Des rivières à risque pour le pipeline

Selon l’analyse des chercheurs de Polytechnique, le pipeline pose un risque «élevé» de glissements de terrain pour plusieurs cours d'eau, dont la rivière Batiscan.
Photo: Gilles Douaire / CC Selon l’analyse des chercheurs de Polytechnique, le pipeline pose un risque «élevé» de glissements de terrain pour plusieurs cours d'eau, dont la rivière Batiscan.

La construction du pipeline Énergie Est pourrait engendrer de nombreux impacts environnementaux pour d’importantes rivières du Québec, conclut une étude menée par Polytechnique pour le gouvernement. Le rapport souligne notamment les risques élevés de glissements de terrain dans plus d’une trentaine de rivières, mais aussi l’impossibilité de contenir et de nettoyer totalement un déversement de pétrole brut.

Plus d’un mois après la fin des consultations publiques menées dans le cadre de l’évaluation environnementale stratégique des énergies fossiles, Le Devoir a constaté que le gouvernement Couillard a finalement mis en ligne juste avant Noël l’« Examen des risques associés aux traverses de cours d’eau par des pipelines ». Le rapport a été mis en ligne quelques jours après la publication de la version finale du projet Énergie Est par TransCanada.

Cette étude, transmise au ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, conclut d’ailleurs que ce pipeline traverserait pas moins d’une trentaine de rivières qui « présentent des risques de glissement de terrain en raison de l’instabilité des berges ». Une situation qui « pourrait affecter directement l’intégrité du pipeline », qui transportera chaque jour 1,1 million de barils de pétrole des sables bitumineux.

Selon l’analyse des chercheurs de Polytechnique, « la majorité des traverses à risque se situe sur la rive nord du Saint-Laurent, entre Montréal et Saint-Augustin-de-Desmaures ». Ils identifient ainsi un risque lié au passage du tuyau d’un mètre de diamètre pour la rivière des Outaouais, mais aussi pour celle des Mille Îles. Même chose pour la rivière Saint-Maurice. Quant à la rivière Sainte-Anne, elle présente un « haut risque de glissements ». Le risque est tout aussi « élevé » pour la rivière Jacques-Cartier, mais également pour la rivière Batiscan, la Chacoura, la Petite rivière Yamachiche et la rivière Champlain, entre autres.

« Plusieurs enjeux de sécurité se posent pour le projet Oléoduc Énergie Est, notamment par rapport au risque d’inondations, à la présence de barrages en amont des traverses ou à l’instabilité des berges des cours d’eau traversés », constate aussi l’étude de 150 pages.

Qui plus est, le rapport souligne que l’évaluation des « impacts potentiels » liés à la construction et l’exploitation des pipelines se limite pour le moment à les « qualifier ». Il serait donc nécessaire de « quantifier (et non pas uniquement qualifier) les impacts potentiels, à l’atmosphère, l’eau et aux sols ainsi que sur la biodiversité et la santé humaine ».

Risques pour la biodiversité

D’un point de vue environnemental, peut-on également lire dans ce rapport passé totalement inaperçu, les problèmes les plus importants ont trait à la qualité de l’eau ainsi « qu’aux impacts sur la biodiversité (particulièrement les poissons) ».

Selon les résultats de l’étude, les rivières Outaouais, Saint-Maurice, Jacques-Cartier et Madawaska « seraient les plus vulnérables » en termes de qualité de l’eau. Il est toutefois « impossible » d’évaluer la vulnérabilité des ruisseaux traversés par Énergie Est, qui se chiffrent en centaines et dont la plupart sont des affluents de rivières, en raison de
« l’absence de données sur la qualité de l’eau ».

« Il apparaît que les cours d’eau potentiellement traversés par le pipeline prévu au projet Oléoduc Énergie Est au Québec présentent généralement une vulnérabilité élevée de l’habitat des poissons », constatent en outre les chercheurs.

Le rapport insiste d’ailleurs sur la vulnérabilité du fleuve Saint-Laurent, que le pipeline de TransCanada doit traverser de la rive nord à la rive sud, à partir de Saint-Augustin-de-Desmaures, en amont de Québec. « L’aval du fleuve Saint-Laurent est considéré [comme] extrêmement à risque à la suite d’un déversement accidentel », peut-on lire. Ce rapport conclut aussi que « l’un des écosystèmes les plus vulnérables se situe dans l’estuaire du Saint-Laurent, soit en aval des traverses de cours d’eau pressenties pour le projet Oléoduc Énergie Est ».

