Saint-Cuthbert forcée de se plier à la volonté d’un promoteur

« Nous avons plusieurs résidants qui se disent favorables au projet, et en particulier les commerçants », soutient le promoteur, Guillaume Narbonne.
Photo: Cameron Strathdee / Getty Images « Nous avons plusieurs résidants qui se disent favorables au projet, et en particulier les commerçants », soutient le promoteur, Guillaume Narbonne.

Malgré ses réticences, une petite municipalité de Lanaudière est forcée d’accepter le développement d’un vaste projet récréotouristique. 

La couverture de la COVID-19 et les 7 premiers articles sont gratuits.

Vous devez avoir un compte pour en profiter.

Créer un compte

?Déjà abonné? .

4 commentaires
  • Gilles Delisle - Abonné 14 mai 2016 07 h 45

    Quand on n'est pas chez soi sur son propre territoire!

    Voilà ce qui arrive, quand on est dépendant du gouvernement fédéral, qui arrive encore une fois ,avec ses grosses bottines pour écraser tous ceux qui ne pensent pas comme lui! Un jour ou l'autre, il faudra bien que les Québécois se rendent à l'évidence: tant que l'on sera de simples locataires dans notre maison, on ne pourra jamais aspirer à un plein épanouissement comme peuple. On en a encore un exemple concret ici!

  • Gilles St-Pierre - Abonné 14 mai 2016 15 h 16

    Et Mirabel?

    L'aurions-nous déjà oublié l'outrageuse intervention du fédéral sur notre propre territoire? Un nombre exorbitant d'expropriations inutiles de nos meilleures terres agricoles pour un aéroport nommée "Troudeau", pour ainsi nous rappeler leur suprématie.

    Tenons-nous enfin debout et récupérons tous nos pouvoirs afin de gérer nous mêmes notre territoire et nos affaires.

    Comme toujours et plus que jamais : Vive le Québec libre.

  • Gilles Théberge - Abonné 14 mai 2016 15 h 41

    C'est sa vie?

    C'est pas parce que c'est sa vie, qu'il a le droit d'imposer sa visison à tout le monde! On est en plein délire.

    Les lois du Québec doivent promer sur les lois Fédérales...!

  • Colette Pagé - Inscrite 14 mai 2016 18 h 07

    Prépondérance de la Loi de l'Aéronautique sur les lois du Québec.

    Tel est le jugement de la Cour suprême avec la dissidence, sauf erreur de deux juges québécois. Ce qui concrètement signifie que la Loi sur l'aéronautique qui date des années de guerre a préséance sur la Loi portant sur l'aménagement du territoire, la Loi du zonage agricole et la Loi des cités et villes.

    Cette loi tordue dans un fédéralisme que l'on se vante d'être coopératif doit être modifiée pour tenir compte de la réglementation du zonage municipal ainsi que des territoires denséments peuplés près des aéorodromes.

    Sans oublier la pollution sonore découlant des décollages et atterissages des utilisateurs de l'école de pilotage. Une peste !