La récente sécheresse était la pire en 900 ans

Jérusalem — La récente sécheresse qui a affligé le Moyen-Orient pendant 14 ans est le pire phénomène du genre à être survenu dans la région au cours des 900 dernières années, selon une nouvelle étude de la NASA publiée cette semaine.

Les chercheurs de la NASA ont examiné les anneaux de croissance d’arbres situés dans plusieurs pays méditerranéens afin de voir comment les années sèches avaient alterné avec les années humides sur une période de 900 ans. Ils ont conclu que l’intervalle entre 1998 et 2012 avait été le plus sec et que cette situation avait probablement été causée par l’activité humaine.

L’auteur principal de l’étude, Ben Cook, a déclaré que l’éventail des conditions météorologiques exceptionnelles dans l’est de la Méditerranée avait beaucoup varié durant les neuf derniers siècles, mais que les deux plus récentes décennies étaient nettement différentes des précédentes.

Il a affirmé que cette sécheresse ne faisait pas partie de la gamme de variations naturelles généralement observées et qu’elle se poursuivait à certains endroits au Moyen-Orient.

M. Cook est un spécialiste du climat à l’Institut Goddard des études spatiales de la NASA et à l’Observatoire terrestre Lamont-Doherty de l’Université Columbia à New York.

Ses collègues et lui ont utilisé les données relatives aux anneaux de croissance d’arbres morts et vivants en Afrique du Nord, en Grèce, au Liban, en Jordanie, en Syrie et en Turquie, et les ont combinées avec celles de l’Espagne, du sud de la France et de l’Italie afin d’examiner la fréquence des sécheresses à travers le temps dans cette zone.

Les anneaux minces représentent les années sèches, alors que les anneaux plus épais correspondent aux années humides.

Selon Ben Cook, l’étude va dans le même sens que d’autres recherches indiquant que les conditions météorologiques exceptionnelles sont causées par l’activité humaine.