620 millions pour la restauration

Un site minier abandonné en Abitibi
Photo: Lawrence Côté-Collins Un site minier abandonné en Abitibi

Décidé à stimuler l’emploi dans les régions minières, le gouvernement Couillard a décidé d’investir plus de 620 millions de dollars dans la restauration des sites miniers abandonnés du Québec. La facture totale pour les 498 sites toujours à la charge de l’État est estimée à 775 millions de dollars.

Le budget Leitão présenté jeudi souligne ainsi que le gouvernement entend mettre en oeuvre « un plan d’accélération de la restauration des sites miniers abandonnés. L’objectif de réduction du passif environnemental en lien avec les sites miniers passera donc de 50 % à 80 % d’ici 2021-2022 ».

L’enveloppe de 620 millions de dollars de fonds publics sera dépensée sur une période de six ans, ce qui permettra, selon le gouvernement, de « stimuler le développement économique dans les régions minières affectées par la baisse actuelle des prix des matières premières tout en améliorant la qualité de l’environnement ». En clair, le gouvernement utilise les fonds de gestion de cet héritage toxique dans le but de créer de l’emploi, notamment sur le territoire de son Plan Nord.

Centaines de sites

Selon les documents budgétaires présentés jeudi, 120 sites miniers ont jusqu’ici été « réhabilités ». « Le gouvernement du Québec a toujours sous sa responsabilité réelle 498 sites miniers à réhabiliter sur son territoire, ce qui représente des travaux d’environ 775 millions de dollars », précise le document présentant le budget.

Par le passé, le financement des travaux de restauration des sites abandonnés n'était aussi important. Des données gouvernementales avaient en effet démontré, en janvier 2015, que le gouvernement du Québec avait dépensé près de 103 millions de dollars en huit ans dans la gestion du « passif environnemental minier ». Ce montant équivalait à une moyenne annuelle de 12,8 millions de dollars depuis que Québec a inscrit ces sites abandonnés aux comptes publics, en 2007. Après avoir dépassé les 15 millions de dollars par année entre 2011 et 2013, les dépenses pour la restauration avaient chuté à 10,6 millions en 2014.

La facture totale, estimée à 775 millions, pourrait par ailleurs atteindre 1,2 milliard, si on y inclut des sites potentiels qui ne sont pas présentement à la charge de l'État.

Anciennes mines

Parmi les sites à restaurer à la charge du gouvernement québécois, plusieurs  sont d’anciennes mines ayant connu une exploitation. Certains de ces sites ont besoin de travaux de décontamination qualifiés de majeurs par Québec. Des travaux de restauration ont d’ailleurs été entrepris en priorité sur ces sites problématiques, dont certains contiennent d’importantes quantités de résidus miniers acides.

Plusieurs sites sont situés en Abitibi-Témiscamingue, une région où l’industrie minière est très présente depuis plusieurs décennies. Dans certains cas, des métaux lourds doivent être récupérés, notamment pour éviter davantage de migration de la pollution. Bien souvent, de l’équipement a été laissé à l’abandon, ou encore des camps miniers entiers.

L’État a aussi hérité de sites d’exploration minière. Seulement au Nunavik, on a déjà compté jusqu'à 275 de ces sites, dont 18 sites classés «majeurs»

Pour régler le cas des sites orphelins qui sont à la charge de Québec, la Coalition Québec meilleure mine a déjà proposé l’adoption d’une redevance spéciale d’environ 1 % pour financer un fonds de restauration des sites miniers abandonnés au Québec. Cette proposition a été rejetée non seulement par l’industrie minière, mais aussi par les gouvernements libéral et péquiste.

Québec a par ailleurs mis en place au cours des dernières années une obligation, pour les entreprises qui démarrent un projet d’exploitation, de verser une garantie financière devant permettre de couvrir tous les frais de restauration d’un site minier. Au moins une entreprise n’a toutefois pas respecté cette règle, donc Québec a hérité de sites à décontaminer après la mise en place des nouvelles règles.


NB: Ce texte a été modifié après sa publication.

6 commentaires
  • Daniel Bérubé - Abonné 17 mars 2016 18 h 41

    Il ne faudrait pas oublier...

    de demander à Énergie Est de ne pas enlever son pipeline après sa durée de vie... enlever le tuyeau et nettoyer le tout coûtera des milliards au gouvernement! Réalisez-vous le nombre d'emploi créé !?!?

  • André Tremblay - Abonné 17 mars 2016 19 h 38

    Encore le cochon decontribuable qui va payer...

    Après que les mines aient déserté en pillant nos ressources naturelles, c'est encore nous qui allons payer pour leurs dégâts. Et le prétexte qu'on donne, c'est de créer de l'emploi. C'est cela, créons des emplois pour ramasser la m.... de ceux qui se sont enrichis à nos dépends. Maudite mentalité de colonisés !

    • Francois Cossette - Inscrit 17 mars 2016 20 h 53

      C'est cela que nous sommes que voulez vous.

  • Robert Godin - Abonné 17 mars 2016 20 h 45

    Redevances futures

    Mais il avait été proposé que les sociétés minières devraient participer à la réparation de ce gâchis en payant une redevance supplémentaire pour la création d'un fond à cette fin. Elles se sont enrichies, elles ont encaissé les profits et les ont distribués à leurs actionnaires et sont disparues. Ni vues ni connues. Et la collectivité québécoise doit faire les frais de ces "investissements". Nos politiciens se moquent de nous. Et entre temps, ils coupent sur la santé, les garderies, la santé, les démunis, mais payent les dettes des minières qui se sont enrichies avec nos richesses naturelles non renouvelables. Quand est-ce que trop sera trop?

    • Nicole Delisle - Abonné 18 mars 2016 11 h 58

      Cela prouve hors de tout doute que nous sommes gouvernés par de très
      mauvais gestionnaires, qui sont incapables d'inclure dans les contrats alloués aux compagnies des clauses impliquant que les sites, une fois
      terminés soient remis comme ils étaient avant. Ce n'est pas aux contribuables du Québec de payer pour cela! On se sert des avoirs des
      Québécois pour enrichir des compagnies sans aucun scrupule. C'est lamentable, injuste et indécent! Après ce que nous apprenons du parti
      libéral, faut-il se surprendre?

  • Réal Bergeron - Abonné 18 mars 2016 10 h 59

    Bonnes mines

    C'est la manière Couillard de créer de la richesse et des emplois, sa façon de concevoir le développement durable.