Le tiers des oiseaux sont menacés d’extinction

Au Québec, des inquiétudes se sont notamment manifestées au cours des dernières années pour la colonie emblématique de fous de Bassan de l’île Bonaventure, en Gaspésie.
Photo: Oli Scarff Agence France-Presse Au Québec, des inquiétudes se sont notamment manifestées au cours des dernières années pour la colonie emblématique de fous de Bassan de l’île Bonaventure, en Gaspésie.

Plus du tiers des espèces d’oiseaux de l’Amérique du Nord sont gravement menacées d’extinction, conclut un état de la situation publié mercredi par l’Initiative de conservation des oiseaux de l’Amérique du Nord et diffusé par le gouvernement canadien.

Selon les données rassemblées dans le document rendu public à Ottawa par la ministre de l’Environnement, Catherine McKenna, 37 % des 1154 espèces recensées dans le rapport sont clairement menacées, à moins que des « mesures importantes » de conservation soient mises en place à court terme. Quelque 49 % des espèces font quant à elle l’objet d’une préoccupation « modérée ».

Les espèces dites « des océans », qui regroupent les oiseaux terrestres insulaires et ceux vivant en milieu marin, sont clairement les plus mal en point. Globalement, 57 % de ces espèces sont carrément « en crise », selon ce qui se dégage de ce programme de suivi regroupant des données du Canada, des États-Unis et du Mexique.

Les menaces sont d’ailleurs nombreuses. « Les petites populations en déclin d’oiseaux marins sont gravement menacées par les prédateurs envahissants sur les îles de nidification, les prises accessoires des navires de pêche commerciaux, ainsi que la surpêche des stocks d’espèces fourragères, la pollution et le changement climatique », soulignent les chercheurs qui ont compilé les données rendues publiques mercredi.

Déclin mondial

La situation des oiseaux marins nord-américains, dont plusieurs espèces sont présentes au Canada, témoigne d’un déclin sévère observé à l’échelle planétaire. Les recherches récentes indiquent en effet que les populations mondiales d’oiseaux marins ont diminué de près de 70 % depuis les années 1950. Un tel constat « révèle que nos milieux océaniques sont soumis à un grand stress », insiste d’ailleurs le nouveau rapport de l’Initiative de conservation des oiseaux.

Les exemples d’espèces frappées sont nombreux et se répartissent dans diverses régions. Au Québec, des inquiétudes se sont notamment manifestées au cours des dernières années pour la colonie emblématique de fous de Bassan de l’île Bonaventure, en Gaspésie. D’autres espèces, comme le pluvier siffleur ou le garrot d’Islande, sont menacées à divers degrés.

Le rapport presse donc les gouvernements nord-américains de mettre en place des mesures afin de réduire les pressions sur les écosystèmes océaniques, mais aussi d’accélérer la désignation d’aires marines protégées. À ce chapitre, le Québec et le Canada tardent à agir pour respecter leurs engagements internationaux. Le taux de protection des milieux marins, qui devrait atteindre 10 % en 2020, se situe actuellement à 1,3 %.

Les chercheurs mettent aussi en lumière une « crise » pour les espèces tropicales et subtropicales, qui connaissent des problèmes similaires à ceux des oiseaux marins, notamment en ce qui a trait à la dégradation rapide de leurs habitats.

On observe par ailleurs une situation de « déclin rapide » chez plusieurs espèces vivant dans les habitats côtiers, les prairies et les zones arides, qui connaissent « une diminution rapide ». Certaines de celles-ci, qui effectuent de grandes migrations, ont perdu les deux tiers de leurs effectifs en 40 ans.

Confirmations

Cette nouvelle compilation de données vient confirmer les conclusions d’autres rapports publiés au cours des dernières années. Une étude menée sur plusieurs années par l’organisation environnementale américaine National Audubon Society et publiée en 2014 concluait en outre que les bouleversements climatiques représentent une sérieuse menace pour plus de la moitié des espèces d’oiseaux vivant en Amérique du Nord.

Selon des données publiées en 2013 par l’organisme britannique BirdLife International, 1313 espèces d’oiseaux dans le monde sont menacées de disparition. Concrètement, on parle donc d’une espèce sur huit. Parmi les espèces identifiées dans l’étude, 200 sont carrément au bord du gouffre.

1 commentaire
  • Tim Yeatman - Abonné 19 mai 2016 11 h 29

    Pas surprenant!

    Je n'ai rien qu'à regarder tout autour de moi. Les milieux humides sont drainés. Les arbres, et surtout les arbres morts, sont coupés. Les lois municipales m'interdisent d'avoir du "gazon" de plus de 30cm de hauteur et d'avoir des tas de branches. Le bord de la rivière, censé être laissé "naturel" est continuellement élagué, tondu et considéré comme un dépotoir par certains. Les terres agricoles ne sont plus que des monocultures OGM pour la plupart, généreusement arrosées par du purin, des engrais de synthèse et des pesticides. Mes voisins laissent leurs chats entiers dehors toute la journée. Les leçons de Rachel Carson sont vite oubliées.

    Johanne Dion
    Richelieu, Qc