Le PQ défend l’entente signée en 2014

En février 2014, la première ministre Pauline Marois annonçait que son gouvernement allait de l’avant avec l’exploitation pétrolière sur l’île d’Anticosti.
Photo: Jacques Nadeau Archives La Presse canadienne En février 2014, la première ministre Pauline Marois annonçait que son gouvernement allait de l’avant avec l’exploitation pétrolière sur l’île d’Anticosti.

Le Parti québécois a défendu lundi l’entente signée en 2014 par le gouvernement Marois pour l’exploration pétrolière sur l’île d’Anticosti, entente en vertu de laquelle Québec n’a pas le droit de se retirer du projet avant la fin du contrat, contrairement au seul autre partenaire à financer les travaux, ce qui pourrait alourdir la facture de l’État.

Le Devoir révélait lundi des détails de l’entente qui force le gouvernement à investir un minimum de 57 millions de dollars dans le but de vérifier s’il existe bel et bien un potentiel commercial de pétrole et de gaz de schiste sur la plus grande île du Québec.

En vertu du contrat signé par le gouvernement Marois avant le déclenchement des élections de 2014, l’autre partenaire dans le financement total de 100 millions de dollars, la société française Maurel Prom, pourrait se retirer du projet dès cette année.

Une clause inscrite dans la création de la Société en commandite Hydrocarbures Anticosti lui permet en effet de quitter le bateau à la suite du premier forage avec fracturation, prévu en théorie pour le début de l’été. Dans ce cas, le gouvernement du Québec serait forcé d’injecter au moins 13,3 millions de dollars pour achever les travaux de cette année, en plus de fonds prévus pour la phase suivante.

Une bonne idée

Même si une telle entente fait en sorte que l’État québécois assume la plus grosse part du risque financier dans le projet Anticosti, le Parti québécois estime que c’était la bonne décision à prendre. « Le gouvernement ne souhaitait pas prendre le risque que le potentiel commercial soit confirmé alors qu’il s’était retiré du dossier et que le privé soit laissé seul à pouvoir exercer ses droits sur une éventuelle exploitation », a fait valoir la porte-parole Antonine Yaccarini.

« Le gouvernement du Parti québécois ne voulait pas répéter la même erreur que le gouvernement libéral avait commise en abandonnant au privé, pour une deuxième fois, les droits sur Anticosti avant la fin du programme d’exploration qui permet de confirmer ou d’infirmer le potentiel de l’île », a ajouté Mme Yaccarini.

Il est vrai que sous le gouvernement de Bernard Landry, le Parti québécois avait mis sur pied une filiale Pétrole et gaz chez Hydro-Québec, dans le but de financer la recherche de gisements d’énergies fossiles. C’est à la suite de l’arrivée au pouvoir du gouvernement Charest que Québec avait finalement cédé tous les permis d’exploration, y compris sur Anticosti, au secteur privé.

Il n’a pas été possible de discuter avec la députée péquiste Martine Ouellet, qui était ministre des Ressources naturelles au moment où le gouvernement Marois a signé l’entente sur l’exploration avec les entreprises Pétrolia, Corridor Resources et Maurel Prom.

La semaine dernière, la députée était absente au moment où le Parti québécois a appuyé une motion de la Coalition avenir Québec demandant au gouvernement Couillard de respecter ses engagements contractuels « relativement à l’exploration gazière et pétrolière sur l’île d’Anticosti ».

Publier l’entente

Les informations dévoilées lundi militent en faveur d’une publication complète de l’accord, estime pour sa part Québec solidaire.

« On nous dit que le contrat est confidentiel. Mais dans ce cas, comment se fait-il que Corridor Resources ait pu rendre des éléments publics », a questionné la députée de Québec solidaire Manon Massé. Les informations sur l’entente proviennent en effet de documents publiés sur le site officiel de dépôt des entreprises SEDAR. Elles ont été diffusées le 1er avril 2014.

Mme Massé demande au gouvernement Couillard de rendre publics les détails de l’entente, notamment pour qu’il soit possible d’évaluer les impacts financiers de celle-ci pour l’État. « On sait d’ores et déjà que ça va nous coûter cher », a-t-elle laissé tomber.

« S’il y avait un réel potentiel, a-t-elle ajouté, et s’il y avait vraiment de l’argent à faire, Pétrolia n’aurait pas eu besoin de l’argent du gouvernement. » Shell a déjà mené des travaux sur l’île, en 1998 et 1999, mais sans succès. Le sous-sol d’Anticosti n’a jamais produit de baril de pétrole, malgré 50 ans d’exploration.

Au cabinet du ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand, on a simplement indiqué lundi que « le contrat et les clauses sont confidentiels ».

Pour en savoir plus

Consulter notre dossier Anticosti
5 commentaires
  • Robert Aird - Abonné 23 février 2016 08 h 17

    Le prospecteur fou

    Cette affaire d’Anticosti me fait de plus en plus penser à un prospecteur d’or tiré d’une aventure de Lucky Luke. Le vieux qui s’obstine à fouiller, creuser pour trouver de l’or, toujours sans succès. Il finit par engloutir toutes ses économies et à perdre la raison sans jamais abandonner son lieu d’extraction.

  • Jean-Pierre Grisé - Abonné 23 février 2016 08 h 26

    Le gouv prend notre argent

    et le ministre Arcand nous dit que le "contrat et les clauses sont confidentiels" donc il nous dit que ca nous regarde pas tout en accusant le PQ de tous les peches.C est pour le moins louche et sans transparence.Aussi bien nous dire:"Payez et taisez-vous."C est ca la democratie liberale? Pendant que les moutons dorment dans la bergerie....... J-P.Grise

  • Jacques Morissette - Inscrit 23 février 2016 09 h 11

    Qui dit vrai dans tout ça???

    Le PQ aurait signé une entente en 2014 avec le privé parce que, je cite :« Le gouvernement ne souhaitait pas prendre le risque que le potentiel commercial soit confirmé alors qu’il s’était retiré du dossier et que le privé soit laissé seul à pouvoir exercer ses droits sur une éventuelle exploitation », a fait valoir la porte-parole Antonine Yaccarini.» ??? Si c'est cela, c'est peut-être louable?

    Jouons à présent au politicien et à son aptitude à dire des mensonges? Philippe Couillard est-il en train de vouloir redonner stratégiquement ce potentiel commercial (s'il y en a?) au privé en bon défenseur du néolibéralisme qu'il est? Bien qu'on peut pensé aussi que P. Couillard a peut-être fait son chemin de Damas, lors du Conférence de Paris (COP 21), début décembre 2015?

  • Michel Lebel - Abonné 23 février 2016 09 h 36

    Assez!

    La comédie des erreurs politiciennes a assez duré. Que le gouvernement actuel mette fin à ce triste cirque! Un peu de gouverne intelligente, de grâce!

    M.L.

  • Colette Pagé - Inscrite 23 février 2016 13 h 11

    Scénario hypothétique ou plutôt plausible !

    N'est-il pas raisonnable de penser que ni Martine Ouellet ni Alexandre Cloutier pas plus que Pierre Céré ne doivent être confortables avec la position du PQ obligé de défendre un projet qui pour l'opinion publique a du plomb dans l'aile.

    Se pourrait-il que n'ayant rien trouvé le prospecteur face à ces déboursés se tourne vers le Gouvernement qui pour lui venir en aide le menace entraînant par la suite une poursuite en dommages intérêts que le Gouvernement perd alors que le prospecteur est dédommagé. Scénario hypothètique ou plutôt plausible ?

    Un Gouvernement qui s'occupe des vrais affaires !