La protection de la faune a écopé

Les mesures d’austérité du gouvernement Couillard ont frappé de plein fouet le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP). Plus de 100 emplois ont été supprimés en 2014 et 2015, notamment dans des programmes mis sur pied dans le but de protéger la biodiversité du Québec. Aucune région n’a été épargnée par le plan mis en place par les libéraux. « Plusieurs sont des jeunes possédant déjà des années d’expérience dans leurs domaines respectifs. Donc, en clair, on perd une part importante de la relève », avait d’ailleurs expliqué une source, au moment où Le Devoir révélait l’ampleur des compressions effectuées en 2015. Le gouvernement a notamment éliminé des postes de scientifiques qui travaillaient au rétablissement d’espèces menacées, après avoir éliminé des budgets attribués aux équipes de rétablissement des espèces menacées et vulnérables pour mettre en place des actions sur le terrain, notamment en matière d’éducation ou de protection d’habitats. Le MFFP a en outre éliminé les postes de deux biologistes embauchés afin d’étudier les impacts des changements sur la biodiversité. Et la personne qui coordonne le dossier des espèces envahissantes a perdu son emploi. « En persistant dans cette lignée, le gouvernement du Québec va à l’encontre des efforts consacrés par de nombreux organismes pour maintenir une faune riche et diversifiée qui caractérise encore si bien le Québec », a expliqué une source bien au fait du dossier. Du côté de la protection de la Faune, plusieurs agents ont perdu leur emploi en vertu des compressions imposées à l’automne 2014, soit juste avant la période intensive de chasse automnale. Une invitation au braconnage, selon certains. Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Laurent Lessard, a pour sa part souligné que les compressions à la Faune étaient nécessaires dans le contexte budgétaire actuel.

Le ministère en chiffres

Plus de 100 emplois ont été supprimés au sein du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs en 2014 et 2015, dont des biologistes et des agents de la faune.

Selon les prévisions du budget 2014-2015 du Québec, le budget de dépenses pour la Faune, y compris le volet « protection de la faune », totalisait 83,7 millions de dollars.

Le volet Faune du ministère coûte chaque année, au Trésor public, 7$ par Québécois.
2 commentaires

Consultez la suite du dossier

  • Nicole D. Sévigny - Abonnée 16 mars 2016 09 h 15

    C'est de "l'auto-mutilation" nationale

    causée par ses propres élites (élues par des citoyens volontairement sourds et indifférents) qui ont saccagé tout un pan de la faune et de la flore du Québec (de notre environnement ) par une austérité et des coupes aveugles, voilà le résultat des deux dernières années de ce gouvernement sans foi ni loi.

    L'excuse du ministre Lessard: "...le contexte budgétaire actuel" Un refrain repris par un choeur de ministres anesthésiés, par les bons hospices d'un premier ministre, sans feu ni lieu.

    C'était un bilan médical ... sans points ni coutures.

  • Brigitte Garneau - Abonnée 16 mars 2016 14 h 16

    À quoi sert le ministère de l'environnement?

    On a vraiment l'impression que ce ministère est totalement inutile et complètement écrasé par les lobbyistes et TransCanada. Notre gouvernement n'est qu'une marionnette entre les mains de ceux-ci. À quoi sert-il d'avoir des lois que nous, citoyens, devons respecter, alors que des compagnies comme TransCanada peuvent en faire fi? TransCanada est-il TOUT PUISSANT et peut faire absolument tout ce qu'il veut? J'ai vraiment peur de la réponse...