Québec dévoilera sa politique énergétique jeudi

C’est ce jeudi que le gouvernement Couillard dévoilera la politique énergétique du Québec, a confirmé lundi au Devoir le cabinet du ministre Pierre Arcand.

Le dévoilement de ce jalon important de l’avenir énergétique du Québec doit avoir lieu à Montréal jeudi après-midi.

S’il n’a pas été possible d’obtenir de détails lundi concernant le contenu de cette politique énergétique 2016-2030, le premier ministre Philippe Couillard a déjà indiqué il y a quelques semaines que cette nouvelle stratégie de développement devrait orienter le Québec sur la voie de la réduction de notre dépendance aux énergies fossiles.

En misant sur la « décarbonisation » et l’« innovation », la politique énergétique du Québec 2016-2030 imposera le Québec comme un « leader mondial de la production en énergie verte » — et non seulement en hydroélectricité —, annonçait en février le chef libéral à la tribune de l’Association québécoise de la production d’énergie renouvelable.

L’élaboration de cette politique s’est articulée essentiellement autour de trois « tables d’experts » choisis par le gouvernement qui se sont tenues en 2015. Chaque rencontre se tenait en une seule journée. La première table ronde était intitulée « Efficacité et innovation énergétiques ». La seconde portait sur les énergies renouvelables et la dernière abordait les énergies fossiles.

Le gouvernement Couillard a d’ailleurs déjà signifié qu’il est favorable à l’exploitation des énergies fossiles au Québec, en plus de manifester un préjugé favorable envers les projets de transport par pipeline.

En relançant la réflexion sur l’avenir énergétique, le gouvernement Couillard a par ailleurs repris en partie depuis le début le travail effectué auparavant par la Commission sur les enjeux énergétiques du Québec mise sur pied par le Parti québécois.

Son rapport, intitulé « Maîtriser notre avenir énergétique », était le fruit de consultations publiques et de l’analyse de plus de 460 mémoires. Ce document de 310 pages proposait un virage très ambitieux dans notre façon de consommer l’énergie, un changement qui passerait par une réduction draconienne de notre dépendance aux énergies fossiles.

Les auteurs plaidaient aussi en faveur d’une remise en question du coûteux projet de la Romaine et du développement de l’éolien, qui, dans le contexte actuel, font perdre des sommes importantes à l’État québécois.


 
3 commentaires
  • Marc Durand - Abonné 5 avril 2016 09 h 44

    Table d'experts convoquée par le gouvernement

    On cite: "L’élaboration de cette politique s’est articulée essentiellement autour de trois « tables d’experts » choisis par le gouvernement qui se sont tenues en 2015."
    Les contrôles absolus de certains promoteurs-fonctionnaires dans le choix des participants ont fortement orienté la table d'experts sur les hydrocarbures
    (http://bit.ly/1PZV33I) vers une expression des points de vue exclusifs des industriels du pétrole.
    Souhaitons que ce ne soient pas les mêmes fonctionnaires qui rédigent la politique énergétique annoncée pour jeudi. On attend toujours de plus les rapports finaux des deux Évaluations Environnementales Stratégiques, Hydrocarbures et Anticosti.

  • Brigitte Garneau - Abonnée 5 avril 2016 11 h 00

    Ce n'est rien pour nous rassurer!

    Ce gouvernement amateur et improvisateur choisira lui-même les experts! Le ministère de l'environnement n'obtient même pas la note de passage! C'est comme demander aux cancres de la classe de choisir le professeur!

  • Pierre Fortin - Abonné 5 avril 2016 11 h 42

    Politique énergétique et acceptabilité sociale


    La politique qui sera présentée jeudi découlera vraisemblablement des trois « tables d’experts » que le gouvernement a organisées dont celle tenue à huis clos avec les promoteurs de l'exploitation des hydrocarbures.

    Le ministre Arcand a aussi déposé récemment son livre vert dans lequel on traite de l'acceptabilité sociale sans la définir convenablement et surtout sans jamais reconnaître à la population la capacité d'exercer ses droits politiques.

    Pour qu'il y ait acceptabilité sociale, la population doit pouvoir donner son consentement éclairé au projet Énergie Est et ce consentement ne peut venir que d'un processus de réflexion abouti et fondé sur une information objective et complète sur tous les aspects du projet.

    On ne peut imposer aux Québécois une menace permanente sur leur territoire sans qu'ils l'acceptent librement et en pleine lucidité.

    Le ministre Arcand sera-t-il prêt à mettre publiquement sur la table tous les éléments du dossier des énergies fossiles en incluant toutes ses communications avec les promotteurs et tous les intervenants et lobbyistes, que ceux-ci soient inscrits au registre ou non?