Nouvelle poursuite pour bloquer un projet de pipeline

Une nouvelle saga rappelant celle du port de TransCanada à Cacouna pourrait bien être lancée sur la côte ouest. Des groupes environnementaux ont annoncé vendredi qu’ils entament une action en justice contre l’Office national de l’énergie pour tenter de bloquer le projet de pipeline Trans Mountain, afin de protéger une population d’épaulards en voie de disparition.

Les avocats de l’organisation Ecojustice affirment que l’Office national de l’énergie (ONE) a contrevenu à la loi en recommandant le mois dernier au gouvernement Trudeau d’approuver le projet Trans Mountain, de Kinder Morgan. Ce pipeline doit transporter chaque jour 890 000 barils de pétrole des sables bitumineux vers la région de Vancouver, qui doivent ensuite être exportés par navires.

« Le rapport de l’ONE est illégal et irresponsable », résume l’avocate d’Ecojustice, Dyna Tuytel. Selon elle, l’organisme n’a étudié aucun moyen pour tenter de réduire les impacts du trafic de pétroliers imputable au projet. Il faut dire que plus de 400 de ces imposants navires viendront chaque année charger du brut dans la région de Vancouver.


Carte du tracé du pipeline Trans Mountain, de Kinder Morgan

En calculant les allers et les retours, ces pétroliers circuleront 800 fois par année en plein coeur de l’habitat critique de la population d’épaulards du Sud. Cette espèce est considérée comme « en voie de disparition », selon la Loi sur les espèces en péril. Cela signifie qu’il existe une obligation légale de protéger l’habitat critique de l’espèce ou, dans le cas d’un projet industriel, de mettre en place des moyens de mitigation.

L’ONE n’a rien fait de cela, selon Ecojustice, qui représente les groupes Living Oceans Society et Raincoast Conservation Foundation.

Or, la situation de ces mammifères marins est particulièrement critique, puisque moins d’une centaine de ces épaulards du Sud nagent dans les eaux du Pacifique.

Risques connus

Dans le rapport favorable au projet d’exportation pétrolière, l’ONE a pourtant clairement reconnu les impacts nuisibles du projet d’expansion pipelinière conçu pour faciliter la croissance de l’industrie des énergies fossiles. « L’Office conclut que l’exploitation des navires liés au projet serait susceptible d’avoir des conséquences défavorables importantes sur les épaulards résidants du Sud », soulignent les commissaires dans leur rapport publié en mai.

« Bien que les effets des navires liés au projet sur les épaulards résidants du Sud ne représentent qu’une petite partie de l’ensemble des effets cumulatifs, l’Office reconnaît que l’augmentation au chapitre du transport maritime lié au projet contribuerait aux effets cumulatifs qui menacent déjà le rétablissement des populations d’épaulards résidents du sud », ajoutent-ils.

Le hic, c’est que selon les règles de l’ONE dans le cadre de l’étude du pipeline Trans Mountain, l’organisme fédéral n’a pas eu à tenir compte du trafic maritime, considéré comme « connexe » au projet. Et l’épaulard n’est pas la seule espèce menacée qui pourrait subir les impacts de la hausse du trafic pétrolier imputable au pipeline Trans Mountain. En fait, six ont été répertoriées dans la zone d’étude maritime du projet.

Le projet de Kinder Morgan est très contesté sur la côte ouest. Si l’ONE recommande à Ottawa de donner le feu vert, la Ville de Vancouver et le gouvernement de Colombie-Britannique se sont prononcés contre le pipeline.

Avec l’abandon du projet de port de TransCanada à Cacouna, ce genre de situation ne semble pas, pour le moment, se produire au Québec. Mais TransCanada pourrait également être confrontée à une espèce de cétacé menacée. Les imposants volumes de pétrole qui seront exportés par des pétroliers qui circuleront dans la baie de Fundy traverseront l’habitat critique de la baleine noire, elle aussi en voie de disparition.

3 commentaires
  • Marc Drouin - Abonné 18 juin 2016 12 h 35

    Les rednecks albertains...

    "La Ville de Vancouver et le gouvernement de Colombie-Britannique se sont prononcés contre le pipeline."

    Pas un mot sur l'unité canadienne en perdition! RIEN, NADA. Le deux poids deux mesures du ROC.

    On s'en souviendra.

    • André Tremblay - Abonné 19 juin 2016 20 h 49

      Demain le Québécois moyen ne sera même pas au courant de cette action. Il est trop nombriliste pour savoir ce qui se passe ailleurs.

    • Pierre Asselin - Abonné 19 juin 2016 21 h 33

      Les québecois ont tres peu de mémoire .........il n'y aura pas de Colombie bashing

      et pour faire du Quebec bashing rien de pire que les québecois eux-même et j'en suis gêné