Réélire Harper serait un «désastre»

Pour éviter une hausse du climat supérieure à 2°C au cours du présent siècle, il faudrait laisser 85% des réserves pétrolières connues du Canada sous terre, selon David Suzuki.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Pour éviter une hausse du climat supérieure à 2°C au cours du présent siècle, il faudrait laisser 85% des réserves pétrolières connues du Canada sous terre, selon David Suzuki.

La réélection des conservateurs de Stephen Harper le 19 octobre prochain serait catastrophique pour le Canada. Non seulement le premier ministre sortant est obnubilé par l’idée de transformer le pays en superpuissance pétrolière alors que la crise climatique apparaît plus évidente que jamais, mais il se comporte carrément en « dictateur », accuse le scientifique David Suzuki, en entrevue au Devoir.

« Je suis choqué et terrifié, laisse-t-il tomber, en réaction aux plus récents sondages indiquant qu’une réélection des conservateurs est fort possible. Je crois que les 10 années de pouvoir de Stephen Harper ont amené le Canada très loin du pays où je suis revenu vivre après mes études aux États-Unis. Et après tout ce temps, nous savons exactement qui est Stephen Harper. Nous n’avons plus besoin d’entendre le moindre mot de sa part. Ce n’est pas un démocrate, parce qu’il n’appuie pas la démocratie. C’est un dictateur. »

Écologiste réputé à l’échelle canadienne, David Suzuki juge que l’action du gouvernement Harper au cours des dernières années a été essentiellement guidée par la défense et la promotion des intérêts du secteur pétrolier. Une industrie qui ne ménage pas ses efforts pour « maintenir le système actuel, basé sur les énergies fossiles ». « M. Harper fait campagne sur un tel programme, affirme-t-il. Il veut que le Canada soit une superpuissance pétrolière. Résultat : nous sommes revenus au Moyen Âge sur la question climatique, contrairement à plusieurs autres pays. »

Il rappelle ainsi qu’Ottawa, qui avait pourtant ratifié le protocole de Kyoto, a décidé de jeter l’accord aux poubelles en 2011. « Le Canada a été le premier et le seul État ayant ratifié Kyoto à en sortir », déplore M. Suzuki, qui était de passage mardi à Montréal pour le lancement de son plus récent ouvrage, Lettres à mes petits-enfants, publié chez Boréal.

« Quand Jean Chrétien a ratifié le protocole de Kyoto, il ne l’a pas fait en tant que libéral, mais bien en tant que premier ministre, insiste-t-il. Mais Stephen Harper, qui se présente pourtant comme un défenseur de la loi et l’ordre, a rejeté un accord international ratifié par le Canada. Mais quel genre de défenseur de la loi et l’ordre est-il ? » Il est vrai qu’en 2002, M. Harper avait qualifié le protocole de Kyoto de « complot socialiste ». Il avait alors dénoncé le fait que le traité s’attaquait au CO2, un gaz à effet de serre « essentiel à la vie », tout en jugeant les preuves des bouleversements climatiques de « modestes et contradictoires ».

Silence climatique

Même si Ottawa a par la suite proposé un objectif moins ambitieux de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES), M. Suzuki estime que les conservateurs n’ont jamais posé le moindre geste pour respecter leurs engagements. « Ils n’ont rien fait pour lutter contre les changements climatiques. Ils n’ont même pas reconnu que c’est un enjeu majeur. Et M. Harper a été farouchement contre toute mesure sérieuse de réduction des gaz à effet de serre. »

Encore en décembre dernier, le premier ministre avait jugé « insensé » de réglementer les émissions du secteur pétrolier et gazier, dans un contexte de baisse des prix sur les marchés. À l’heure actuelle, les émissions de GES de l’Alberta, principale province productrice d’énergies fossiles, dépassent les émissions combinées du Québec et de l’Ontario. À elles seules, les émissions « fugitives » du secteur pétrolier et gazier excèdent le total de tout le secteur des transports au Québec.

Le militant environnemental redoute donc le pire après le scrutin du 19 octobre. « La réalité, c’est que si nous réélisons gouvernement Harper, ce sera une catastrophe absolue. Il a passé récemment cinq jours en Arctique sans parler une seule fois de “changements climatiques”. Il néglige le problème, il ne s’y intéresse pas. Ce serait tout simplement désastreux que ce gouvernement nous représente au sommet de Paris sur le climat. »

Qu’en est-il des libéraux et des néodémocrates, qui peuvent aussi espérer prendre le pouvoir ? « Thomas Mulcair a été ministre de l’Environnement au Québec, donc j’espère qu’il comprend l’ampleur de la crise climatique. Mais visiblement, il est plus important d’être élu que de dire la vérité. Et c’est la même chose pour Justin Trudeau. Je suis certain qu’il comprend à quel point la crise est sérieuse. Mais il veut développer le pétrole des sables bitumineux, il est contre le pipeline Northern Gateway et il appuie le projet de pipeline Keystone XL. Il faudrait qu’il soit cohérent. »

M. Suzuki rappelle en outre qu’en début de campagne, la candidate néodémocrate Linda McQuaig a été rabrouée pour avoir affirmé qu’une bonne partie du pétrole des sables bitumineux pourrait devoir demeurer sous terre si le Canada souhaite atteindre ses cibles de réduction de GES. Ce discours a pourtant mis de l’avant dans plusieurs études scientifiques.

