Québec mènera des consultations publiques, finalement

À moins d’un mois de leur début, le gouvernement Couillard annonce la tenue des consultations publiques sur les évaluations environnementales stratégiques (EES) menées sur tout le dossier des énergies fossiles au Québec. Ces évaluations, prélude à l’exploitationde pétrole et de gaz, ont été menées par un comité présidé par deux sous-ministres.

Au moment d’annoncer les détails de ces évaluations environnementales stratégiques, le gouvernement n’avait pas prévu de mener des consultations publiques formelles. Seule une consultation « en ligne » devait être tenue. Mais Québec est revenu sur sa décision et tiendra finalement des consultations dans sept villes en novembre.

« En mai 2014, je m’étais engagé à ce que notre gouvernement agisse avec prudence, transparence et de façon ordonnée en matière d’hydrocarbures, dans l’intérêt de la population québécoise. Aujourd’hui, je respecte cet engagement de consulter la population et d’engager un dialogue ouvert et constructif sur la question des hydrocarbures […] », a fait valoir le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles et ministre responsable du Plan Nord, Pierre Arcand, dans un communiqué publié vendredi après-midi.

Les groupes et les citoyens qui souhaitent participer aux consultations pourront avoir accès le 27 octobre au document de consultation, aux rapports préliminaires des EES ainsi qu’aux 64 études complémentaires commandées par le gouvernement. Ils auront alors moins de trois semaines pour consulter la documentation avant les consultations.

Dossier complexe

Ces EES ratissent très large. Elles traitent de la question de l’exploitation du pétrole et du gaznaturel dans toutes les régions du Québec, y compris dans la vallée du Saint-Laurent, où on retrouve un potentiel en gaz de schiste. Ces EES ont notamment la tâche d’étudier les projets pétroliers en Gaspésie, dont deux sont très avancés.

Les EES doivent aussi permettre d’évaluer toute la question du transport d’énergies fossiles sur le territoire, que ce soit par pipelines, par trains ou par navires. Le projet de transport de pétrole par trains vers Belledune fait partie de ces EES, a assuré le gouvernement.

Tous ces dossiers complexes et controversés ont été étudiés de front, et ce, sur une période d’un peu plus d’une année. À titre de comparaison, une EES commandée par le gouvernement Charest uniquement pour le golfe du Saint-Laurent a nécessité plus de trois ans de travaux.

En raison des délais serrés pour la réalisation des EES en cours, celle portant sur l’exploitation pétrolière sur Anticosti ne tiendra pas compte des forages avec fracturation puisque ceux-ci seront menés l’an prochain, donc une fois l’EES terminée.

Par ailleurs, plusieurs études commandées par le gouvernement dans le cadre des EES en cours indiquent clairement que le gouvernement a l’intention d’ouvrir toute grande la porte à l’exploitation pétrolière et gazière. « Le gouvernement est favorable au développement de la filière des hydrocarbures », a dit le ministre Arcand.

À voir en vidéo