Des permis d’exploration bloqueraient des projets d’aires protégées, conclut une étude

Le Québec s’était engagé à protéger 12 % de son territoire d’ici 2015, puis 17 % d’ici 2020. Le Bas–Saint-Laurent (notre photo) accuse toutefois un retard, avec seulement 4,5 % d’aires protégées.
Photo: Cal Woodward Associated Press Le Québec s’était engagé à protéger 12 % de son territoire d’ici 2015, puis 17 % d’ici 2020. Le Bas–Saint-Laurent (notre photo) accuse toutefois un retard, avec seulement 4,5 % d’aires protégées.

L’omniprésence des permis d’exploration pétrolière et gazière dans le Bas–Saint-Laurent aurait pour effet de bloquer les efforts de protection de portions importantes du territoire pourtant déterminées et soumises au gouvernement depuis près de trois ans, conclut un nouveau rapport dont Le Devoir a obtenu copie.

Dans la foulée d’un exercice de consultations publiques mené en 2013 par la Conférence régionale des élus du Bas–Saint-Laurent, sept territoires au total ont été formellement déterminés comme aires protégées candidates et proposés comme tels au ministère de l’Environnement du Québec dès juin 2013.

Or, « aucun des territoires d’intérêt de la région qui ont été proposés au gouvernement n’a été protégé à ce jour. Sans statut légal, ces territoires demeurent vulnérables à toute forme d’activité industrielle », déplore le directeur général de la Société pour la nature et les Parcs Québec (SNAP), Alain Branchaud. C’est cet organisme qui a rédigé le rapport d’une quarantaine de pages, en collaboration avec le Conseil régional de l’environnement du Bas–Saint-Laurent (CREBSL).

Selon les auteurs de l’analyse à paraître ce mercredi, l’omniprésence des permis d’exploration pétrolière et gazière dans la région pourrait expliquer en partie l’inaction de Québec. Il faut dire que pas moins de six des sept territoires déterminés se trouvent dans des zones où des entreprises ont acquis, auprès de ce qui est aujourd’hui le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, des permis d’exploration. La plupart de ces permis ont été délivrés en 2009 et 2010, mais certains remontent à 2006.

Permis de Pétrolia

Trois des territoires choisis pour leur grande valeur écologique se situent dans des secteurs où des permis sont détenus par l’entreprise Pétrolia, qui en possède plusieurs dans le Bas–Saint-Laurent et en Gaspésie. Outre l’île d’Anticosti, c’est d’ailleurs dans ces régions que se concentrent les permis actifs de l’entreprise, dont le premier actionnaire avec le gouvernement du Québec.

Parmi les trois zones dont Pétrolia détient les droits d’exploration, on retrouve le territoire de la rivière Causapscal, une rivière à saumon qui se situe à la tête « du bassin versant de la rivière Matapédia, rivière à saumon de grande renommée ». Toute cette région, souligne le rapport, revêt « une grande importance du point de vue de la biodiversité ».

Un autre territoire où Pétrolia détient des permis se situe dans le secteur de la rivière Cap-Chat, dans les monts Chic-Chocs. Ce secteur constitue une partie de l’habitat du caribou de la Gaspésie, mais aussi d’autres espèces à statut précaire. On retrouve enfin, toujours sous permis avec Pétrolia, le secteur de la rivière Cascapédia, « une rivière à saumon importante », précise le rapport.

L’analyse en question a identifié un total de quatre entreprises différentes qui détiennent des permis recoupant au moins un des six territoires déterminés comme candidats à un statut de protection officiel. Aucun des territoires n’aurait toutefois fait l’objet, jusqu’à présent, de travaux d’exploration.

Qui plus est, le gouvernement aurait le pouvoir, selon l’analyse de la SNAP, de soustraire les territoires à l’exploration pétrolière ou gazière. Des dispositions de la Loi sur les mines, qui régit pour le moment l’essentiel du secteur de l’exploration pétrolière au Québec, permettent en effet de soustraire des territoires pour des fins de protection. Les détenteurs de permis peuvent aussi renoncer volontairement à leurs droits afin d’assurer la conservation de ces territoires.

La chose apparaît d’autant plus nécessaire, selon les groupes signataires, que le Québec s’était engagé à protéger 12 % de son territoire d’ici 2015, puis 17 % d’ici 2020. Le Bas–Saint-Laurent accuse toutefois un retard, avec seulement 4,5 % d’aires protégées. Les sept territoires d’intérêt amèneraient le niveau de protection à environ 7,5 %.

« Ces noyaux de conservation constituent l’épine dorsale, la base, d’un réseau régional d’aires protégées, souligne le président du CREBSL, Yanick Gendreau. Ces territoires permettront de combler les carences écologiques qui persistent en milieu naturel en plus de protéger les éléments rares de la biodiversité et d’augmenter la connectivité entre les territoires protégés. »



À voir en vidéo