Une entrave à la cible des GES

Une des deux évaluations environnementales stratégiques aborde spécifiquement le cas de l’île d’Anticosti.
Photo: Alexandre Shields Le Devoir Une des deux évaluations environnementales stratégiques aborde spécifiquement le cas de l’île d’Anticosti.

L’exploitation des énergies fossiles du Québec pourrait compromettre les efforts de lutte contre les changements climatiques, conclut l’évaluation environnementale stratégique sur les hydrocarbures dirigée par le gouvernement Couillard. Les rapports publiés lundi mettent la table pour l’extraction du pétrole et du gaz.

Sans préavis, le gouvernement a mis en ligne lundi après-midi les rapports des deux évaluations environnementales stratégiques (EES) lancées en mai 2014, des documents qui synthétisent les conclusions de 64 études et qui totalisent 350 pages. La première EES ratissait très large puisqu’elle portait sur l’ensemble de la filière des énergies fossiles au Québec, soit l’exploitation d’éventuels gisements en milieu terrestre et marin, mais aussi tous les modes de transport sur le territoire de la province. La deuxième abordait spécifiquement le cas de l’île d’Anticosti.

L’EES sur l’ensemble de la filière fossile conclut que « la mise en valeur des hydrocarbures dans une perspective de développement durable pose de nombreux défis pour l’ensemble des parties prenantes (entreprises, gouvernements, communautés locales, société civile, etc.), notamment en ce qui a trait aux émissions de gaz à effet de serre ».

Concrètement, le rapport souligne à deux reprises qu’à « long terme », l’exploitation des hydrocarbures apparaît « comme difficilement conciliable avec les objectifs du Québec en matière de lutte contre les changements climatiques ». Ces projets pourraient aussi entraîner « une hausse sensible du coût associé aux réductions d’émissions de gaz à effet de serre aux horizons 2030 et 2050 ainsi qu’une pression accrue sur les autres secteurs économiques du Québec ».

À titre d’exemple, on évalue que l’exploitation du sous-sol de l’île d’Anticosti pourrait générer annuellement entre 1,4 et 4 millions tonnes de gaz à effet de serre (GES), soit entre 2 % et 6 % des émissions visées pour le Québec en 2020. Bref, à elles seules, ces émissions pourraient compromettre l’atteinte des objectifs de réduction fixés par le gouvernement.

Qui plus est, une étude réalisée par le ministère de l’Environnement du Québec dans le cadre des EES a démontré que les projets d’exploration pétrolière et gazière que le gouvernement Couillard finance et encourage en Gaspésie pourraient générer des émissions de gaz à effet de serre aussi intenses que celles du pétrole et du gaz de schiste. Mais il sera difficile d’avoir l’heure juste, puisqu’aucun des projets ne fera l’objet d’une évaluation environnementale indépendante.

Le bilan réel des GES découlant d’une éventuelle exploitation commerciale demeure au final impossible à préciser, faute d’information, indique justement le rapport publié lundi. « La présente EES a montré qu’il reste des connaissances à acquérir, notamment en ce qui a trait aux émissions fugitives de méthane [qui se produisent tout au long de la chaîne de production, de distribution et de consommation], aux émissions de GES après la fermeture des puits ainsi qu’aux mesures d’atténuation. »

 

Avantages financiers

Le rapport de l’EES voit toutefois des avantages à exploiter les énergies fossiles québécoises. « Une éventuelle exploitation des hydrocarbures en territoire québécois contribuera inévitablement à faire augmenter le bilan actuel en matière de GES. Ces émissions seraient cependant soumises à un système de plafonnement, ce qui n’est pas le cas pour les hydrocarbures actuellement importés au Québec. »

Le rapport reprend aussi les arguments des partisans des projets pétroliers et gaziers, à savoir que l’exploitation des hydrocarbures permettrait de « limiter la dépendance du Québec à des sources d’énergie importées plus polluantes, d’améliorer sa balance commerciale et de générer d’importantes retombées économiques locales et nationales ». Mais pour le moment, aucun projet n’est assez avancé pour qu’on puisse envisager « une exploitation commerciale d’envergure à courte échéance ».

