TransCanada forcée de fermer le pipeline Keystone après un déversement

TransCanada a été forcée de stopper le flux de pétrole dans son pipeline Keystone en raison d’une fuite survenue au Dakota du Sud. Ce pipeline, exploité depuis 2010 pour transporter du pétrole albertain vers les États-Unis, a connu 21 déversements au cours de sa seule première année d’exploitation.

Dans une déclaration officielle publiée lundi, la pétrolière de Calgary a dit mener une enquête afin de déterminer les causes de cette fuite qui serait survenue près d’une station de pompage.

Un porte-parole des autorités de l’État du Dakota du Sud a indiqué que la présence de pétrole aurait d’abord été notée par un passant. TransCanada a indiqué pour sa part que dès que l’incident a été confirmé, des employés de l’entreprise ont été dépêchés sur les lieux de la fuite et les mesures d’urgence ont été déclenchées.

Toujours selon la pétrolière, les impacts environnementaux de la fuite de brut albertain ne seraient pas significatifs. Pour le moment, il est prévu que le tronçon du pipeline qui a laissé fuir du pétrole demeurera fermé au moins jusqu’à vendredi.

Le pipeline Keystone est utilisé pour transporter du pétrole de la région d’Hardisty, en Alberta, vers des raffineries situées aux États-Unis. Il a une capacité de transport de 500 000 barils par jour.

Ce pipeline, conçu comme une première phase du projet Keystone XL, rejeté par le président américain Barack Obama, est utilisé depuis 2010. Selon des informations du gouvernement canadien, ce pipeline a connu 21 déversements au cours de sa seule première année d’exploitation. Il s’agissait toutefois essentiellement de petites quantités de pétrole brut.

Cet incident sur un pipeline récent de TransCanada survient alors que plusieurs redoutent justement les fuites provenant d’un projet qui transporterait deux fois plus de pétrole, soit le pipeline Énergie Est.

Fuite détectable

Selon les scénarios présentés par TransCanada dans le cadre de la première partie des audiences du BAPE sur le projet Énergie Est, on estime que dans le pire des cas, le pipeline pourrait laisser fuir 3,6 millions de litres de brut en cas de rupture de la canalisation.

L’entreprise estime toutefois qu’en raison de son système de contrôle, elle serait en mesure de détecter très rapidement toute fuite qui pourrait survenir sur ce pipeline d’un mètre de diamètre.

Selon une étude indépendante produite par la firme Savaria pour la Communauté métropolitaine de Montréal, Énergie Est pourrait déverser 1,15 million de litres de pétrole en à peine 13 minutes, soit le temps nécessaire, selon TransCanada, pour stopper le flux de pétrole.

TransCanada évalue par ailleurs que les coûts d’un déversement majeur provoqué par son futur pipeline dans une rivière du Québec pourraient atteindre 617 millions de dollars. Une facture deux fois moins élevée que celle résultant de la rupture d’un pipeline qui, en 2010 au Michigan, transportait quatre fois moins de pétrole qu’Énergie Est. Mais le montant ne tient pas compte des coûts pour les municipalités et le gouvernement.

Le pipeline Énergie Est doit traverser un total de 860 cours d’eau au Québec, ce qui a soulevé plusieurs questions sur les risques de fuites dans le cadre des audiences du BAPE.

Plusieurs agriculteurs s’inquiètent également des risques pour leurs terres, puisque la majorité du tracé est située en zone agricole. Des municipalités redoutent également les impacts d’un déversement sur les aquifères.

Le pipeline Énergie Est transportera en moyenne 1,1 million de barils de pétrole par jour à travers le Québec. L’essentiel de ce pétrole provenant de l’Alberta et du Dakota du Nord sera directement destiné à l’exportation, selon les données actuellement disponibles.

10 commentaires
  • - Inscrit 4 avril 2016 15 h 59

    On doit refuser !

    Et dire clairement, définitivement et fortement que c'est NON.

    On ne veut pas risquer de tuer nos lacs, nos rivières, notre nappe phréatique, notre faune, notre flore, nos vies et celles de ceux qui nous suivront ! Un point c'est tout !

    • Raymond Chalifoux - Inscrit 5 avril 2016 11 h 36

      Les seuls à s'être levés, au Québec, depuis les années 60 sont les étudiants de 2012 (tsé, les Carrés rouges, le Printemps Érable..).

      Fait que.. à votre place, je ne compterais pas trop là-dessus, mettons...

  • Réal Bergeron - Abonné 4 avril 2016 16 h 26

    De l'huile au moulin

    Ce déversement ne manquera pas d'apporter de l'eau (ou de l'huile) au moulin des opposants au projet Énergie Est. Notons que la fuite n'a pas été détectée par TC mais par un passant, comme c'est la cas pour près de 40 pour cent des fuites. Pour éviter des déversements majeurs, je suggère à TC de faire passer ses oléoducs de préférence en milieu urbain: les passants y sont plus nombreux.

  • Luc Falardeau - Abonné 4 avril 2016 16 h 36

    Un pipeline presque neuf

    Keystone a commencé à être exploité en 2010...

  • Raynald Richer - Abonné 4 avril 2016 17 h 08

    Les fuites


    Ça aura pris 21 fuites pour fermer le pipeline Keystone.

    Combien ça va prendre de fuites pour fermer le pipeline de l’évasion fiscale ?

  • Réal Bergeron - Abonné 4 avril 2016 17 h 13

    De l'huile au moulin

    Ce déversement ne manquera pas d'apporter de l'eau (ou de l'huile) au moulin des opposants au projet Énergie Est. Notons que la fuite n'a pas été détectée par TransCanada mais par un passant, comme c'est le cas pour près de 40 p. cent des fuites.
    Pour éviter des déversements majeurs, je suggère à TC de faire passer ses oléoducs de préférence dans des zones habitées: les passants y sont plus nombreux.