Par ailleurs, tout déversement accidentel résultant d’un bris dans l’imposant pipeline pourrait avoir des impacts environnementaux majeurs et durables. Ainsi, souligne l’analyse de Polytechnique, « dans le contexte d’une traverse de rivière, il est considéré qu’un déversement accidentel de pétrole est impossible à totalement contenir et nettoyer. Le pétrole pourrait rapidement voyager sur plusieurs kilomètres en aval du bris ou de la rupture ».

« La situation est considérée comme étant encore plus préoccupante dans le cas de rivières à basse température, explique-t-on. Dans ce cas, le pétrole peut perler, ce qui rend plus difficile sa séparation de l’eau et la récupération des toxines contenues dans le pétrole. Il en résulte une plus grande dispersion du pétrole. Une rivière peut alors transporter les contaminants sur une plus grande distance et ainsi affecter les berges et potentiellement se mélanger avec les aquifères souterrains. »

« Le risque nul n’existant pas, certains problèmes peuvent survenir lors de l’exploitation des pipelines. Les incidents impliquant les traverses de pipelines trouvent généralement leur cause après plusieurs années d’opération », souligne enfin le rapport. Les auteurs citent le cas de la rivière Kalamazoo. En 2010, un oléoduc exploité par la pétrolière Enbridge a laissé fuir plus de quatre millions de litres de brut lourd dans cette rivière du Michigan. Le nettoyage a coûté plus d’un milliard de dollars.

Dans le cas d’Énergie Est, comme le pipeline transportera chaque jour 1,1 million de barils de pétrole (400 millions par année), cela signifie que le flot équivaudra à 121 500 barils par minute. Il faudrait une rupture importante pendant plus de 30 minutes pour atteindre la même quantité de pétrole que la rivière Kalamazoo. TransCanada estime toutefois pouvoir stopper toute fuite en un maximum de 13 minutes. Cela signifierait 1,6 million de litres.

Le fleuve exposé

L’étude analyse également les techniques proposées par TransCanada pour les traverses de différentes rivières présentant des risques d’instabilité. Dans la plupart des cas, les chercheurs concluent que la méthode est « techniquement réalisable », mais que des « risques » demeurent, en raison de la composition des sols.

Les conclusions de l’École Polytechnique rejoignent celles de la firme Golder Associates, qui concluait l’an dernier que le pipeline destiné à exporter la production pétrolière albertaine traversera plusieurs rivières où l’instabilité des rives menacerait directement le tuyau. Dans le cas de plusieurs rivières, comme la Portneuf (risque « élevé »), le pipeline traversera près de l’embouchure des cours d’eau qui se jettent dans le fleuve Saint-Laurent entre Montréal et Québec. En cas de rupture ou de déversement, le fleuve se retrouverait donc directement menacé.

TransCanada a présenté récemment la version finale de son projet à l’Office national de l’énergie, l’organisme fédéral qui doit évaluer le projet Énergie Est. Le pipeline traversera le territoire québécois sur plus de 625 kilomètres, pour se rendre au Nouveau-Brunswick. De là, une bonne partie du pétrole sera chargée à bord de pétroliers pour être exportée vers l’Europe et l’Inde.

Selon la version préliminaire, quelque 641 cours étaient franchis, dont plusieurs servent de sources d’eau potable aux principales municipalités du Québec. Le tuyau traversera également plusieurs zones agricoles. Lors de la phase d’exploitation, prévue pour « plus de 40 ans », le projet Énergie Est doit générer au Québec 33 emplois directs. TransCanada a un total de 28 lobbyistes inscrits au Québec pour plaider sa cause auprès des autorités gouvernementales.

