Les températures globales seront plus élevées en 2015 et 2016

Londres — Le réchauffement climatique, combiné à des phénomènes naturels tel le courant El Niño, devrait produire des moyennes de températures très élevées en 2015 et en 2016, relève un rapport publié lundi par l’Institut météorologique britannique (Met Office).

« Il est très probable que 2014, 2015 et 2016 seront parmi les années les plus chaudes qui auront jamais été mesurées » sur la planète, souligne Rowan Sutton, professeur au Centre national de Science atmosphérique.

Associé à cette étude du Met Office, Rowan Sutton estime ainsi probable que le réchauffement s’accélère à nouveau après une décennie de relative stabilité.

Les climato-sceptiques s’étaient emparés de cette « pause » dans la hausse des températures pour remettre en cause les modèles climatiques, voire contester le rôle de l’homme dans le réchauffement.

Dans leur dernier rapport, les membres du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) ont cependant estimé que cette « pause » n’était qu’un leurre statistique.

Selon eux, les analyses ont notamment été faussées par le fait que 1998 avait été une année particulièrement chaude en raison de l’intensité inhabituellement forte du courant marin chaud du Pacifique El Niño, ce qui a fait paraître les années suivantes comme plus fraîches.

El Niño réapparaît

L’étude publiée lundi par le Met Office s’intéresse d’ailleurs beaucoup à El Niño, réapparu en mars et qui pourrait « être l’un des plus intenses dans les annales ».

Le courant équatorial chaud du Pacifique, dont on estime qu’il contribuera au réchauffement global, aura aussi des répercussions sur le plan local : des conditions plus sèches dans certains pays asiatiques et en Australie, selon le Met Office.

À l’inverse, les précipitations devraient être plus abondantes cet automne et durant l’hiver sur la Californie, en proie à une intense sécheresse depuis quatre ans.

Le Met Office estime enfin que le léger refroidissement observé actuellement dans l’océan Atlantique pourrait amener des étés moins chauds et plus secs en Europe du nord, même si cet effet est contre-balancé par la tendance générale au réchauffement, qui reste prépondérante selon le rapport.

L’Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA) avait indiqué en août que les sept premiers mois de 2015 avaient été les plus chauds jamais relevés, alors que 2014 avait déjà été l’année la plus chaude jamais enregistrée depuis 135 ans.

4 commentaires
  • Richard Bérubé - Inscrit 14 septembre 2015 06 h 58

    El Nino, le soleil, et GEIC!

    On mesure les température depuis quand? Un peu plus de cent ans....il faut bien que ce groupe nous garde sur les tip-toe, car il y a un gros meeting à Paris fin novembre. Le soleil est le responsable principal de ces hausses de température, lorsqu'il est plus actif c'est plus chaud...faudrait aussi se rappeller qu'il n'y a pas si longtemps les gens jouaient sur la glace de la Tamise qui était gelée en hiver dans ce temps là....et les climato-sceptiques scientifiques ont peut-être raison, les modèles climatiques informatiques du GEIC, auraient été établis à partir de fausses données, et les résultats d'observations de données de température de la NASA changés pour s'accorder au cercle favorable aux théories des changements climatiques. Dans les experts les seules données fiables pour les enregistrments de température sont celles obtenues par satellite....aussi le nombre présumé de quelques 2500 experts scientifiques du GEIC, serait en fait très exagèré car seulement 20% d'entre-eux seraient des scientifiques, les autres 80% seraient plus des activistes.....en observant ce qui ce passe sur la planète en fait de mensonges pour contrôler la population je penche plus sur le côté de supercherie en ce qui concerne les changements climatiques (anciennement réchauffement climatique). Allez voir ailleurs les opinions divergeantes des scientifiques....

    • Claude Smith - Abonné 14 septembre 2015 11 h 15

      Mon cher M. Bérubé où avez-vous vous pris votre information pour dire que seulement 20 % des 2500 experts sont de véritables scientifiques ?
      Je trouve tout-à-fait inconcevable que vous affirmiez que l'activité humaine soit sans conséquence sur le climat. À vous entendre, nous pouvons continuer sans vergogne à produire du CO2 puisque cela serait sans conséquence sur notre planète. Maudit soleil !

      Claude Smith

    • Richard Bérubé - Inscrit 14 septembre 2015 12 h 18

      Monsieur Smith il est faux de me faire dire ou affirmer que les activités humaines non pas de conséquences sur la planète, je n'ai jamais dit ou prétendu cela....il est vrai que nous polluons beaucoup et qu'il faut faire très attention à cela....ce que je dit et cela ne vient pas de moi car je suis un néophyte en science, ce sont les paroles même du Dr Don Easterbrooke, géologue professeur Émérite qui donne une lecture (disponible sur You tube) avec preuves scientifiques à l'appuie et différents témoignages de d'autres scientifiques sur le documentaire.
      Dr Don Easterbrook Exposes the Climate Change Hoax ...
      Video for dr don easterbrook global hoax▶ 1:29:34
      www.youtube.com/watch?v=4I8sJG5FV_k, j'espère que vous comprenez l'anglais, j'ignore si ce documentaire est disponible en français.
      De plus cette superchrie fût déclenchée par Aurélio Paccei fondateur du Club de Rome et ancien président de Fiat en Italie, qui en 1992 proposa ce concept pour unir les gens sur la terre à un combat commun...(voir)
      Global warming hysteria serves as excuse for world ...
      www.oldthinkernews.com/.../global-warming-hysteria
      Bien des gens mentionnés dans ce texte sont des banquiers internationaux....
      Écoutez et lisez les deux références nommées dans mon commentaire et faites-vous une idée, ou gardez votre idée première, moi je m'en fout, mais je sais que l'on nous ment constamment...de plus il y a beaucoup d'argent dans cette follie collective....

    • Patrice Hildgen - Inscrit 14 septembre 2015 16 h 14

      Easterbrook est géologue et non climatologue. L'analyse qu'il propose a été mise en défaut sur un plan strictement méthodologique et parce que certaines données utilisées étaient erronées:
      http://www.skepticalscience.com/don-easterbrook-he
      Pour ce qui est de l'argent il me semble qu'il y a en beaucoup plus en jeu du côté des industries des combustibles fossiles que des scientifiques du climat. Easterbrook est invité régulier à ces conférences du groupe de climatosceptiques « heartland » (financées par Exxon et les frères Koch).