Par ailleurs, en raison des dynamiques des marchés du gaz et du pétrole, qui échappent totalement au contrôle de l’État, « même si le Québec devenait producteur de pétrole, il continuerait vraisemblablement à importer et à exporter des hydrocarbures et des produits transformés ». Une éventuelle production en sol québécois pourrait en outre être commercialisée à l’extérieur de la province. Les promoteurs devraient toutefois faire face à la concurrence des entreprises déjà bien présentes sur le marché.

Acceptabilité sociale

Le rapport de l’EES ne ferme pas la porte à la fracturation hydraulique, tout en plaidant pour la mise en place « des dispositions pour réduire les facteurs de risque et éviter les impacts négatifs qui sont associés à la fracturation ».

On indique aussi que le gouvernement « devrait favoriser l’acceptabilité sociale des projets », notamment en tenant compte des différentes visions du développement territorial, mais aussi en améliorant les processus de consultation des populations concernées.

Les conclusions des rapports font également état de la vive opposition manifestée par plusieurs intervenants dans le cadre des consultations menées durant les EES. « Les citoyens et les groupes d’intérêt qui ont pris part à la consultation publique ce sont pour la plupart déclarés opposés à l’exploration et à l’exploitation des hydrocarbures, tant en milieu terrestre que marin, et plus particulièrement à la fracturation hydraulique », peut-on lire dans un des rapports.

Ces consultations ont été menées alors que le tiers des études commandées dans le cadre des EES n’avaient pas encore été rendues publiques par le gouvernement, ce qu’avaient dénoncé des groupes environnementaux.

Les résultats des EES doivent servir de base à l’élaboration de la première loi sur les hydrocarbures. Le dépôt du projet de loi est prévu d’ici l’été, en théorie. Cette loi doit permettre d’ouvrir la voie à l’exploitation de pétrole et de gaz au Québec. Si le gouvernement Couillard se montre très réticent aux forages sur l’île d’Anticosti, il est très ouvert aux projets qui se développent en Gaspésie dans le Bas — Saint-Laurent.
 

Consultez notre dossier sur les énergies fossiles du Québec
6 commentaires
  • Sylvain Rivest - Inscrit 31 mai 2016 06 h 24

    Fascinant!

    Ce qui me fascine? C'est que cela aura pris une étude pour voir ça.

    • Bernard Plante - Abonné 31 mai 2016 07 h 58

      Ce qui est encore plus fascinant est que peu importe ce qu'auraient été les conclusions de l'étude l'exploitation ira de l'avant...

    • Nicole D. Sévigny - Abonnée 31 mai 2016 09 h 50

      Le paradoxe...dire une chose et son contraire, cette fois du même côté de la bouche!

      D'ailleurs, il est aussi écrit: "l'évaluation environnementale stratégique
      sur les hydrocarbures "dirigée" (sic) par le gouvernement Couillard."

      Et le PLQ... est toujours en tête des sondages !

      "Vous êtes pas tannés de mourir, bande(s*) de caves."
      * la bande s'étant agrandie depuis...

    • Brigitte Garneau - Abonnée 31 mai 2016 09 h 51

      En effet,comme le dit si bien Charles Tisseyre : FASCINANT!! Avec ce merveilleux gouvernement, nous allons de DÉCOUVERTE en DÉCOUVERTES!! J'ironise si peu...

  • Pierre Beaulieu - Abonné 31 mai 2016 10 h 46

    Pourrait...

    Peut-être ben que oui, peut-être ben que non... C'est pas sérieuxcomme étude!

  • Benoit Thibault - Abonné 31 mai 2016 19 h 10

    Imaginez si c'est vrai pour le Québec...

    ... comment cela peut -être plus que vrai pour l'Alberta et la Canada!