1,1 million
Nombre de barils de pétrole devant être transportés chaque jour par le pipeline Énergie Est.
26 commentaires
  • Denis Paquette - Abonné 28 décembre 2015 00 h 16

    Une culture a sens unique

    Est-ce absolument nécessaire, de saboter le pays, pour ce foutu pétrole, surtout que ca ne nous rapportera rien, faut-il y sacrifier toute la beauté de notre pays, dans le cas contraire pensez-vous que les albertains feraient un effort pour nous aider, aller y faire un tour, vous comprendrez qu'ils ont un souverain mépris pour nous, qu'ils se démerdent avec leur problèmes , toujours la meme maudite culture a sens unique, ils ne sont même pas foutus de nous faire une place honorable dans la fédération

  • François Dugal - Inscrit 28 décembre 2015 08 h 01

    Le Canada

    Le pipeline Énergie Est célèbre la gloire de l'indivisible Canada et de ses nombreuses ressources naturelles. Les vrais canadiens, dont notre valeureux premier ministre, acceptent ce projet grandiose et unificateur.
    Les pleutres qui osent s'élever contre le progrès sont des esprits chagrins repliés sur eux-mêmes qui ne voient pas plus loin que leur petite province; ce combat d'arrière garde est non-productif et inutile. Célébrons l'accord de Paris à notre façon!
    Levons-nous et chantons ensemble notre Hymne National.

    • Danielle Rochette - Abonnée 29 décembre 2015 09 h 31

      L'hymne national de l'Alberta, vous voulez dire.

  • Josée Duplessis - Abonnée 28 décembre 2015 08 h 04

    Non !

    Un oléoduc pour se faire passer ''dessus'' pour alimenter l'Europe et l'Inde. À nous les risques et à eux le profit. Et même si nous récoltions des profits , le risque serait trop élevé. La vie vaut plus que ces pétrodollars!

    • Jean-Pierre Grisé - Abonné 29 décembre 2015 20 h 28

      L'eau s'est la vie,le pétrole c'est la mort. J-P.Grisé

  • Marie-Josée Blondin - Inscrite 28 décembre 2015 08 h 45

    Un projet sans bon sens

    Un projet qui, aux dires des experts de Polytechnique, comporte des risques inévitables. Et alors, pourquoi nos gouvernements inconscients ou davantage centrés sur leurs intérêts personnels et une vision à court terme, vont-ils de l'avant avec ce projet fou? Le lobby pétrolier est si puissant: qu'en est-il des cadeaux qu'il offre à nos gouvernants en contrepartie de leur accord pour ce projet, et/ou du financement généreux octroyé pour les campagnes électorales?

    Nos gouvernants semblent se ficher totalement des conséquences abjectes que comporte le transport pétrolier sur la population québécoise car le risque zéro n'existe pas. A plus ou moins long terme, nous serons donc "engloutis" dans une vase noire infecte, indélébile et mortifère pour la faune, la flore et la santé humaine là où des déversements auront lieu. L'industrie pétrolière fossile va donc de pair avec la saleté de la politique (corruption). Ce projet insensé, si le gouvernement y donne son aval, débouchera immanquablement, un jour ou l'autre, sur la dégradation de notre milieu de vie. Mais le gouvernement n'est pas à l'écoute de la population du Québec et du gros bon sens!

    • Jean Santerre - Abonné 28 décembre 2015 15 h 56

      J'espère que vous ne venez pas juste de tirer ces conclusions?
      Les gouvernements, enfin ceux qui nous gouvernent depuis la nuit des temps, n'ont ni amis, ni compassion, ni morale et cela depuis toujours, ou presque.
      Outre quelque rare exception, vivement réprimandée, où discrédité par leurs pairs de par le monde de façon générale ils n'ont que des intérêts à défendre et pas vraiment ceux de la majorité.
      Il y a des solutions et des substituts au tout au pétrole qui non seulement serait moins dommageable pour l’environnement et la santé de tous, mais qui serait créateur d’emploi digne de ce nom et d’une véritable économie durable prospère.
      Mais ces alternatives risquerait d’ébranler les structures habituelles du pouvoir en place et bien que ce risque soit discutables, aucun ou alors très peu ont le courage de le prendre.
      Qui ne risque rien n’a rien, et cela tout gouvernement est prêt à le vendre chèrement.
      Est-ce que notre premier ministre M. Couillard porterait un nom prédestiné à cet égard dont on aurait simplement ajouté la majuscule?

  • Jean-Pierre Grisé - Abonné 28 décembre 2015 08 h 46

    Monsieur Couillard et son gouv.

    prefere consulter et écouter la FCCQ que Polytechnique et le BAPE.Comme évidemment tout ce qui interesse la FCCQ est le profit rapide des actionnaires nonobstant les dangers de pollution et les gaz a effet de serre (GES),on est pas sorti du bois avec ces ignorants égoistes.Dire n'importe quoi meme mentir fait partie de la culture de ce groupe.Quel désastre ! J-P.Grisé