Pas d’études du BAPE en Gaspésie

Le projet pétrolier Haldimand, qui suscite la controverse à Gaspé, est situé à 350 mètres d'un secteur résidentiel.<br />
Photo: Alexandre Shields Le Devoir Le projet pétrolier Haldimand, qui suscite la controverse à Gaspé, est situé à 350 mètres d'un secteur résidentiel.

Le gouvernement du Québec ne prévoit pas de mener des évaluations environnementales spécifiques pour trois projets d’exploitation d’énergies fossiles dans lesquels il est aussi un important partenaire financier, a appris Le Devoir. Deux de ces projets pourraient déboucher sur la première exploitation pétrolière commerciale de l’histoire du Québec.

Selon les informations obtenues au cours des dernières semaines auprès du ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, les trois projets en question, situés en Gaspésie, doivent tous être traités dans le cadre de l’évaluation environnementale stratégique (EES) « globale sur les hydrocarbures ».

C’est le cas du projet Galt, situé à 20 kilomètres l’ouest de Gaspé. L’entreprise Junex a entrepris il y a quelques mois la réalisation de quatre forages dans le secteur. Elle a d’ailleurs été la première à extraire du pétrole en menant un forage horizontal. Junex a même réussi à pomper 7200 barils lors d’essais de production sur son puits Galt 4.

Elle a depuis foré un autre puits, et deux autres pourraient suivre, de façon à confirmer le potentiel commercial. Selon la plus récente évaluation du potentiel pétrolier du secteur, le sous-sol pourrait renfermer 557 millions de barils de pétrole. De ce nombre, 55,7 millions sont indiqués comme « récupérables ».

La compagnie pétrolière pourrait déposer une demande de bail de production commerciale dès 2016. Investissement Québec est le troisième actionnaire de Junex. Sa filiale Ressources Québec a d’ailleurs investi cinq millions de dollars dans Junex à la mi-juillet.

Pétrole et gaz

Selon le registre des entreprises, Ressources Québec est en outre le premier actionnaire de Pétrolia, qui mène actuellement deux projets liés aux énergies fossiles en Gaspésie. L’entreprise a ainsi bénéficié récemment d’un investissement public de 3,8 millions de dollars pour l’évaluation du potentiel gazier du projet Bourque, situé à l’est de Murdochville. D’autres investissements seront nécessaires pour préciser la ressource.

Si les travaux d’exploration s’avèrent concluants, un projet pilote d’exploitation, puis de liquéfaction de gaz naturel, pourrait voir le jour en 2016. Le projet Bourque pourrait aussi renfermer un potentiel pétrolier. S’il est trop tôt pour déterminer s’il existe un gisement d’or noir, le président-directeur général de Pétrolia, Alexandre Gagnon, a souligné au Devoir que « des traces de pétrole léger » ont été récupérées en 2012. « Pétrolia fera en sorte de valoriser ces hydrocarbures. »

Pétrolia mène aussi un projet pétrolier controversé sur le territoire de Gaspé. Le projet Haldimand, situé à 350 mètres d’un secteur résidentiel, est bien avancé. L’entreprise a en effet mené des tests d’évaluation sur le puits Haldimand 4 qui ont permis d’extraire quelques centaines de barils de pétrole. Un autre puits, Haldimand 1, avait déjà produit plus de 5000 barils.

Ces opérations industrielles inquiètent plusieurs citoyens, mais aussi le maire de Gaspé, qui constate que la population est divisée sur ce projet. La Ville a d’ailleurs demandé en mai dernier au gouvernement Couillard de mandater le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) pour étudier le projet pétrolier. Même Pétrolia s’est montrée favorable à un tel exercice. La Ville a toutefois indiqué la semaine dernière qu’elle n’avait reçu aucune réponse de Québec à la suite de sa demande.

Délais très courts

La tenue d’un BAPE spécifique pour le projet Haldimand, tout comme pour le projet Galt ou le projet Bourque, exigerait du promoteur qu’il dépose un avis de projet au ministère de l’Environnement. Un tel avis serait suivi de la réalisation d’une étude d’impact, par le promoteur. C’est seulement une fois cette étude produite et achevée à la satisfaction du ministère que le processus du BAPE peut être enclenché.

Le gouvernement Couillard a toutefois décidé de confier tout le dossier des énergies fossiles à une EES lancé en 2014. Celle-ci a hérité d’un vaste mandat. Elle porte en effet sur l’ensemble de la filière au Québec. Elle inclut donc tous les projets d’exploration pétrolière et gazière, que ce soit en milieu terrestre ou en milieu marin, mais aussi les dossiers de transport de pétrole par pipeline, par bateau et par train.

Les délais pour réaliser l’ensemble des travaux sont en outre pour le moins serrés. Le gouvernement Couillard entend en effet effectuer l’EES pour Anticosti, la Gaspésie, le golfe du Saint-Laurent et les basses terres du Saint-Laurent en à peine plus d’une année. À titre de comparaison, le rapport de l’EES réalisée par la firme Genivar et portant uniquement sur le golfe du Saint-Laurent — une étude commandée par les libéraux — avait nécessité près de trois ans de travaux.

Le comité qui mène présentement cette EES est par ailleurs présidé par deux sous-ministres du gouvernement, qui doivent s’assurer de l’« objectivité » de la démarche. Son rapport doit être déposé cet automne, en vue du dépôt de loi qui encadrera toute la filière des énergies fossiles au Québec.

