justement, selon notre bon premier ministre, le Québec doit faire sa part pour l'économie du Canada! C'est peut-être un peu cher payé, mais...n'oubliez pas que notre PM est neurochirurgien (il ne semble aucunement s'inquiéter de la santé des Québécois), pas économiste! Comme disait si bien Jean Chrétien:« Que voulez-vous!»...C'est vraiment à faire hurler de rage!

  • Jean-Pierre Grisé - Abonné 21 juillet 2016 14 h 39

    Si le PM Couillard était brillant et le moindrement

    démocratique,je sais ,c'est trop lui demander.Son devoir serait un réfédendum pour connaitre si les québécois veulent ou non ces affreux pipelines sur notre territoire.Je crois qu'il sait déja la réponse,alors qu'il arrete de palabrer dans le vide avec des discours vides selon son habitude sur pratiquement tous le sujets possibles.

    • Louise Collette - Abonnée 22 juillet 2016 09 h 12

      Et vlan dans les dents !