Une institution financière vouée au développement durable

Pierre Vallée Collaboration spéciale
Fondaction a mis en place le Fonds Biomasse afin de soutenir les entreprises et les institutions désireuses de faire la transition de combustibles fossiles vers un combustible issu de la biomasse forestière.
Photo: Getty Images Fondaction a mis en place le Fonds Biomasse afin de soutenir les entreprises et les institutions désireuses de faire la transition de combustibles fossiles vers un combustible issu de la biomasse forestière.

Ce texte fait partie du cahier spécial Jour de la Terre

Depuis sa création il y a 20 ans, Fondaction, le fonds de travailleurs affilié à la CSN, a placé le développement durable au coeur de sa culture d’entreprise. Et aujourd’hui, cette institution financière est encore plus engagée en développement durable qu’elle ne l’a jamais été.

« Nous n’avons pas un chef à la tête d’un département en développement durable à Fondaction, souligne Julien Lampron, directeur des affaires publiques chez Fondaction. La raison est en fort simple, c’est l’organisation au complet qui aujourd’hui est orientée vers le développement durable, donc par conséquent toute notre stratégie d’investissement. »

Et pour s’assurer que cet engagement envers le développement durable ne puisse pas être considéré comme de l’écoblanchiment, Fondaction se soumet à une rigoureuse reddition de comptes, adhère aux PRI (Principles for responsible investment) et se conforme aux exigences du Global Reporting Initiative (GRI) pour la production de ses rapports de développement durable.

Double reconnaissance

Cette rigueur dans la démarche et l’expertise acquise au fil des ans en matière de développement durable viennent d’être doublement reconnues par le gouvernement du Québec lors du dépôt du dernier budget. En effet, le gouvernement québécois a reconduit la majoration de 5 % du crédit d’impôt accordé aux actionnaires de Fondaction pour une nouvelle période de deux ans. Ainsi, l’actionnaire de Fondaction a droit à un crédit d’impôt de 20 %, plutôt que celui de 15 % auparavant consenti.

« C’est en 2009 que le gouvernement du Québec a accordé aux actionnaires de Fondaction cette majoration de 5 %, explique Julien Lampron. À l’époque, cette décision avait été prise afin d’aider Fondaction à se constituer une masse critique d’actifs, que l’on avait fixée alors à 1,25 milliard de dollars. Comme nous avons dépassé cet objectif — notre actif s’élève aujourd’hui à 1,4 milliard de dollars —, cette nouvelle reconduction du 5 % nous est accordée dans le seul but de nous soutenir dans notre mission en développement durable. »

La seconde reconnaissance, toujours présentée lors du dernier budget, est que le gouvernement du Québec a choisi de faire de Fondaction un de ses partenaires clés dans l’atteinte des objectifs qu’il s’est fixés en matière de réduction des gaz à effet de serre à la suite de la COP21 tenue à Paris en décembre dernier. « Nous nous en réjouissons. C’est d’abord une reconnaissance, de la part du gouvernement du Québec, de l’engagement de Fondaction en développement durable. C’est aussi la reconnaissance de l’expertise acquise par Fondaction en développement durable, en particulier dans sa stratégie d’investissement dans des entreprises engagées en développement durable. De ce fait, le gouvernement du Québec reconnaît qu’il ne pourra pas atteindre ses objectifs en matière de réduction des GES sans le concours et la collaboration de la société civile. La crédibilité de Fondaction en développement durable lui permet d’aller auprès des entreprises québécoises afin de faire la promotion du développement durable. Nous sommes très enthousiastes devant cette perspective. »

Les technologies propres

La reconduction de cette majoration de 5 % du crédit d’impôt accordé aux actionnaires de Fondaction vient toutefois avec une contrepartie. « Nous nous sommes engagés auprès du gouvernement du Québec à investir dans les deux prochaines années une somme de 50 millions de dollars dans le domaine des technologies propres. » Un défi que Fondaction n’aura sans doute aucun problème à relever, puisque l’institution financière est déjà bien engagée en ce sens.

À ce sujet, rappelons que Fondaction est un important investisseur et un membre fondateur de Coop Carbone. Cette coopérative a un double mandat : aider par son savoir-faire les entreprises québécoises qui veulent réduire leur empreinte carbone et jouer un rôle d’entremetteur québécois sur le marché nord-américain du carbone en achetant et en vendant des crédits d’émissions. « La Coop Carbone a aussi la capacité de lancer des projets comme elle vient de le faire avec Agrocarbone. Ce projet s’adresse aux entreprises agricoles du secteur laitier afin de les aider à réduire leurs émissions de GES. »

Un autre secteur où Fondaction est bien présent est celui de la biomasse forestière. « Nous disposons de beaucoup de biomasse forestière au Québec et cette biomasse peut être utilisée comme combustible pour le chauffage des bâtiments. Fondaction a mis en place le Fonds Biomasse afin de soutenir les entreprises et les institutions désireuses de faire la transition de combustibles fossiles vers un combustible issu de la biomasse forestière. Il s’agit d’un service complet clés en main puisque, en plus de fournir le financement, le Fonds Biomasse fournit aussi l’expertise nécessaire à la transition vers la biomasse forestière. D’ailleurs, nous travaillons sur de nouveaux projets d’investissement dans la filière de la biomasse forestière. Il est trop tôt pour faire des annonces, car les projets ne sont pas encore complètement attachés, mais ils sont bien avancés. »

Les 50 millions de dollars qu’investira Fondaction dans les technologies propres ne se limiteront pas aux seuls secteurs de la réduction des gaz à effet de serre et du remplacement des énergies fossiles. « Nous sommes aussi un partenaire et un investisseur dans Écotech Québec, qui est la grappe québécoise des technologies propres, donc notre intérêt englobe l’ensemble des technologies propres. Par exemple, nous nous intéressons présentement au concept de la ville intelligente. »

Cet engagement encore plus solide en développement durable représente aussi un avantage pour les actionnaires de Fondaction. « En devenant actionnaire de Fondaction, vous économisez pour votre retraite tout en profitant d’une bonification du crédit d’impôt, mais vous avez aussi la certitude que l’argent que vous nous avez confié servira entièrement au développement durable. »