Au moment d’annoncer la tenue de l’EES, à l’été 2014, le gouvernement avait indiqué qu’« une consultation publique en ligne » serait « menée par le comité directeur avant la publication du rapport final ». Québec promet maintenant la tenue de consultations, notamment en Gaspésie. Ni la teneur ni les dates de celles-ci n’ont été annoncées jusqu’à présent.

Le dépôt du rapport final de l’EES doit être suivi du dépôt d’une loi pour encadrer l’exploration et l’exploitation des énergies fossiles au Québec. Une telle législation n’existe pas à l’heure actuelle.

Le projet Haldimand est bien avancé. L’entreprise a en effet mené des tests d’évaluation sur le puits Haldimand 4 qui ont permis d’extraire quelques centaines de barils de pétrole. Un autre puits, Haldimand 1 (notre photo), avait déjà produit plus de 5000 barils.

Photo: Pétrolia
6 commentaires
  • Luciano Buono - Abonné 5 octobre 2015 07 h 50

    Un petit calcul

    Junex compte aller chercher 55,7 millions de barils de pétrole. Chaque baril a 160 litres, donc pour faire un chiffre rond, ça fait 10,000 millions de litres. Selon Statistique Canada, il y aurait en 2014, 5 millions de véhicules immatriculés de moins de 4500 kg au Québec, donc des voitures de promenade. Donc, ça fait 2000 litres par voiture. Un réservoir moyen a 50 litres, donc ça fait 40 pleins d'essence par voiture. Supposons, pour être conservateur, 1 plein aux deux semaines, ça fait de l'essence pour moins de deux ans pour tout le Québec. Et si on utilise tous les véhicules immariculés, 8 millions en tout, c'est assez clair que ce puit n'a pas assez de pétrole pour un an de transport au Québec.

    Il semblerait que la méthode de fracturation pose des risques pour les nappes phréatiques, ce qui en cas de contamination aurait des conséquences à assez long terme...comparativement à du pétrole pour moins d'un an. Le gouvernement du Québec ne compte pas faire un BAPE sur ce puit et les autres. Ils devraient expliquer ce qu'est leur notion de développement DURABLE!

    • Yves Corbeil - Inscrit 5 octobre 2015 09 h 59

      Les jeunes présentez-vous, pernnez le pouvoir et sortez les dinosaures qui occupent nos institutions.

      Ils est temps que vous prenniez le flambeau et faisiez en sorte que notre société prenne son envol dans le 21e siècles avant que ceux qui sont en place ne nous fassent reculé d'un siècle.

  • P. Raymond - Inscrit 5 octobre 2015 08 h 11

    Colère de calvert

    De la Gatineau Power à la Caillé power en passant par les commandes du fleuron Québécois de l’énergie propre censé appartenir à tous les Québécois, Hydro-Québec. Vilement subdivisée en filiales enrichissantes pour les z’amis pour l’une, appauvrissantes pour les citoyens pour l’autre.

    Comment peuvent-ils se raser d’aussi près, comment ces gens peuvent-ils se regarder dans un miroir? Où trouvent-ils le culot de prendre leurs petits-enfants dans leurs bras et leur dire je t’aime?

    Il était pourtant toujours écrit je me souviens sur les plaques d’immatriculation avant que nos gens les ré-élisent majoritaires à 30%. Le réveil le 19 octobre?

  • Nicole D. Sévigny - Abonnée 5 octobre 2015 08 h 19

    Et ...

    la Conférence de Paris sur les changements climatiques, décembre 2015?
    Nos nullards de Québec n'en ont pas entendu parler? Ils pourraient se garder une petite gêne afin de ne pas faire passer le Québec pour une bande de cancres...À moins que ce soit là... leur visée? Mais, on ne s'attendait pas à mieux finalement!?
    n'est-ce pas?!

  • Colette Savard - Abonnée 5 octobre 2015 21 h 05

    Fous de la $, fous du pouvoir !

    Nos dirigeants ne représentent qu'eux mêmes ...
    Depuis belle lurette, ils ont oublié qu'ils nous représentent!
    Nous sommes de simples marionnettes pour eux. Ils savent ...nous pas.

    Ils sont obnubilés par l'appât d'un gain ... ridicule ...et ne voient pas la perte irrécuparable de la santé d'un peuple à plus ou moins long terme.

    Leur gain n'est rien à côté de notre santé ...qui dépend de l'environnement.
    Il fallait des docteurs pour arriver à ça! Qui pourrait les soigner avant qu'ils nous fassent mourir ?

  • Gaëtan Vallée - Abonné 5 octobre 2015 21 h 19

    Appeler un chat un chat

    Comment se fait-il que les commentateurs, ici comme ailleurs, ne disent jamais rien de la finalité sociale d'un événement comme celui-ci? Ce chat s'appelle «classe sociale», plus précisément une classe capitaliste québécoise qu'il s'agit d'élargir et de renforcer. Cette classe est au pouvoir à Québec, peu importe le parti majoritaire, et sa propre croissance est un objectif auprès duquel l'avenir de la planète (et d'abord celui de tous les pauvres qui subiront de plein fouet les pertes économiques dues aux changements climatiques) ne vaut guère plus qu'une chanson.