Feu vert aux relevés sismiques dans le Saint-Laurent

Le pipeline chargé de pétrole des sables bitumineux doit traverser la réserve naturelle des Battures-de-Saint-Augustin-de-Desmaures.
Photo: Source FQPPN Le pipeline chargé de pétrole des sables bitumineux doit traverser la réserve naturelle des Battures-de-Saint-Augustin-de-Desmaures.

Le gouvernement Couillard vient d’autoriser TransCanada à réaliser des relevés sismiques en plein coeur du fleuve Saint-Laurent, a appris Le Devoir. La pétrolière a aussi obtenu le droit de mener des relevés à l’aide d’explosifs, et ce, dans une zone marécageuse située à la limite d’une importante réserve naturelle dont la protection est pourtant reconnue par Québec.

Avant même le début de l’évaluation environnementale du controversé projet de pipeline d’exportation, le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques vient en effet d’émettre un « certificat d’autorisation » pour des travaux prévus directement dans le fleuve Saint-Laurent, en amont de Québec.

Ces « travaux préliminaires » à la construction d’Énergie Est seront menés entre Saint-Augustin-de-Desmaures, sur la rive nord, et Lévis, sur la rive sud. C’est à cet endroit que le tuyau doit traverser le fleuve, et ce, sur une distance de plus de 3,5 kilomètres. Une telle traversée, jugée « à haut risque » par une firme d’experts mandatée l’an dernier par TransCanada, n’a jamais été tentée.

Le pipeline chargé de pétrole des sables bitumineux doit, en partant de la rive nord, traverser la réserve naturelle des Battures-de-Saint-Augustin-de-Desmaures. Ces battures, qui comptent des marais et des herbiers bénéficiant d’une protection reconnue, s’étendent sur plusieurs kilomètres en bordure du fleuve, de Cap-Rouge à Neuville. On y retrouve une biodiversité particulièrement riche. Plus de 200 espèces d’oiseaux fréquentent le secteur, mais aussi des espèces de vertébrés et de plantes considérées comme « menacées » en vertu des lois provinciales et fédérales. Trois espèces de plantes sont endémiques, c’est-à-dire qu’on ne les retrouve nulle part ailleurs dans le monde.

Le gouvernement Couillard a approuvé la réalisation de relevés sismiques dans ce secteur. Selon les termes du certificat d’autorisation, TransCanada peut mener « les relevés sismiques dans le marécage riverain de la rive nord » à l’aide de « charges explosives ». La pétrolière pourra aussi débroussailler une bande de végétation de 375 mètres carrés pour réaliser ses travaux industriels.

L’entreprise albertaine doit toutefois respecter « une zone tampon » de 20 mètres entre les relevés sismiques et la réserve naturelle des Battures-de-Saint-Augustin-de-Desmaures. TransCanada doit également « éviter les perturbations anticipées sur les espèces floristiques d’intérêt pour la conservation » en mettant en place des « mesures d’atténuation ». Québec demande aussi que soient restaurées les « zones perturbées » après les travaux, et ce, pour leur rendre « leur état d’origine ».

Avant le 30 novembre

Le ministère de l’Environnement du Québec permet également à la pétrolière de mener des « relevés sismiques » directement dans le fleuve Saint-Laurent. Pour cela, la multinationale peut utiliser des « canons à air », soit la même technologie que celle employée à Cacouna l’an dernier.

TransCanada doit vérifier si les relevés entraînent des mortalités de poissons dans le secteur et avertir le ministère de la Faune si de telles mortalités sont constatées. L’entreprise doit aussi « aviser les responsables de l’usine de filtration de Québec (Sainte-Foy) au moins 48 heures avant le début des travaux ».

Il faut rappeler que plus tôt cette année, le gouvernement du Québec avait accordé des permis à TransCanada afin qu’elle mène elle-même des études fauniques en vue d’obtenir le feu vert pour la réalisation de ses propres travaux préliminaires. Un inventaire faunique a d’ailleurs été « effectué par TransCanada » dans le fleuve Saint-Laurent, dans le secteur de Saint-Augustin-de-Desmaures.

Le certificat d’autorisation émis le 23 octobre précise par ailleurs que les travaux doivent être menés à terme avant le 30 novembre 2015. Le porte-parole de TransCanada, Tim Duboyce, a toutefois précisé lundi que l’échéancier des travaux n’était pas encore défini. Il a souligné que la conclusion des travaux préliminaires dans le Saint-Laurent n’était pas nécessaire avant le dépôt du projet final. Celui-ci doit être déposé d’ici la fin de 2015. On devrait alors savoir si la pétrolière souhaite toujours construire un port pétrolier d’exportation au Québec.

Une fois que le tracé définitif du pipeline Énergie Est sera connu, le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement du Québec (BAPE) mènera une enquête et une audience publique sur la portion québécoise du projet. Le BAPE devra toutefois mener ses travaux sans avoir obtenu d’étude d’impact portant sur le plus important projet de pipeline en développement en Amérique du Nord.

En effet, TransCanada a toujours refusé de transmettre un « avis de projet » au gouvernement du Québec. En vertu de la procédure habituelle pour un tel projet industriel, la pétrolière aurait dû transmettre un avis au ministère de l’Environnement. Normalement, c’est seulement à partir de ce moment qu’une étude d’impact est exigée au promoteur. Le ministre David Heurtel a néanmoins mandaté le BAPE en juin, mais sans avoir obtenu d’étude portant sur les impacts du projet. On ignore donc la nature des impacts de ce pipeline qui traversera 641 cours d’eau au Québec, mais aussi des municipalités et des zones agricoles.

Soirées de TransCanada

Après avoir refusé de participer aux audiences de la Communauté métropolitaine de Montréal sur le projet Énergie Est, TransCanada entend mener ses propres « soirées » d’information au cours des prochaines semaines, a constaté Le Devoir.

Un total de huit « soirées de type portes ouvertes » sont prévues d’ici le 16 décembre afin de « discuter » avec les experts de la pétrolière des questions de « sécurité » du projet. Selon M. Duboyce, ces événements doivent permettre de répondre aux questions du public.

La première rencontre organisée par la pétrolière avait lieu lundi soir à Saint-Honoré-de-Témiscouata, dans le Bas-Saint-Laurent. D’autres soirées sont prévues, notamment à Saint-Augustin-de-Desmaures, à Trois-Rivières, à Lévis, à Mirabel, à Rigaud et à Terrebonne.

Avec le transport de plus de 1,1 million de barils par jour dès 2020, Énergie Est fera du Québec un élément clé dans l’exportation du pétrole albertain. Plus du tiers de la production des sables bitumineux passera en sol québécois d’ici cinq ans. TransCanada a un total de 28 lobbyistes inscrits au registre québécois.  

À voir en vidéo