« Le problème, c’est que la priorité des politiciens est d’être réélus, déplore David Suzuki. Tout ce qu’ils font va dans ce sens, et c’est à court terme. Mais pour faire une véritable transition, il faudra mettre en place des changements fondamentaux. Il faut se fixer un échéancier pour sortir complètement des combustibles fossiles, non pas dans 40 ans, mais au maximum d’ici 20 ans. »

Généticien de formation et promoteur des sciences, il souligne d’ailleurs que pour éviter une hausse du climat supérieure à 2 °C au cours du présent siècle, il faudrait laisser 85 % des réserves pétrolières connues du Canada sous terre. Dans ce contexte, il lui apparaît absurde de rechercher de nouveaux gisements ou d’autoriser la construction d’un pipeline comme Énergie Est, de TransCanada.

« Si nous voulons nous engager sérieusement dans le développement des énergies renouvelables, ce pipeline ne peut pas être construit, laisse tomber le militant écologiste de longue date. Nous devons sortir du pétrole, alors pourquoi faciliter l’expansion d’une industrie à laquelle il faut mettre fin ? Et ce n’est pas un dilemme entre le transport par train ou le transport par pipeline. Nous n’avons besoin ni de l’un ni de l’autre, parce que nous devons mettre fin à l’exploitation des sables bitumineux. »

Pour aller plus loin

Consulter le rapport du GIEC
«Après tout ce temps, nous savons exactement qui est Stephen Harper. Nous n’avons plus besoin d’entendre le moindre mot de sa part. Ce n’est pas un démocrate, parce qu’il n’appuie pas la démocratie. C’est un dictateur.» David Suzuki
29 commentaires
  • Diane Gélinas - Abonnée 30 septembre 2015 00 h 38

    Harper, le Québec et le ROC

    Monsieur Suzuki,

    Vous être prié, au nom de votre notoriété, d'adresser votre discours aux neuf autres provinces et trois territoires, car au Québec, dès 2011, nous avons rejeté et les Conservateurs ainsi que les Libéraux des Commandites en prenant une chance orange malgré que le «bon Jack» se savait en fin de vie... ou peut-être à cause de...

    Nous sommes majoritairement opposés au passage sur notre territoire d'un pipeline de sables bitumineux, aux trains et aux navires de pétrole sale sur le Saint-Laurent.

    Les Québécois sont d'accord qu'un gouvernement conservateur majoritaire en 2015 serait une catastrophe... Mais vous prêchez ici aux convertis. Allez, passez les trois prochaines semaines de campagne partout dans le ROC : c'est là qu'il faut miser pour battre Harper.

    Et pour aider le NPD dans le reste du Canada - à qui le fort appui au Québec nuit terriblement - les progressistes et indépendantistes lui rendront le service de voter en bloc pour le Bloc Québécois, un allié naturel des environnementalistes, au même titre que le parti Vert... mais avec l'avantage de ne pas avoir à subordonner ses positions au ROC.

    • Jean Boucher - Inscrit 30 septembre 2015 09 h 32

      Pathétique article. Les NPD, PLC et PCC sont tous au service des compagnies pétrolières.

  • Palardy RACHEL - Inscrite 30 septembre 2015 03 h 09

    GES

    En date du 15 mai 2015 le gouvernement Harper déclarait vouloir réduire les émissions de gaz à effet de serres (GES) de 30 % d'ici 2030. Le NPD propose la même chose 6 mois plus tard , en campagne électorale.
    Rachel Taillon

  • Jean Lapointe - Abonné 30 septembre 2015 05 h 58

    Il n'a qu'à s'en prendre à ceux qui se proposent de voter pour lui.

    Il faudrait quand même que monsieur Suzuki tienne compte du fait que ce ne sont pas les Québécois qui ont voté pour Stephen Harper et que ce ne sont pas les Québécois qui se proposent de voter pour lui le 19 octobre prochain.

    Et s'il n'est pas de très bonne humeur, c'est au ROC qu'il doit s'en prendre. C'est le Canada anglais qui a élu Stephen Harper.Il aurait pu quand même souligner le fait que le Bloc a une position très ferme sur ce sujet.

    Mais comme il n'est pas favorable à l'indépendance du Québec il préfère ignorer

    son existence.

    Raison de plus pour nous de voter pour le Bloc étant donné qu'à l'exception du Parti vert qui n'a pas de racines au Québec les autres partis (PC, PLQ et NPD/NDP) ne se soucient que très peu des problèmes relatifs à l'environnement.

    Le Bloc pourrait très bien être une opposition constructive au sein du Parlement d'Ottawa s'il réussissait à faire élire un nombre appréciable de députés.

    • Marc Donati - Abonné 30 septembre 2015 14 h 15

      En date d'aujourd'hui, les conservateurs récoltent 21% d'appui au Québec. Tout ça en partie pour un vêtement symbolique porté lors d'une cérémonie symbolique. Les Québécois n'ont vraiment pas le monopole de la vertu.

  • Pierre Lefebvre - Inscrit 30 septembre 2015 06 h 29

    Attention

    Attention à vous M. Suzuki. Votre discours énergique pourrait être considéré comme hérétique, radical et terroriste. Et vous savez maintenant ce qui arrive aux terroristes ayant nationalité double. Attendez-vous à des contre-attaques de l’Empire Harperienne qui ne tolère pas la menace.

    Souhaitons, d’un autre côté, que vous soyez entendu par la population du Canada qui vous respecte comme l’un des grands vulgarisateurs scientifiques que vous êtes depuis des années.
    Que la force de la vérité soit avec vous.

    PL

  • Maryse Veilleux - Abonnée 30 septembre 2015 06 h 47

    Le problème...

    Le problème provient grandement de l'ignorance et le sérieux manque de jugement de certains électeurs. Et je pense ici particulièrement à la région de Québec qui est une des rares au Québec à soutenir les conservateurs. Par contre la décision du Canada anglais sera cruciale. Il est incroyable de voir à quel point plusieurs personnes ne s'informent pas quant aux réels enjeux de la campagne et c'est là-dessus que le gouvernement conservateur joue.